Mondial junior: le bronze à la Russie

Les joueurs de la Russie célèbrent après avoir... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Les joueurs de la Russie célèbrent après avoir remporté la médaille de bronze grâce à une victoire de 2-1 en prolongation contre la Suède.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Suède était favorite pour remporter les grands honneurs au début de ce Championnat mondial de hockey junior. Mais c'est finalement bredouilles que ses joueurs repartiront de Montréal.

Denis Guryanov a permis à la Russie de terminer sur le podium pour une septième année consécutive en réussissant le but qui donnait la victoire aux siens en prolongation par la marque de 2-1, devant une bien maigre foule de 8366 spectateurs. L'équipe scandinave se classe quant à elle au quatrième rang pour un troisième championnat consécutif.

Guryanov a profité d'une bourde du défenseur Rasmus Dahlin pour déjouer le gardien Felix Sandstrom d'une feinte entre les jambières, à seulement 33 secondes du début de la période supplémentaire.

«Nous avons eu plusieurs chances de mettre fin au match assez tôt dans la rencontre, mais nous avons commis trop d'erreurs», a déploré l'attaquant suédois Rasmus Asplund.

«L'objectif était de récupérer après le match [de mercredi, contre les États-Unis], et nous avons réussi. Les émotions étaient fraîches. Si la chance était contre nous [mercredi], elle était de notre côté cette fois», a pour sa part résumé l'entraîneur-chef des vainqueurs, Valeri Bragin.

Réveil en deuxième

Les Suédois avaient pourtant tôt fait d'afficher leurs couleurs en privilégiant dès le départ la vitesse et l'échec-avant. À l'inverse, la Russie a plutôt semblé opter pour la robustesse. Cette stratégie ne s'est toutefois pas avérée très profitable, alors qu'elle a écopé de trois punitions et a surtout offert du jeu brouillon en zone défensive. Le total des tirs - 15 contre 3 en faveur des Suédois - illustre bien l'allure de la première période.

On ignore à quel point Bragin a chauffé les oreilles de ses jeunes troupes durant le premier entracte, mais de toute évidence, son message a été entendu. La Russie s'est montrée nettement plus combative au retour de la pause.

Il n'y avait d'ailleurs que 16 secondes d'écoulées au second engagement lorsque l'excellent Kirill Kaprizov a inscrit le premier but de la rencontre. Ce choix de cinquième ronde du Wild du Minnesota au repêchage de 2015 a aisément battu de vitesse le défenseur suédois Jacob Larsson, avant de subtiliser le disque à Dahlin - qui voudra décidément oublier ce match - et le loger derrière Sandstrom.

En réussissant son neuvième filet du tournoi, Kaprizov est du même coup devenu le joueur russe ayant récolté le plus de buts au cours d'un même championnat junior. 

«C'était très difficile, car les joueurs étaient complètement vidés émotivement et physiquement [après la demi-finale contre les États-Unis]. Mais il faut revenir le lendemain sur la glace et être prêt à se battre pour une médaille. Car même si c'est le bronze, ça reste une médaille», a-t-il fait valoir.

«Ils ont fait de leur mieux»

Mais quelques minutes plus tard, ce fut au tour de la Russie de commettre une gaffe payante pour l'adversaire. Installé tout juste devant son gardien Ilya Samsonov, Igor Rykov a été pris d'une sévère crampe au cerveau en y allant d'un dégagement qui s'est transformé en passe pour Jonathan Dahlen. Celui-ci n'a eu qu'à pousser la rondelle derrière Samsonov afin de niveler le pointage.

Après une troisième période sans but, les deux équipes se sont donc retrouvées en prolongation. Et on a à peine eu le temps de cligner des yeux que Guryanov mettait fin aux hostilités... et aux espoirs de médaille de la Suède.

«Je suis fier de mes joueurs. Ils ont fait de leur mieux. J'ai 22 joueurs qui ont tout donné», a indiqué l'entraîneur-chef suédois, Tomas Monten.

Mentionnons en terminant la superbe prestation de Samsonov, grande vedette du côté des Russes, qui a repoussé 38 des 39 lancers dirigés contre lui. Son homologue Sandstrom a quant à lui réussi 24 arrêts.

«C'était son meilleur match. Je l'ai vu jouer comme ça par le passé, mais aujourd'hui, il a réussi quelques uns des arrêts les plus fous de sa vie. C'est épatant de le voir faire ça», a souligné le défenseur Mikhaïl Sergachev.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer