• Accueil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Dominants à l'arrivée de Trestman, les Alouettes peinent depuis 

Dominants à l'arrivée de Trestman, les Alouettes peinent depuis

Mark Trestman... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Mark Trestman

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partager

Marc Tougas
La Presse Canadienne
Montréal

Dominants pendant les trois premières années de Marc Trestman à la barre de l'équipe, les Alouettes ont peiné au cours des deux dernières saisons.

Depuis que les Oiseaux ont disputé trois matchs de la Coupe Grey d'affilée de 2008 à 2010, l'emportant à leurs deux dernières présences, deux éliminations hâtives ont suivi.

Et même si Anthony Calvillo et compagnie ont réparé l'affront de l'an dernier en reprenant le premier rang de la section Est en saison régulière, cette année, leur fiche de 11-7 s'est avérée bien ordinaire en comparaison aux trois premières campagnes de Trestman, au cours desquelles le club n'a jamais subi plus de six défaites.

Une fiche qui reflète le manque de constance des joueurs de Trestman dans les trois aspects du jeu au cours des six derniers mois. Comme l'a dit l'entraîneur-chef lui-même lors du bilan de fin de saison, lundi, il y a eu des moments où les Alouettes ont réalisé des jeux «fantastiques», et d'autres où ils ont été tout simplement atroces.

Et ce, autant d'un match à l'autre qu'à l'intérieur d'une même rencontre.

«Comme je l'ai souvent dit cette saison, si vous regardez les matchs des sept autres clubs de la ligue cette saison, vous remarquerez que le manque de constance survient chez tout le monde dans cette ligue», a noté Trestman, lundi, en faisant l'analyse de la saison 2012, qui s'est terminée dimanche par une défaite de 27-20 aux mains des Argonauts de Toronto en finale de l'Est.

Plusieurs facteurs permettent d'expliquer ce qu'on peut qualifier de «déclin», étant donné que de l'aveu même du directeur général Jim Popp, de Trestman et de ses joueurs, toute année sans match de la Coupe Grey est une année décevante aux yeux des Alouettes.

Et ce, même si Popp a relevé le fait que c'est la première fois depuis les années 1998 et 1999 que les Alouettes ont été exclus du match de championnat deux années de suite, «une situation qui ferait l'envie des autres clubs dans la Ligue canadienne», a souligné le D.G. «Les gens croient que c'est un processus qui se fait facilement. Et c'est vrai que nous visons de l'emporter semaine après semaine, a déclaré Calvillo. Nous avons vraiment gâté nos partisans, et nous-mêmes aussi, en jouant à un niveau tel que ce sont maintenant nos attentes. Quand nous perdons, nous cherchons aussitôt les moyens qui nous permettront de retrouver notre niveau d'avant.»

«C'est une ligue très différente de celle que j'ai connue quand je suis arrivé en 2008. Le niveau de jeu a changé de manière importante depuis deux ans et cette année, le portrait a considérablement changé au chapitre de l'identité des quarts qu'on retrouve dans la section Est», a ajouté Trestman en faisant allusion au fait que les rivaux des Alouettes se sont renfloués à ce poste cette année, notamment chez les Argos avec Ricky Ray.

«La ligue est meilleure, les entraîneurs sont meilleurs et les joueurs le sont aussi», a souligné le receveur Brian Bratton.

«L'effort a été au rendez-vous à chaque match cette année, mais nous avons été victimes d'une épidémie de blessures», a dit Popp, en faisant notamment allusion aux nombreuses blessures chez les porteurs de ballon (Brandon Whitaker et Victor Anderson) et les receveurs (Brandon London et Jamel Richardson), mais surtout au sein de la ligne défensive. Celle-ci a été affaiblie avant même le début de la saison en raison de blessures subies pendant le camp par des joueurs pressentis pour des postes de partants.

«Nous avons dû composer avec beaucoup d'adversité cette année. Il y a eu des blessés et des joueurs sont revenus au jeu, mais il y avait encore des gars mal en point (dimanche)», a ajouté Calvillo.

«Quand Marc Trestman est arrivé, il a amené quelque chose de nouveau, et maintenant les autres équipes ont commencé à comprendre son approche, et trouvé le moyen de nous rendre la vie plus dure, a expliqué le demi à l'attaque Whitaker. Mais j'ai quand même le sentiment que lorsque nous perdions des matchs, c'était par notre propre faute. Et ç'a encore été le cas (dimanche). Notre exécution a fait défaut et on a commis trop de revirements.»

«Nous n'avons pas la longueur d'avance d'il y a quelques années, mais nous sommes encore compétitifs. Et nous nous sommes quand même mis en position de gagner le match (dimanche)», a ajouté Bratton.

«Ce sera aux entraîneurs de trouver de nouvelles idées, ainsi que de nouveaux joueurs de talent l'an prochain. Comme c'est le cas chaque année, il va y avoir de nouveaux joueurs qui vont s'amener et nous aider à gagner, a noté Calvillo. Marc est un entraîneur incroyable, l'un des meilleurs que j'ai jamais connus. Il est fidèle à lui-même, et les gars adhèrent à son approche.

«Je suis très fier de ce qu'ont fait mes coéquipiers et le personnel d'entraîneurs, mais il faut retrouver ce niveau qui fait de nous pas seulement une bonne équipe, mais une équipe dominante, a par ailleurs lancé le vétéran quart. Nous avons terminé au sommet de notre section, mais ç'a été une chaude lutte. Il faut revenir à ce que nous étions avant et rappeler aux autres équipes, l'an prochain, que nous n'allons pas seulement les battre, mais les battre de façon claire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer