Les partisans des Blue Jays seront-ils «malades» vendredi?

Les deux premiers matchs des Blue Jays en... (Photo Nathan Denette, PC)

Agrandir

Les deux premiers matchs des Blue Jays en séries auront lieu en après-midi à Toronto. Ce calendrier adopté par le Baseball majeur représente une douche froide pour les partisans de l'équipe.

Photo Nathan Denette, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diana Mehta
La Presse Canadienne
Toronto

Des journées de maladie, des demandes de vacances de dernière minute ou encore vendre à regret ses billets, voilà les options qui s'offrent aux partisans des Blue Jays de Toronto, dont les très attendus matchs en séries ont été mis à l'horaire en après-midi.

Le premier match de la série de division contre les Rangers du Texas sera disputé à compter de 15h37 ou 16h07 jeudi après-midi, tandis que le deuxième commencera à une heure encore plus hâtive - 12h45 - le lendemain.

Ce calendrier adopté par le Baseball majeur - pour répondre aux demandes des réseaux de télévision - s'est voulu une douche froide pour les partisans de l'équipe, qui peuvent savourer une première présence en séries depuis 1993.

Pour Samantha Samantha Valters, qui n'a pas pu prendre un jour de vacances avec si peu de préavis, cela signifie qu'elle a dû mettre ses billets en vente.

«J'attendais ce moment depuis plus de 20 ans, alors c'est très décevant, a indiqué la femme de 31 ans. Ça ruine un peu l'engouement dans cette ville qu'on ne puisse pas tous se rassembler et encourager notre équipe.»

De simuler une maladie n'était pas une option pour Valters, dont les confrères de travail savent à quel point elle une grande partisane des Jays.

«Je suis une super-partisane. Je porte des vêtements à l'effigie des Blue Jays présentement. J'ai des "bobble-heads" sur mon bureau, a-t-elle dit en riant. Je suis allée aux matchs de la Série mondiale quand j'étais enfant et j'ai hâte à ce moment depuis si longtemps.»

Valters souhaite pouvoir assister aux autres matchs éliminatoires, mais elle note qu'elle ne pourra le faire que s'ils sont présentés après les heures de bureau.

«Au moins, ils sont en séries, ce qui me rend incroyablement heureuse. Mais je souhaiterais y être et ressentir toute cette camaraderie.»

Comme Valters, Josh Elijah veut vivre les matchs éliminatoires avec ses amis. Celui qui habite London n'a pas encore de billets pour les matchs à Toronto, mais il est déterminé à trouver une façon de voir les matchs. Il prévoit quitter le travail plus tôt jeudi, mais il ne sait toujours pas comment il fera pour voir le match de vendredi.

«Je vais tenter de quitter le boulot de quelque façon que ce soit, a-t-il indiqué, ajoutant qu'il espère que son patron sera compréhensif. Je veux regarder ces matchs avec mes amis. C'est le moment que tous les partisans des Jays attendaient.»

Le partisan, qui est âgé de 30 ans, compte utiliser au moins une journée de maladie dans les prochaines semaines si d'autres matchs en matinée devaient être joués à Toronto.

De son côté, Jacob Robinson compte prendre des journées de vacances si d'autres rencontres devaient être disputées en après-midi. Il sera du deuxième match en raison d'un congé qui tombe pile, mais sa femme et lui ne pourront être du premier match.

«C'est un coup bas de ne pas pouvoir assister à ce premier match éliinatoire en 22 ans. C'est ce match qui m'excitait vraiment.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer