Anthony Calvillo profite de sa retraite

L'ancien quart vedette des Alouettes, Anthony Calvillo... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

L'ancien quart vedette des Alouettes, Anthony Calvillo

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dan Ralph
La Presse Canadienne

Anthony Calvillo n'a pas eu de mal à rester occupé au cours de la dernière année.

La majeure partie de son attention a été consacrée à sa conjointe, Alexia Kontolemos, et leurs deux filles, mais il a aussi agi à titre de conférencier en plus de compléter les quelques cours qu'il lui manquait pour obtenir son baccalauréat en études générales, amorcé à l'Université de l'État de l'Utah avant qu'il ne passe chez les professionnels.

Il n'a pas regardé beaucoup de football et il n'éprouve aucun regret d'avoir pris sa retraite en janvier dernier.

«Une fois que j'avais pris cette décision, c'était réglé, a-t-il dit. Le jour de l'annonce a été difficile, mais quand je me suis levé le lendemain matin, j'étais en fait soulagé. Comme si un poids sur mes épaules était disparu. Je n'ai pas regardé derrière depuis.»

Calvillo sera de retour au stade Percival-Molson lundi, alors que les Alouettes retireront son no 13.

En 16 saisons, Calvillo a mené les Alouettes à huit matchs de la Coupe Grey, en remportant trois, en plus d'être nommé joueur par excellence du circuit en trois occasions. Calvillo s'est retiré en janvier après 20 saisons dans le football professionnel, dont il est le plus prolifique passeur, avec 79 816 verges. Il est aussi le meneur de tous les temps de la LCF pour les passes de touché (455), les passes complétées (5892) et les passes tentées (9437).

Les Alouettes retireront son chandail à la mi-temps du match face au Roughriders de la Saskatchewan. Tout un accomplissement pour l'homme de 42 ans natif de Los Angeles, qui s'est joint aux Alouettes en 1998 dans l'incertitude, après avoir été libéré par les Tiger-Cats de Hamilton.

«Je tentais de me redécouvrir et de trouver une façon d'être constant, a dit Calvillo, qui demeure toujours à Montréal. J'ai pu accomplir cela en ayant Tracy Ham comme mentor, qui m'a beaucoup appris sur la façon de se préparer de manière professionnelle.

«Le plus difficile a été d'apprendre à être constant et une fois que je suis devenu plus constant, ça a été de tenter de gagner un championnat et de demeurer au même niveau. Mais quand je regarde ça maintenant, jamais je n'aurais cru possible d'accomplir tout ce que j'ai fait en 20 ans.»

Calvillo ne deviendra que le 10e Alouette à voir son numéro retiré, après Herb Trawick (56), Virgil Wagner (78), Sam Etcheverry (72), Hal Patterson (75), George Dixon (28), Pierre Desjardins (63), Peter Dalla Riva (74), Junior Ah You (77) et Mike Pringle (27).

«J'ai gagné des championnats et j'ai été le joueur par excellence, alors votre nom se retrouve dans les livres des records. Mais à mes yeux, cet honneur reflète la qualité des équipes que nous avions.»

Calvillo a subi une commotion cérébrale qui a mis fin à sa saison en août 2013 contre les Riders. Il s'est retiré cinq mois plus tard. Il prévoit amorcer une carrière d'entraîneur à compter de l'an prochain et il devrait faire partie du personnel des Alouettes en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer