Les Alouettes à la recherche d'une tête d'affiche

Jonathan Crompton a présenté un dossier de 8-1... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Jonathan Crompton a présenté un dossier de 8-1 à titre de quart partant la saison dernière, mais était-ce une illusion?

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Alouettes cherchent leur quart-arrière depuis qu'Anthony Calvillo a subi une commotion cérébrale en Saskatchewan, il y a presque deux ans. De la façon dont c'est parti cette année, les probabilités sont fortes qu'ils continueront de le chercher un bon moment encore.

Cet homme est-il dans la formation actuelle? Le jeu de Jonathan Crompton régresse plutôt que de progresser. Il est de plus en plus probable que sa fiche de 8-1 de l'année dernière en saison était une anomalie. Son jeu est nerveux, sa lecture du jeu, déficiente et sa technique, trop inconstante.

Idéalement, Dan LeFevour serait un quart réserviste, capable de gagner un match ou deux s'il doit jouer. Personne ne serait toutefois surpris s'il était le quart le plus utilisé de l'équipe en 2015. LeFevour pourrait surprendre, lui qui soutire le maximum de ses habiletés, mais il n'est probablement pas la solution à long terme.

S.J. Green, Fred Stamps et la recrue Cody Hoffman devraient être les trois receveurs les plus productifs d'un groupe qui ne représente plus une valeur sûre comme dans les années passées. Quel rendement offriront Nik Lewis, Samuel Giguère et les recrues Mikhaïl Davidson et Alex Charrette? Tout le monde devra mettre la main à la pâte.

Grâce à Josh Bourke, Jeff Perrett et Luc Brodeur-Jourdain, la ligne offensive devrait rester l'une des forces de l'équipe. Philip Blake remplacera Ryan Bomben et la recrue Jacob Ruby devrait être le successeur de Bourke comme bloqueur du côté gauche.

Il sera intéressant de voir quelle place occupera le jeu au sol dans l'attaque du coordonnateur Turk Schonert. Même s'il est plus petit, Tyrell Sutton est beaucoup plus robuste que Brandon Whitaker, alors que Stefan Logan ajoutera une nouvelle dimension avec ses feintes, sa polyvalence et la qualité de ses efforts.

Whitaker gagnait trop souvent une seule verge ou moins en situation de premier essai, ce qui plaçait les Alouettes dans des situations difficiles et prévisibles. Sutton trouve généralement le moyen de gagner un minimum de trois verges lorsqu'on lui donne le ballon, et compte tenu de l'inconstance du jeu de passe, ces quelques verges pourraient parfois tout changer.

Thorpe attend sa chance

Combien de matchs les Moineaux auraient-ils remportés si leur défense n'avait pas été aussi brillante lors des deux dernières saisons? L'unité est encore talentueuse avec des joueurs comme Alan-Michael Cash, Chip Cox, John Bowman, Gabriel Knapton, Bear Woods, Billy Parker et Jerald Brown. Qui plus est, elle possède une bonne profondeur.

L'architecte de la défense est Noel Thorpe, qui deviendra presque assurément un entraîneur-chef dans la prochaine année ou deux, que ce soit avec les Alouettes ou ailleurs. Le déroulement de sa carrière ressemble drôlement à celui de Chris Jones, un autre ancien coordonnateur défensif qui a dû patienter longtemps avant d'obtenir sa chance. Jones a rapidement redressé la situation chez les Eskimos d'Edmonton.

L'homme qui a été remplacé par Jones à Edmonton est celui qui a pour mission d'améliorer les unités spéciales des Alouettes. Kavis Reed pourra compter sur Logan sur les retours de bottés et l'équipe pourrait opter pour l'utilisation de deux botteurs, Sean Whyte et Boris Bede, lors des matchs. La jambe droite de Bede est nettement plus puissante que celle de Whyte, mais l'ancien du Rouge et Or de l'Université Laval n'a toujours pas démontré qu'il pouvait être un botteur constant. Il sera intéressant de suivre sa progression au cours de la saison.

Des gradins qui se vident

Il y a du talent en attaque, la défense devrait se maintenir parmi les meilleures du circuit, les unités spéciales devraient progresser, et il y a un peu plus de stabilité chez les entraîneurs. Mais on revient immanquablement à la case départ: cette équipe possède-t-elle un quart-arrière de qualité?

Ce n'est pas seulement d'un bon passeur qu'ont besoin les Alouettes. L'absence d'une tête d'affiche leur fait très mal. Qui est le visage de cette organisation à l'heure actuelle?

L'assistance diminue au stade Percival-Molson et ce n'est pas seulement parce que l'équipe gagne moins. Les départs de Ben Cahoon, Anthony Calvillo, Marc Trestman, Avon Cobourne, Matthieu Proulx, Étienne Boulay et Jamel Richardson sont en partie responsables de ce déclin.

Le président Mark Weightman a renouvelé l'expérience client au stade McGill comme il le pouvait. Mais afin de générer l'intérêt du public, les Als doivent essentiellement faire deux choses: trouver un quart-arrière qui pourrait devenir l'avenir du club et gagner. Et l'un ne va pas sans l'autre.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer