• Accueil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Les Alouettes ont connu de difficiles transitions au cours de l'année 2014 

Les Alouettes ont connu de difficiles transitions au cours de l'année 2014

L'année a été plus joyeuse pour les Carabins... (Photo: Bernard Brault, Archives La Presse)

Agrandir

L'année a été plus joyeuse pour les Carabins de l'Université de Montréal, qui ont écrit une page d'histoire en mettant d'abord fin à l'hégémonie du Rouge et Or de l'Université Laval sur le football universitaire québécois, avant de mettre la main sur leur première coupe Vanier.

Photo: Bernard Brault, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les Alouettes de Montréal ont eu beau revamper leur personnel d'entraîneurs afin de mettre le fiasco Dan Hawkins derrière eux, la formation montréalaise a tout de même connu une année 2014 difficile à bien des niveaux, à commencer au poste de quart partant.

Élu pour remplacer le nouveau retraité Anthony Calvillo, Troy Smith n'aura tenu le coup que pendant six rencontres, au cours desquelles les Alouettes n'ont remporté qu'une mince victoire. Après quelques essais et erreurs, l'équipe s'est tournée vers Jonathan Crompton, qui a été suffisamment bon pour aider les Alouettes à remporter huit de leurs dix derniers matchs et se faufiler en séries, où ils se sont inclinés en finale de l'Est contre les Tiger-Cats de Hamilton.

L'année a été plus joyeuse pour les Carabins de l'Université de Montréal, qui ont écrit une page d'histoire en mettant d'abord fin à l'hégémonie du Rouge et Or de l'Université Laval sur le football universitaire québécois, avant de mettre la main sur leur première coupe Vanier.

Dans la NFL, l'année s'est amorcée avec le triomphe sans équivoque des Seahawks de Seattle sur les Broncos de Denver au Super Bowl. Comme chaque année, elle prendra fin par le «Black Monday» pour plusieurs de ses entraîneurs et directeurs généraux, dont fort possiblement l'ex-Alouette Marc Trestman, dont les Bears de Chicago ne vont nulle part.

Alouettes: nouveaux entraîneurs, nouveaux quarts

L'année 2014 aura été la première de l'entraîneur-chef Tom Higgins à la barre des Alouettes, repoussant Jim Popp dans son unique rôle de directeur général. Tout le personnel a été revampé, certains postes plus d'une fois: alors qu'on avait d'abord confié l'attaque à Rick Worman, celui-ci a été remplacé par le jeune Ryan Dinwiddie, 33 ans, avant le premier match préparatoire de l'équipe. Dinwiddie a fait de son mieux, mais il n'a pas survécu au difficile début de saison des Alouettes: il a été rétrogradé comme entraîneur à l'attaque en fin de saison. Son rôle précis sera connu quand les Moineaux embaucheront leur nouveau coordonnateur à l'attaque, quelque part au début de 2015.

Quant à Higgins, si la saison s'est plutôt mal amorcée - les Alouettes présentaient une fiche de 1-7 à un certain moment - il a trouvé les ingrédients nécessaires pour faire tourner le vent. Son meilleur coup aura évidemment été de tasser Smith à la faveur de Crompton.

Sans brûler la ligue, Crompton s'est développé de match en match pour terminer la saison avec une respectable fiche de 8-2 comme partant, permettant ainsi aux Alouettes de terminer avec un dossier de ,500 et se qualifier pour les séries.

En demi-finale de l'Est, l'équipe a vaincu les Lions de la Colombie-Britannique 50-17, avant de s'incliner une semaine plus tard 40-24 devant les Tiger-Cats. Ces derniers subiront à leur tour la défaite à la Coupe Grey, remportée 20-16 par les Stampeders de Calgary, qui ont conclu la saison avec une fiche de 15-3.

La fin d'année aura également marqué le retour de Calvillo dans le giron de l'équipe. Le plus prolifique passeur de l'histoire du football professionnel s'est amené au début de décembre, à titre d'entraîneur à l'attaque. Si son rôle, à l'instar de celui de Dinwiddie, ne sera précisé qu'à l'arrivée du nouveau coordonnateur des Alouettes, Higgins a été clair: Calvillo pourra toucher à toutes les sphères de l'attaque.

SIC: au revoir Rouge et Or, bonjour Carabins

La coupe Vanier est demeurée au Québec pour une troisième saison d'affilée, mais pas à Québec, où elle avait l'habitude de loger depuis quelques années. Les Carabins ont effectivement mis fin au règne du Rouge et Or sur le football universitaire québécois en éliminant la puissante formation à la Coupe Dunsmore.

L'équipe de Danny Maciocia s'est ensuite assurée de participer à la grande finale du football universitaire canadien en disposant des Bisons de l'Université du Manitoba 29-26 à la Coupe Uteck, avant de signer un gain spectaculaire de 20-19 contre les Marauders de l'Université McMaster, confirmé sur un placement bloqué dans les derniers instants du match.

Cette victoire a permis à Maciocia, qui a remporté la coupe Grey en 2005 avec les Eskimos d'Edmonton, de devenir le premier entraîneur-chef à mettre la main sur les deux plus importants trophées du football canadien.

NFL: Triomphe des Seahawks

Dans la NFL, le Super Bowl XLVIII a mis aux prises les Seahawks de Seattle et les Broncos de Denver. Alors que plusieurs croyaient que Peyton Manning et les Broncos allaient l'emporter, ce sont plutôt Russell Wilson et la défensive des Seahawks qui ont écrasé les Broncos 43-8. Les Seahawks menaient 36-0 avant que les Broncos n'inscrivent leurs premiers points.

Le secondeur Malcolm Smith, qui a notamment ramené une interception sur 69 verges pour un touché, a été nommé joueur par excellence de cette rencontre.

Manning s'est repris sur le plan individuel, remportant pour la cinquième fois de sa carrière le titre de joueur par excellence du circuit Goodell.

La NFL a aussi été secouée par un immense scandale de violences familiales, notamment les cas de Ray Rice et d'Adrian Peterson, qui ont entaché la crédibilité du commissaire Roger Goodell. Ce scandale a entraîné des sanctions sans précédent et une réforme complète de la politique de la ligue au sujet de la conduite personnelle des joueurs et du personnel.

Trestman: la fin?

Ex-entraîneur-chef des Alouettes, Trestman a quitté Montréal il y a deux ans pour prendre en charge les Bears de Chicago. Après avoir raté les séries l'an dernier, le ciel est tombé sur la tête de Trestman et des Bears, qui montrent une fiche de 5-10 au moment d'écrire ces lignes. Déjà, plusieurs médias rapportent que Trestman aurait été informé par la direction de l'équipe qu'il perdrait son poste lors du «Black Monday», le 29 décembre prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer