Place au Super Bowl XLVII

Qui remportera le trophée Vince Lombardi, les Ravens... (Photo: Patrick Semansky, AP)

Agrandir

Qui remportera le trophée Vince Lombardi, les Ravens ou les 49ers?

Photo: Patrick Semansky, AP

Partager

Notre journaliste Miguel Bujold, sur place à La Nouvelle-Orléans, analyse les deux finalistes du Super Bowl, les Ravens de Baltimore et les 49ers de San Francisco, à quelques heures du grand duel.

Lorsque les Ravens auront le ballon

Même s'il est revenu au jeu au début des séries, il est clair que l'ailier défensif Justin Smith souffre encore de sa blessure au triceps. Il n'est pas aussi dominant qu'il l'est normalement et le jeu du jeune secondeur Aldon Smith s'en ressent.

Ce dernier est beaucoup plus discret que lors des trois premiers mois de la saison, mais les Ravens devront tout de même utiliser un demi offensif ou un ailier rapproché en protection afin de le ralentir en situation de passe. Le vétéran bloqueur Bryant McKinnie est vulnérable contre des joueurs explosifs comme lui, et il aura besoin d'aide.

L'état de santé de Justin Smith affecte également le rendement des 49ers contre la course. Il sera intéressant de voir si leur front défensif remportera sa bataille contre la ligne offensive des Ravens, qui joue exceptionnellement bien depuis le début des séries éliminatoires.

Ray Rice et Bernard Pierce forment un duo de porteurs de ballon qui ressemble à celui composé de Frank Gore et LaMichael James chez les Niners. Rice est l'un des demis les plus constants depuis son arrivée dans la NFL en 2008, tandis qu'à sa première saison, Pierce a ajouté de la vitesse à une attaque qui en manquait.

Pierce et Rice seront toutefois opposés à ce qui est la grande force de la défense des 49ers: Patrick Willis et NaVorro Bowman. Ne serait-ce qu'en raison de la présence des deux excellents secondeurs intérieurs, il serait très étonnant que les Ravens récoltent un haut total de verges au sol aujourd'hui.

C'est précisément pour cette raison que les Ravens seront plus dépendants de leur jeu aérien que les 49ers, ce qui n'est peut-être pas une mauvaise chose. Depuis la mi-temps du match de première ronde contre les Colts, on ne peut rien reprocher à Joe Flacco.

Le quart-arrière de 28 ans vient d'offrir deux performances sensationnelles qui ont permis aux siens d'éliminer les deux grosses pointures de la Conférence américaine, les Broncos et les Patriots. Si Flacco a été aussi bon, c'est en grande partie grâce à sa ligne offensive. Lorsqu'il est bien protégé, Flacco est un passeur de premier plan. Lorsqu'il ne l'est pas, il devient un quart très ordinaire.

Receveurs

Les receveurs des Ravens méritent également des éloges. Après avoir échappé plusieurs passes lors des ses premières saisons à Baltimore, Anquan Boldin a multiplié les jeux importants au cours des dernières semaines.

Boldin et l'ailier rapproché Dennis Pitta devront continuer à réussir des attrapés difficiles dans la circulation lourde, car à défaut d'être la plus habile en couverture, la tertiaire des 49ers est très robuste. Ces deux joueurs, ainsi que Rice et Pierce, devront être capables de conserver le ballon même s'ils sont frappés solidement.

Torrey Smith et Jacoby Jones ne sont pas aussi talentueux que Julio Jones et Roddy White, mais comme les deux receveurs-étoiles des Falcons, ils sont imposants et rapides, une combinaison qui a causé des ennuis à la tertiaire des Niners, il y a deux semaines.

Si Smith et Jones réussissent quelques longs jeux tôt dans le match, ça forcera les demis de sûreté Dashon Goldson et Donte Whitner à jouer un peu plus profondément sur certains jeux. Le travail des Ravens sera alors facilité au niveau du jeu au sol et des courtes passes.

Contrairement à celle des 49ers, l'attaque des Ravens devra connaître un très bon match par la passe, aujourd'hui. En fait, pour que les Corbeaux puissent remporter le deuxième Super Bowl de leur histoire, Flacco devra probablement être nommé joueur par excellence du match.

***

Lorsque les 49ers auront le ballon

La première chose que doit faire un joueur de défense lorsqu'il affronte un quart-arrière capable de réussir de longues courses comme Colin Kaepernick est de s'assurer qu'il y ait un joueur qui le surveille à chaque jeu. Dans le jargon du ballon ovale, on appelle ça «un espion».

Mais contrairement aux Falcons qui utilisent une défense 4-3 et qui possèdent donc des secondeurs rapides, les Ravens n'ont pas de candidats évidents pour faire ce travail. Terrell Suggs et Paul Kruger ne sont pas assez rapides et agiles, et la mission première de Dannell Ellerbe est d'arrêter le demi offensif, pas le quart.

Il ne serait pas étonnant qu'une grande partie du défi de surveiller Kaepernick revienne donc à Bernard Pollard, un demi de sûreté qui joue normalement près de la ligne de mêlée. D'une façon ou de l'autre, les Ravens devront changer d'espion régulièrement durant le match, car les Niners leur feraient assurément payer une trop grande prévisibilité.

Même s'il est étroitement surveillé, Kaepernick devra absolument réussir quelques courses importantes et il est probable qu'il fera. Avec deux semaines pour élaborer son plan de match, Jim Harbaugh a certainement trouvé des failles dans la défense de son frérot.

Il n'y a évidemment pas que Kaepernick qui devra être productif au sol. Frank Gore devra courir avec puissance comme il l'a fait contre les Falcons, et la recrue LaMichael James devra être un acteur important dans le match. Choix de deuxième ronde, James n'a pas été utilisé lors des trois premiers mois de la saison, mais son rôle ne cesse de grandir depuis le début de décembre.

De façon générale, les Ravens devraient être en mesure de contenir Gore et Kaepernick, mais pourraient être vulnérables lorsque James sera sur le terrain. Très explosif, l'ancien joueur-étoile des Ducks de l'Université de l'Oregon pourrait faire mal paraître les joueurs un peu plus vieux de la défense de Baltimore, à commencer par Ray Lewis.

Suggs, Lewis et Haloti Ngata jouent tous en dépit de blessures. La semaine supplémentaire de repos leur aura certainement été bénéfique avant d'affronter l'imposante ligne offensive des Niners, qui n'est vraiment pas reposante. Peu de quintettes peuvent compter sur trois joueurs du calibre de Joe Staley, Anthony Davis et Mike Iupati.

Lewis est le gros nom, et le temps d'un match, il pourrait briller comme à ses belles années. Mais le meilleur secondeur intérieur du club est clairement Ellerbe. Le joueur de 27 ans devra être particulièrement actif et productif. Sinon, le jeu au sol des Niners risque de dicter l'allure du match.

Kaepernick a beau être calme et sûr de lui, son 11e départ dans la NFL sera au Super Bowl et il sera opposé à une défense aguerrie et bien reposée. La combinaison de son inexpérience et des qualités exceptionnelles de lecture du jeu d'Ed Reed pourrait d'ailleurs mener à quelques revirements.

Justement à cause de la présence de Reed dans les zones profondes, Randy Moss ne devrait pas jouer un très grand rôle. À l'inverse, Vernon Davis pourrait fort bien être le receveur le plus sollicité du côté des Niners.

Pour la première fois depuis que Kaepernick a remplacé Alex Smith, Davis a connu un bon match en finale de conférence, captant cinq passes pour 106 verges et un touché. Les demis de coin Cary Williams et Corey Graham sont peut-être assez imposants pour couvrir Michael Crabtree, mais qui arrêtera Davis?

L'absence de Mario Manningham, l'un des héros du Super Bowl de l'année dernière, affaiblit un groupe d'ailiers espacés qui ne possédait déjà pas beaucoup de profondeur. C'est notamment pour cette raison que les Niners s'en remettront à leur jeu au sol aujourd'hui. Car, si Kaepernick doit tenter plus de 25 ou 30 passes, ils courront à leur perte contre la dangereuse tertiaire des Ravens.

***

Des joueurs (moins connus) à surveiller

LaMichael James

Demi offensif (49ers): James est une carte cachée, c'est le cas de le dire. Choisi en 2e ronde du repêchage d'avril dernier, il a touché au ballon pour la première fois de la saison le 9 décembre. James a marqué son premier touché en carrière, il y a deux semaines à Atlanta, et pourrait s'avérer un joueur-clé, aujourd'hui. Et ce, même si son utilisation risque d'être sporadique.

Les Ravens sont assez physiques pour arrêter Frank Gore, mais sont-ils assez rapides pour ne pas accorder de longs jeux à James? Si ce dernier réussit à déborder la défense des Ravens, sa course pourrait très bien se terminer dans la zone des buts. L'ancienne étoile des Ducks de l'Université de l'Oregon est également une menace par la voie des airs.

Dennis Pitta

Ailier rapproché (Ravens): le rôle du joueur de 27 ans gagne en importance de match en match au sein de l'attaque des Ravens. Après n'avoir inscrit que trois touchés à ses deux premières saisons, Pitta a éclos en 2012, totalisant 61 passes et sept majeurs. Ses succès se sont poursuivis en séries (10 attrapés et deux touchés), et il devra connaître un autre bon match afin que les Ravens puissent vaincre les Niners.

Le jeu des ailiers rapprochés est souvent déterminant dans les matchs robustes, et ce sera le cas de celui d'aujourd'hui. En plus de devoir saisir des passes dans la circulation lourde, Pitta et Ed Dickson devront être solides en protection afin de permettre à Joe Flacco de réussir quelques longues passes.

***

Plus jeunes et dynamiques

Les Ravens vivent des séries éliminatoires magiques, on en conviendra tous. Leur saison aura été mouvementée du début à la fin: la mort d'Art Modell, celle du frère de Torrey Smith, les blessures de Terrell Suggs et Ray Lewis, leur passage à vide en fin de saison, l'annonce de la retraite de Lewis, leurs étonnantes victoires à Denver et Foxborough en séries...

La proverbiale «équipe de la destinée» ? Ça ressemble à ça, oui. Sauf que l'équipe en face d'eux, aujourd'hui, est légèrement supérieure à la leur. Les lignes offensive et défensive des 49ers sont meilleures, leurs secondeurs sont plus jeunes et explosifs, et leur groupe d'entraîneurs est plus créatif.

Personne ne serait surpris de voir le conte de fées des Corbeaux se terminer en beauté. Mais au bout du compte, même si les deux formations se ressemblent énormément, les Niners sont plus jeunes et dynamiques. Et ils ont Colin Kaepernick, un talent exceptionnel.

On a eu droit à un Super Bowl entre les Packers et les Steelers, deux des grandes organisations de la NFL, suivi d'un deuxième affrontement mémorable entre les Giants et les Patriots, suivi du «HarBowl» d'aujourd'hui. On est choyés, chers amateurs du ballon ovale. Bon Super Bowl à vous tous!

***

À qui l'avantage?

Quart-arrière:    Ravens

Demis offensifs:    49ers

Receveurs:    Ravens

Ligne offensive:    49ers

Ligne défensive:    49ers

Secondeurs:    49ers

Tertiaire:    Ravens

Unités spéciales:    Ravens

Entraîneur-chef

et coordonnateurs:    49ers

Expérience:    Ravens

***

Les prédictions de nos experts

Jim Popp

Baltimore 24

San Francisco 23

Danny Maciocia

Baltimore 14

San Francisco 27

Matthieu Proulx

Baltimore 20

San Francisco 24

Jacques Dussault

Baltimore 23

San Francisco 20

***

Les paris «accessoires»

Vous pouvez miser sur tout au Super Bowl, même sur ce qu'on appelle les paris «accessoires» qui n'ont rien à voir avec le match. Quelques exemples:

Combien de temps durera l'hymne national d'Alicia Keys?

Plus de 2 minutes, 15 secondes: -110

Moins de 2 minutes, 15 secondes: -110

Est-ce que les cheveux de Beyonce seront plats ou bouclés/gaufrés au début du spectacle de la mi-temps?

Plats: -140

Bouclés/gaufrés: pari égal

Et le grand classique: quel sera la couleur du liquide versé sur l'entraîneur-chef gagnant au terme du match?

Transparent/eau: +175

Orange: +250

Jaune: +250

Vert: +750

Rouge: +750

Bleu: +750

***

En chiffres

25 000

Le trophée Vince Lombardi mesure 20 3/4 pouces de haut et pèse 6,7 livres. En argent sterling, il a été créé par Tiffany & Company et est estimé à 25 000 $.

5-0

Les 49ers ont une fiche de 5-0 au Super Bowl. Ils sont la seule équipe à avoir conservé une fiche parfaite alors qu'ils ont disputé plus d'un Super Bowl.

1er

L'entraîneur-chef des 49ers, Jim Harbaugh, alors quart-arrière des Colts, a été la victime du premier sac en carrière de Ray Lewis le 13 octobre 1996.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer