Pas de relâche pour Laurent Duvernay-Tardif

Laurent Duvernay-Tardif a profité de la semaine de... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Laurent Duvernay-Tardif a profité de la semaine de congé des Chiefs de Kansas City pour passer quelques jours à Montréal.

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Revenu au jeu dimanche dernier après s'être remis d'une blessure à un genou, Laurent Duvernay-Tardif a profité de la semaine de congé des Chiefs de Kansas City pour venir passer quelques jours à Montréal.

Hier matin, Duvernay-Tardif a rencontré les médias et un groupe d'élèves du collège Durocher de Saint-Lambert en marge de sa nomination à titre de porte-parole officiel de la chaîne de magasins Sports Experts, qui célèbre cette année son 50e anniversaire.

«C'est une compagnie d'ici, et les compagnies "made in Québec", ça vient me chercher», a expliqué Duvernay-Tardif à Matthieu Proulx, qui animait l'évènement. «Je suis vraiment fier de m'associer avec cette marque, qui valorise l'activité physique chez les jeunes», a ajouté le garde en discutant avec les journalistes un peu plus tard.

Les jeunes élèves, qui font partie d'un programme études-sport, ont pu poser des questions au garde des Chiefs, qui a notamment insisté sur l'importance d'avoir plusieurs champs d'intérêt.

«Je crois sincèrement que l'équilibre est la clé du succès et de l'épanouissement. Et vous êtes en bonne voie d'accomplir ça puisque vous pratiquez tous un sport, en plus de mener vos études. L'équilibre entre le sport, vos études et vos autres passions est la chose la plus importante, selon moi.»

Lorsqu'un élève a demandé à Duvernay-Tardif quelle avait été la réaction de ses parents lorsqu'il leur avait annoncé qu'il voulait jouer au football, ce qu'il a fait à l'âge de 16 ans, il a bien sûr été question des dangers des commotions cérébrales.

«On le sait, le football est un sport de contact, et comme tous les sports de contact, qu'il s'agisse du football, du hockey, de la boxe ou même du soccer, il y a un risque de blessure, que ce soit musculo-squelettique ou au niveau des commotions cérébrales. Le plus important, c'est d'être à l'écoute de son corps et de le dire à son entraîneur ou à quelqu'un d'autre lorsqu'on ne se sent pas bien. Mes parents m'ont fait confiance.»

Parmi les meilleurs

Avant de subir une déchirure du ligament collatéral interne qui lui a fait rater quatre matchs, Duvernay-Tardif connaissait les meilleurs moments de sa jeune carrière. Selon le site Pro Football Focus, il était à égalité au deuxième rang de la NFL parmi les gardes en protection de passe.

«J'ai commencé la saison avec un bon focus et les choses se passaient bien. Malheureusement, il y a eu la blessure, mais j'ai l'intention de continuer le travail que j'avais entamé en début de saison.»

Dimanche dernier, les Chiefs se sont inclinés à Dallas et Duvernay-Tardif a reconnu que son retour au jeu avait été difficile.

«J'aurais aimé offrir une meilleure performance, mais après quatre semaines d'inactivité, j'étais un peu rouillé. C'était un match à l'étranger, alors la communication sur le terrain était un peu difficile, et on ne se le cachera pas, il y avait le cardio, aussi», a expliqué Duvernay-Tardif, qui devra probablement porter une orthèse pour le reste de la saison.

«J'aimerais mieux pas, mais je pense que c'est la chose à faire. Mes mouvements sont un peu limités, mais c'est la meilleure façon de prévenir une blessure plus grave.»

Au Super Bowl?

Les Chiefs ont perdu trois de leurs quatre derniers matchs, mais restent au plus fort de la course dans la Conférence américaine. Ça faisait longtemps que leurs chances de participer au Super Bowl, qui aura lieu le 4 février au Minnesota, n'ont pas été aussi bonnes.

«C'est extrêmement excitant. Cela dit, il ne faut pas se laisser emporter. Il y a plusieurs échelons à franchir et la pire chose à faire serait de se projeter en février», a rappelé Duvernay-Tardif, qui s'attend à une bonne seconde moitié de saison des siens.

«Je pense que depuis que [le] coach [Andy] Reid est avec les Chiefs, la semaine de relâche a toujours été une source d'inspiration pour les troupes. On est toujours revenus en force après notre semaine de relâche et je suis très confiant qu'on fera la même chose lors des sept matchs à venir.»

Alex Smith et Kareem Hunt... (Photo Tim Heitman, USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Alex Smith et Kareem Hunt

Photo Tim Heitman, USA TODAY Sports

L'attaque des Chiefs a amorcé la saison de brillante façon, grâce entre autres à la recrue Kareem Hunt et au vétéran Alex Smith.

«Kareem est un gars incroyable. Il joue du football très intense, très agressif. C'est un porteur de ballon qui prend toujours la bonne décision lorsque vient le temps de choisir une ouverture et qui fait bien paraître les joueurs de ligne offensive.

«Alex mérite beaucoup de crédit pour la saison qu'il connaît. C'est un leader incroyable et je pense qu'il n'obtient pas le mérite qui lui revient comme passeur. On lui reprochait de ne pas lancer assez de longues passes, mais cette année, il en a réussi plusieurs pour des touchés. Il commet peu de revirements. C'est un quart-arrière exceptionnel.»

Expérience olympique

Au terme de la saison, Duvernay-Tardif passera en mode olympique, lui qui se joindra à l'équipe de Radio-Canada comme journaliste.

«Les sports et les athlètes olympiques me passionnent. Ces gens-là travaillent hyper fort dans des cycles de quatre ans et doivent tout mettre en oeuvre afin d'atteindre leur pic tous les quatre ans. Leur force mentale me passionne et je m'en vais à PyeongChang afin de les interviewer et de connaître leur quotidien. De pouvoir leur poser des questions afin qu'ils puissent partager leur passion du sport, c'est un grand honneur pour moi.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer