Dodgers: des questions entourent l'avenir de Don Mattingly

Don Mattingly... (Photo Frank Franklin II, archives AP)

Agrandir

Don Mattingly

Photo Frank Franklin II, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Beth Harris
Associated Press
LOS ANGELES

Les Dodgers de Los Angeles seront de nouveau absents de la Série mondiale. L'organisation qui pouvait compter sur la plus volumineuse masse salariale du baseball majeur, à 289,6 millions de dollars, n'a pu faire mieux que deux victoires en matchs éliminatoires. Jeudi soir, les Dodgers se sont inclinés 3-2 face aux Mets de New York lors du match ultime de la série de division de la Ligue nationale.

Qui est à blâmer? Les joueurs insistent sur le fait que ce n'est pas la faute du gérant Don Mattingly.

«Il n'a rien à voir avec cela, a déclaré le voltigeur de gauche Kike Hernandez. La question ne se pose même pas. Donnie est notre gérant.»

«Il est notre homme, et je crois en lui», a renchéri le vétéran joueur de premier but Adrian Gonzalez.

Le contrat de Mattingly est valide pour une autre saison, mais les Dodgers pourraient décider de confier leur imposante masse salariale à un autre homme.

Le principal intéressé n'était nullement d'humeur à discuter de son statut après l'abrupte fin de saison de son équipe. Il a rejeté avec impatience une question à ce sujet avant de demander au modérateur à la conférence de presse d'après-match de passer à autre chose.

En cinq ans à la tête des Dodgers, Mattingly affiche un dossier cumulatif de 446-363. Il n'a jamais connu une saison en-deçà de la barre de ,500 et il compte trois titres consécutifs de la section Ouest. L'ancienne vedette des Yankees occupe le sixième rang pour le nombre de victoires parmi tous les gérants de l'histoire des Dodgers.

Mais en trois participations aux séries éliminatoires sous la direction de Mattingly, les Dodgers n'ont gagné qu'une seule ronde, il y a deux ans contre les Braves d'Atlanta, et en ont perdu trois. Ils n'ont pas réussi à se qualifier pour la Série mondiale depuis 1988, année de leur dernier triomphe.

«Vous vous présentez au camp d'entraînement, vous travaillez tout l'hiver, vous vous battez toute l'année pour vous placer dans une telle situation, et tout s'écrase, a observé Mattingly. Je ne pense pas qu'il existe une seule façon d'apaiser la douleur.»

Même s'ils ont versé plus de 780 millions de dollars en salaires au cours des trois dernières saisons, les Dodgers n'ont rien gagné. De plus, ils devront verser une somme additionnelle d'environ 40 millions de dollars en taxe de luxe.

Zack Greinke, victime du circuit décisif de Daniel Murphy jeudi, pourrait avoir effectué son dernier lancer avec les Dodgers. Greinke, qui célébrera son 32e anniversaire de naissance la semaine prochaine, peut annuler les trois dernières années de son contrat - évaluées à 71 millions de dollars - et devenir un joueur autonome.

«Ce serait agréable de revenir, a-t-il admis après le match. Il n'y a eu aucun drame en comparaison avec les deux dernières années. Tout le monde s'entendait bien. Nous avons bien joué en équipe. Nous avions une formation avec beaucoup de profondeur. La situation était très bonne ici.»

En quatre départs en matchs éliminatoires, Greinke et l'as gaucher Clayton Kershaw n'ont récolté que deux victoires, un rendement qui ne correspond pas à ce qu'ils ont offert en saison régulière. Kershaw a dominé les Ligues majeures avec 301 retraits au bâton et Greinke a fait de même au chapitre de la moyenne de points mérités. Les deux artilleurs sont de sérieux candidats au trophée Cy Young dans la Ligue nationale.

Malgré cette autre élimination hâtive, Gonzalez croit que la formation actuelle et son gérant ont ce qu'il faut pour tout gagner.

«Il faut continuer de travailler. Si tous les gars actuellement ici sont de retour l'an prochain, nous aurons ce qu'il faut.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer