RG3 et Wilson: un coup fumant et un vol

Russell Wilson et Robert Griffin III... (Photos : Associated Press)

Agrandir

Russell Wilson et Robert Griffin III

Photos : Associated Press

Partager

C'est aujourd'hui que s'amorcent les séries éliminatoires de la NFL. Après notre aperçu des deux matchs du week-end dans la Conférence américaine, hier, voici celui des deux rencontres du côté de la Nationale.

Même s'ils ont payé cher, les Redskins de Washington ont réussi un coup fumant en s'assurant de pouvoir repêcher Robert Griffin III. Ce sont toutefois les Seahawks de Seattle qui semblent avoir réussi le vol du repêchage d'avril dernier.

Russell Wilson n'aura probablement jamais l'attrait d'une superétoile comme RG3, mais sa première saison est très comparable à celle du quart des Redksins. Les statistiques des deux recrues se ressemblent étrangement, et leur style de jeu est similaire.

Griffin est un athlète supérieur et possède un bras plus puissant. En revanche, Wilson est peut-être légèrement plus précis. Chose certaine, les deux quarts ont prouvé que leur réputation de gagnant n'était pas surfaite. Ils ont fait mentir une majorité d'experts en conduisant leur équipe en séries dès leur première saison.

Les Seahawks, les Redskins, et les Colts d'Indianapolis avec Andrew Luck, devraient être en voiture pour au moins une décennie. La différence, c'est que les Seahawks ont repêché Wilson en troisième ronde. Soixante-quatorze espoirs ont été choisis avant Wilson parce qu'il y avait un gros hic avec l'ancien porte-couleurs des Badgers de l'Université du Wisconsin. Ou devrait-on plutôt dire un petit hic: sa taille.

Les quarts-arrière de 5'10 ou 5'11, c'est normalement au Canada qu'ils jouent. Mais comme l'a récemment fait remarquer Wilson, le champ de vision des quarts de 6'2 est aussi obstrué que le sien, puisque les joueurs de ligne mesurent en moyenne 6'5. Autrement dit, à moins de mesurer 6'4 ou plus, la taille d'un quart est peut-être moins importante qu'on le soutient.

Comme RG3, Wilson bénéficie grandement d'un jeu au sol productif. Les Seahawks et les Redskins, qui termineront la première ronde éliminatoire en s'affrontant demain (16h), possèdent de jeunes lignes offensives en pleine ascension et de très bons porteurs de ballon. Marshawn Lynch et Alfred Morris courent en puissance et ne seront pas stoppés avec de timides plaqués.

Or, Wilson peut également compter sur une défense de premier plan, contrairement à Griffin. La défense des Skins a mieux joué au cours de la série actuelle de sept victoires du club, mais il y a des failles. L'unité de Jim Haslett devra absolument connaître du succès contre Lynch, demain. Sinon, elle pourrait passer un très long après-midi.

Les Redksins ont-ils les receveurs pour causer des problèmes à l'une des meilleures tertiaires de la NFL? La suspension de Richard Sherman a été annulée et celle de Brandon Browner est maintenant terminée. Aucune équipe ne possède une paire de demis de coin aussi imposante. C'est sans compter le demi de sûreté Kam Chancelor, qui mesure 6'3 et qui a terminé deuxième de l'équipe avec 100 plaqués.

Savez-vous quelle équipe veut éviter de croiser les Seahawks et leur «grosse» tertiaire sur son chemin? Les Falcons. Si Pete Carroll et sa fringante équipe éliminent les Redskins, ils disputeront probablement leur match suivant à Atlanta. Et il n'y a pas une formation qui est mieux outillée pour affronter Roddy White, Julio Jones et Tony Gonzalez.

Notre prédiction: Seahawks 24, Redskins 16

Pour une troisième fois depuis le 2 décembre

Il s'agira du deuxième affrontement en six jours et du troisième en un peu plus d'un mois entre les Vikings du Minnesota et les Packers de Green Bay. Les deux rivaux ont offert tout un spectacle, dimanche dernier, une victoire de 37-34 des Vikings.

Celui de ce soir (20h) risque d'être un peu moins palpitant. Les Vikings ont déjà gagné leur Super Bowl en obtenant leur improbable place en séries. Un exploit réussi sans Percy Harvin, de surcroît.

Les Packers en auront encore plein les bras avec Adrian Peterson, qui a totalisé 409 verges au sol en deux matchs contre eux. Il est par contre peu probable que Christian Ponder disputera un aussi bon match que la semaine dernière (trois touchés, aucune interception).

Lors de la visite des Vikes au Lambeau Field, le 2 décembre, Ponder a terminé le match avec 119 verges au compteur, et ses ailiers espacés ont totalisé trois attrapés... Le retour au jeu de Charles Woodson, ce soir, ne facilitera évidemment pas la tâche du quart de 24 ans.

Et des points, les Vikings devront en marquer beaucoup afin de surprendre les Packers. Aaron Rodgers et son groupe de receveurs élèveront leur niveau de jeu d'un cran avec le début des séries. Greg Jennings, Jordy Nelson, James Jones, Randall Cobb et Jermichael Finley devraient tous être en uniforme, ce qui a rarement été le cas en seconde moitié de saison.

À moins que leur ligne offensive ne connaisse toutes sortes de ratés et qu'ils multiplient les revirements, les Packers passeront au tour suivant, à San Francisco contre les 49ers, assez facilement.

Notre prédiction: Vikings 13, Packers 31

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La dernière chance des Ravens?

    Football

    La dernière chance des Ravens?

    Les séries éliminatoires de la NFL commencent demain. Voici un aperçu des deux affrontements du week-end dans la Conférence américaine. À lire demain... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer