Retour des Expos: le groupe montréalais est prêt

Le maire de Montréal, Denis Coderre, et l'homme... (Archives, La Presse)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, et l'homme d'affaires Stephen Bronfman avaient cosigné une lettre transmise aux 30 équipes du Baseball majeur ainsi qu'au commissaire Rob Manfred, à l'automne 2015, pour signifier l'intérêt de Montréal de retrouver sa place au sein de ce groupe sélect.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Le groupe d'investisseurs montréalais désirant ramener le Baseball majeur à Montréal est prêt. Il n'attend qu'un appel du commissaire Rob Manfred.

«Nous sommes en mesure de répondre aujourd'hui aux conditions établies par le Baseball majeur», a affirmé à La Presse canadienne une personne bien au fait du dossier.

Afin d'espérer ravoir un club, le commissaire Manfred avait établi des conditions claires à Montréal: un montage financier solide, l'appui des gouvernements, un site et les plans d'un stade. Toutes ces conditions sont maintenant remplies par le groupe.

«Je peux te dire que nous ne sommes plus à la recherche d'investisseurs dans le projet et nous croyons être en possession de tous les ingrédients pour accueillir une équipe, que ce soit une équipe existante ou un club d'expansion. En plus de l'équipe, ça prend un maire, l'appui d'un gouvernement ou deux, le secteur privé, un emplacement et un stade.»

Ainsi, cette source a confirmé que l'argent est au rendez-vous, que l'appui de deux des trois paliers de gouvernement est acquis, que le groupe dispose de quelques sites et pas moins de cinq plans de stade qui pourront servir de pierre d'assise au projet.

«Nous n'irons pas dire que nous privilégions un site ou un autre. Par contre, c'est certain que d'être bien servis par les transports en commun est primordial.» Au bout du fil, cette source rit quand on lui parle de bassin Peel et de ce secteur de Griffintown, qui seront bien desservis par le prochain projet de train de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

«Nous n'avons pas éliminé de sites, nous avons même quelques choix de plus si on voulait», ajoute cet interlocuteur.

Quant au stade, tout est également en place.

«Il y a des plans qui circulent depuis 1999, que (la firme d'architectes) Provencher Roy avait dessinés pour le stade Labatt qui n'a jamais vu le jour. D'autres plans ont été dessinés au fil des ans. On pourra choisir la version que l'on veut: il y en a cinq. Ce sont des plans préliminaires. On pourrait facilement les retravailler une fois le projet lancé.»

Le groupe est à ce point prêt que si le Baseball majeur devait les contacter au cours des prochains jours, semaines ou mois pour quelque raison que ce soit, le projet peut dès maintenant être mis en branle.

«Selon moi, le plus important dans tout ça, c'est l'équipe. Tous les autres points sont suffisamment avancés.»

L'an dernier, Stephen Bronfman et Mitch Garber ont dévoilé publiquement leur engagement dans ce projet. Prônant la patience, Bronfman avait alors déclaré qu'il était trop tôt pour amorcer le montage financier. Douze mois plus tard, il semble que ce soit maintenant chose faite.

«Quand Stephen Bronfman a annoncé au Stade olympique l'an dernier que les choses avançaient, qu'il était lié au projet et que les choses allaient se passer en coulisses, c'était vrai. Il avait une bonne idée de ce qui s'en venait et on est là-dedans. Les choses progressent. (...) Mais nous ne sommes pas maîtres de l'échéancier.»

Bronfman et le maire de Montréal, Denis Coderre, avaient également cosigné une lettre transmise aux 30 équipes du Baseball majeur ainsi qu'au commissaire Manfred, à l'automne 2015, pour signifier l'intérêt de Montréal de retrouver sa place au sein de ce groupe sélect.

L'an dernier, le commissaire Manfred a admis qu'il souhaiterait une ligue à 32 clubs, afin de faciliter la confection du calendrier. Mais il avait aussi indiqué qu'avant de penser à une expansion, il fallait d'abord ratifier une nouvelle convention collective avec l'Association des joueurs - ce qui a été fait en décembre dernier - et que la situation des stades à Oakland et Tampa Bay devait être réglée.

Le dossier piétine dans ces deux villes. À Tampa Bay, le propriétaire majoritaire des Rays, Stuart Sternberg, a déclaré la semaine dernière qu'il avait dû renoncer à ses deux sites préférés puisqu'ils ne sont pas disponibles et que la recherche d'un éventuel nouveau site, qu'il espérait être complétée d'ici août, ne le sera pas avant la fin de l'année.

«Ce n'est pas concluant. Sternberg a dit au cours des dernières années qu'il allait étudier toutes les possibilités autour de Tampa et il a obtenu la permission de regarder à l'extérieur du comté de (Pinellas), alors il fait cette démarche et il sera en mesure de dire: "J'ai fait mes devoirs". Je vois ça comme un jeu politique. Il ne faut pas trop lire de cette situation autre que le fait que le gars dise que les sites nos 1 et 2 ne sont pas disponibles et qu'il poursuit ses devoirs. Il montre qu'il fait tous les efforts possibles pour rester. C'est bon pour sa business de toute façon.»

À Oakland, les Raiders de la NFL viennent d'annoncer leur départ vers Las Vegas, quittant ainsi le vétuste Oakland-Alameda County Coliseum, où résident également les Athletics. Ces derniers se sont engagés à demeurer à Oakland, pour autant qu'ils obtiennent un nouveau stade.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer