Marché des joueurs autonomes de la NFL: complètement fou!

Les Jaguars ont convaincu Malik Jackson de s'amener... (photo Robert Deutsch, archives USA TODAY Sports)

Agrandir

Les Jaguars ont convaincu Malik Jackson de s'amener dans le nord de la Floride en échange d'un contrat qui pourrait lui rapporter 90 millions pour les six prochaines années.

photo Robert Deutsch, archives USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le problème n'est pas tant le plafond salarial dans la NFL. C'est le plancher. On a très bien pu le constater depuis l'ouverture officielle du marché des joueurs autonomes, mercredi après-midi.

Parce qu'elles doivent dépenser une somme minimale en salaires, des équipes comme les Jaguars de Jacksonville et les Raiders d'Oakland accordent des contrats démesurés. Le résultat est que la structure salariale à travers la ligue en est grandement affectée.

À titre d'exemple, les Jaguars ont convaincu Malik Jackson de s'amener dans le nord de la Floride en échange d'un contrat qui pourrait lui rapporter 90 millions pour les six prochaines années. Près de la moitié de cette somme (42 millions) est pleinement garantie. Jackson est un très bon ailier défensif qui continuera peut-être à s'améliorer. Mais l'ancien porte-couleurs des Broncos de Denver n'est quand même pas du même calibre que J.J. Watt...

Les Jaguars pouvaient dépenser 82,2 millions en salaires en vue de la prochaine saison, selon le USA Today. Jackson est l'un des joueurs qui en a profité, Tashaun Gipson en est un autre. L'ancien demi de sûreté des Browns de Cleveland a apposé sa signature au bas d'un contrat de cinq saisons pour plus de 35 millions. De leur côté, les Raiders ont consenti un contrat de 60 millions pour cinq ans au joueur de ligne offensive Kelechi Osemele, qui a disputé ses quatre premières saisons avec les Ravens de Baltimore, et un qui pourrait totaliser 39 millions au secondeur Bruce Irvin, anciennement des Seahawks de Seattle. La question n'est pas de savoir si Osemele et Irvin sont de bons joueurs. Ils le sont. Mais valent-ils autant d'argent? Ça, c'est une autre histoire.

C'est aussi parce que les Jaguars peuvent dépenser à outrance que l'ailier défensif Olivier Vernon a signé ce qui a peut-être été le contrat le plus sidérant de la semaine, gracieuseté des Giants de New York. Vernon a profité de la surenchère à laquelle se sont livrés les Giants et les Jags pour obtenir un faramineux (le mot est faible) contrat de 85 millions pour cinq saisons... Nombre de sacs en quatre saisons: 29. Salaire annuel: 17 millions.

Janoris Jenkins (21)... (photo Scott Kane, archives USA TODAY Sports) - image 2.0

Agrandir

Janoris Jenkins (21)

photo Scott Kane, archives USA TODAY Sports

Les Giants dépensent

La défense des Giants a été l'une des pires de la NFL au cours des dernières saisons et ils ont pris les grands moyens pour y remédier. C'est Tom Coughlin qui doit bien se demander pourquoi ils ont attendu si longtemps avant de le faire...

En plus d'embaucher Vernon, les Giants ont conclu une nouvelle entente avec Jason Pierre-Paul (une saison pour 8,5 millions), et ont convaincu le plaqueur Damon Harrison (46 millions pour cinq saisons) et le demi de coin Janoris Jenkins (62,5 millions pour cinq saisons) de changer d'équipe. Harrison et Jenkins jouaient respectivement pour les Jets de New York et les Rams de St. Louis.

Les Giants dépensent rarement des sommes similaires sur le marché des joueurs autonomes et il reste à voir si la stratégie fonctionnera. D'autres équipes ont toutefois utilisé cette voie à plusieurs reprises sans connaître de succès, mais continuent à le faire.

C'est le cas des Dolphins de Miami.

Malgré l'erreur que s'est avérée l'embauche du receveur Mike Wallace il y a trois ans, et même si la première saison de Ndamukong Suh à Miami a été des plus ordinaires l'an dernier, les Dolphins ont accordé un autre contrat discutable, cette fois à l'ailier défensif Mario Williams (17 millions pour deux saisons). Williams ne satisfait pas les attentes depuis le début de sa carrière. Cela dit, ce n'est peut-être pas si cher payé compte tenu du marché actuel.

Brock Osweiler... (photo Jack Dempsey, archives associated press) - image 3.0

Agrandir

Brock Osweiler

photo Jack Dempsey, archives associated press

Osweiler: un risque énorme

Un peu comme l'ont fait les Giants avec leur défense, les Texans de Houston ont décidé de sortir leur chéquier afin de tenter de s'acheter une attaque. Ils ont pris d'énormes paris en donnant des contrats de 72 millions (quatre saisons) au quart-arrière Brock Osweiler et de 26 millions (quatre saisons) au demi offensif Lamar Miller.

Osweiler a été le quart partant pour un grand total de sept matchs en quatre saisons avec les Broncos de Denver. Miller, lui, a toujours manqué de constance avec les Dolphins.

«Je sens qu'il y a quelque chose de spécial qui se passe avec les Texans», a commenté Osweiler, qui aurait refusé une offre de 16 millions par année des Broncos. On raconte que le quart de 6 pi 8 po voulait quitter Denver coûte que coûte.

C'est donc dire que les Broncos ont perdu Malik Jackson et le secondeur Danny Trevathan, qui a accepté un contrat de 28 millions pour quatre saisons des Bears de Chicago, en défense, et leur deux principaux quarts en attaque, Osweiler et Peyton Manning.

John Elway et les Broncos auraient Colin Kaepernick dans leur ligne de mire. Kaepernick, lui, ne semble plus vouloir jouer à San Francisco. Parlant des 49ers, ne devaient-ils pas réussir quelques grands coups afin de relancer leur équipe? Faut croire que la présence de Chip Kelly au poste d'entraîneur-chef a compliqué leur «pitch» de vente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer