Le baseball majeur entre dans l'ère de la révision vidéo

Dans le ROC - pour Replay Operations Center... (Photo Richard Drew, AP)

Agrandir

Dans le ROC - pour Replay Operations Center -, à New York, des arbitres aidés de techniciens prendront des décisions qui pourraient influencer le dénouement des matchs.

Photo Richard Drew, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ronald Blum
Associated Press
New York

Après avoir laissé les arbitres trancher toutes les décisions sur le terrain depuis 1876, le baseball majeur procède à l'inauguration, en fin de semaine, d'une salle de contrôle hautement sophistiquée dans laquelle des jeux serrés vont être revus par des arbitres basés à New York, dans l'édifice où le biscuit Oreo a été créé.

Le match entre les Dodgers de Los Angeles et les Padres de San Diego, dimanche soir, va marquer l'ouverture officielle du ROC - pour Replay Operations Center.

Dans une pièce peu éclairée d'un peu moins de 1000 pieds carrés, située au marché Chelsea dans le quartier Meatpacking de Manhattan, des arbitres aidés de techniciens prendront des décisions qui pourraient influencer le dénouement des matchs.

Un investissement de plus de 10 millions $ a été requis afin de relier par câblodistribution les 30 stades pour la retransmission d'images des 12 caméras installées dans chacun des stades.

Tout cela afin de prévenir des décisions erronées comme celle qui a privé Armando Galarraga, des Tigers de Detroit, d'un match parfait en 2010.

Le baseball majeur s'est montré réfractaire face à la révision vidéo, même après avoir vu les autres ligues professionnelles majeures en adopter l'utilisation: la NFL en 1986, la LNH en 1991, la NBA en 2002.

On a fait un pas vers l'utilisation de la reprise vidéo en août 2008 afin d'établir s'il s'agit réellement de circuits quand la balle tombe près des clôtures ou des lignes de démarcation, au champ extérieur.

L'ancien gérant Joe Torre, vice-président exécutif du baseball majeur qui supervise le nouveau système, s'est longtemps opposé à la reprise vidéo, mais il a changé d'opinion en octobre 2012 quand une décision controversée a provoqué la défaite des Yankees de New York, en Série de championnat.

«C'est à ce moment que j'ai réalisé que nous ne pouvions plus ignorer la technologie, et que c'était ce que les amateurs désiraient.»

Huit arbitres seront d'office à chaque semaine dans la salle de contrôle. Six d'entre eux seront en poste les soirs de calendrier occupé. Chacun épiera deux matchs en même temps. Quand un arbitre aura une révision à faire, les appareils télédiffusant les autres matchs s'éteindront. Si un arbitre a deux révisions à faire en même temps, une sera transférée à un autre arbitre.

La révision doit démontrer hors de tout doute qu'il y a eu erreur afin qu'on renverse la décision prise sur le terrain.

Les gérants peuvent contester une décision par match. Si on leur donne raison, ils récupèrent leur contestation. Si un gérant n'a plus de contestation à compter de la septième manche, un arbitre peut exiger une révision d'un jeu. On estime qu'une révision ne nécessitera pas plus en temps que trois minutes en moyenne. Comme les matchs ont été d'une durée moyenne de 2h59, la saison dernière, on va voir à accélérer quelque peu le jeu.

Le baseball majeur a établi que 156 décisions erronées en 2013 avaient été prises sur des jeux forcés, 60 sur des vols de but et 76 autres sur des jeux avec contact sur les buts ou au marbre - soit 86% de toutes les décisions erronées.




publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer