Un troisième gain de suite pour les Alouettes?

Éric Deslauriers et les Alouettes se sont inclinés... (Photo Graham Hughes, PC)

Agrandir

Éric Deslauriers et les Alouettes se sont inclinés 33-23 devant les Eskimos d'Edmonton, le 8 août dernier, au stade Percival-Molson.

Photo Graham Hughes, PC

On ignore si c'est le hasard qui fait bien les choses, mais on dirait que les astres semblent vouloir s'aligner en faveur des Alouettes à l'approche de leur deuxième et dernier affrontement de la saison contre les Eskimos d'Edmonton, ce soir à 21h (heure de l'Est).

D'une part, les Eskimos (7-3) viennent d'encaisser deux défaites de suite. Et bien qu'il devrait être à son poste après avoir raté les trois derniers matchs de son équipe en raison d'une blessure à un pouce, le quart-arrière Mike Reilly semble encore un brin amoché.

À la lumière de tout cela, plusieurs pourraient être portés à penser qu'une troisième victoire consécutive pour les Als (3-7) est pratiquement dans la poche. Mais ceux-ci n'ont pas l'intention de pécher par excès de confiance.

«En défense, ils se lancent à votre poursuite de manière très agressive. Ils ont des ailiers défensifs qui peuvent représenter un défi pour la protection de notre quart-arrière», souligne l'entraîneur-chef Tom Higgins.

«Tant et aussi longtemps que nous ferons preuve d'une bonne exécution, les astres seront alignés pour nous, estime de son côté le demi offensif Tyrell Sutton. Nous avons fait du bon travail pour construire des séries offensives dernièrement et nous devons profiter de leurs blessures de la même manière qu'ils tenteront de profiter de notre courte semaine.»

Une fatigue physique et mentale

En effet, depuis leur victoire contre les Tiger-Cats de Hamilton, dimanche dernier, les Alouettes n'ont eu que très peu de temps pour se préparer en vue de ce match. Plus précisément, ils ne se sont entraînés que deux petits jours avant de s'envoler pour la capitale albertaine.

Ainsi, en plus d'avoir affaire à un adversaire de la redoutable division Ouest, les Moineaux devront composer avec une fatigue physique et mentale sans doute accrue.

«Hamilton est une équipe qui joue de façon très, très physique. Nous avons dû nous assurer de faire ce que nous avions à faire pour être prêts physiquement, car nous n'avons aucune excuse une fois que nous sautons sur le terrain», fait valoir Sutton.

Par ailleurs, ce duel Alouettes-Eskimos aura en quelque sorte des allures de retrouvailles pour Tom Higgins, qui a passé 11 saisons dans l'organisation des Esks, avec laquelle il a remporté la Coupe Grey en 2003.

«J'ai toujours hâte d'y retourner. Mes retrouvailles avec Calgary n'ont pas été ce que je voulais qu'elles soient, alors on souhaite que les retrouvailles avec Edmonton seront celles qu'on désire», a dit le pilote, faisant référence au tout premier match des Als cette année quand les Stampeders les ont varlopés du début à la fin.

Même chose pour le quart-arrière Jonathan Crompton, qui a amorcé sa carrière dans la LCF à Edmonton la saison dernière. Ne comptez toutefois pas sur lui pour donner dans la nostalgie.

«Je ne vois pas ça de cette manière. Nous partons en voyage d'affaires. Nous devons nous concentrer sur nous-mêmes et exécuter le plan de match comme les entraîneurs nous ont demandé de le faire», a-t-il insisté.

Rappelons enfin que le maraudeur Marc-Olivier Brouillette, blessé au bras contre les Tiger-Cats la semaine dernière, sera de la partie ce soir. Le receveur Éric Deslauriers, ennuyé par une blessure au genou, sera quant à lui laissé de côté.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer