Les Vikings tenteront de freiner Jordy Nelson et les Packers

Jordy Nelson, des Packers de Green Bay, mène... (Photo Dennis Wierzbicki, USA Today)

Agrandir

Jordy Nelson, des Packers de Green Bay, mène la NFL avec 33 attrapés pour 459 verges.

Photo Dennis Wierzbicki, USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Genaro C. Armas
Associated Press
Green Bay

Bâtir une relation fructueuse entre un quart-arrière et un ailier espacé requiert beaucoup de temps et de communication.

Après sept saisons passées ensemble, force est de constater qu'il existe très peu de combinaisons plus performantes dans la NFL que celle entre le quart des Packers de Green Bay Aaron Rodgers et Jordy Nelson.

Lorsqu'un quart réputé pour la précision de ses passes s'allie au meilleur ailier espacé du circuit Goodell, ça peut causer des dommages. En conséquence, ils tenteront de poursuivre sur leur lancée lors du match contre les Vikings du Minnesota jeudi soir au Lambeau Field.

«Les meilleurs joueurs sont souvent les plus intelligents, et ceux qui portent une attention particulière aux détails, et Jordy a tellement de bons réflexes secondaires et tertiaires», a dit Rodgers.

«De plus, dès sa deuxième saison, il a vraiment voulu se retrouver sur la même longueur d'onde que moi et il s'intéressait à la façon dont j'anticipais le jeu, et depuis ce temps-là il fait partie de mes cibles préférées», a ajouté le quart des Packers.

Au départ, Rodgers était le seul interlocuteur. Nelson se contentait d'écouter. Puis, le receveur de passes a gagné sa confiance en réalisant des jeux importants. Le coordonnateur offensif Tom Clements a dit que Nelson effectuait des tracés irréprochables.

Désormais, c'est une conversation entre Rodgers et Nelson.

«Plus ça fait longtemps que tu es ici, plus tu gagnes de l'expérience avec (Rodgers), et plus tu bénéficies d'un léger - très léger - privilège de dire ce que tu penses», a commenté Nelson en s'esclaffant.

Il mène la ligue avec 33 attrapés pour 459 verges. Nelson a également la capacité de capter de nombreuses passes à proximité des lignes de côté, comme s'il marchait sur une corde raide. Il donne l'impression que certains des gestes les plus difficiles à poser sont parmi les plus faciles, comme par exemple en s'adaptant, dans les airs, pour capter un ballon en dépit du fait qu'il ait un couvreur sur le dos.

«Je ne pense pas que je sois entré ici après ma quatrième saison et que j'aie dit "Parfait, maintenant je vais te dire ce que je pense vraiment", a expliqué Nelson. Je crois que c'est important de se fier à son instinct, et qu'il s'agit simplement d'un processus. Je pense qu'il m'a posé une question, un jour, et c'est de là que tout a commencé.»

L'ailier espacé des Vikings Greg Jennings connaît bien le système implanté à Green Bay. Il a joué pour les Packers jusqu'en 2012, captant notamment 80 passes pour 1292 verges de gains et neuf touchés en 2008 - la saison recrue de Nelson.

Après que Nelson eut effectué neuf attrapés pour 209 verges de gains contre les Jets de New York lors de la deuxième semaine d'activités dans la NFL, Jennings lui a envoyé un texto le félicitant.

«J'ai dû lui envoyer un texto pour l'encourager, a confié Jennings. Mais, ouais, je ne suis pas surpris de ses succès.»

Il s'agira du premier duel entre les deux équipes depuis le match nul de novembre dernier au Lambeau Field.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer