Ryan Lochte suspendu 10 mois

Le nageur américain Ryan Lochte et trois de ses... (Photo Michael Sohn, AP)

Agrandir

Le nageur américain Ryan Lochte et trois de ses coéquipiers avaient prétendu avoir été braqués par des faux policiers à Rio.

Photo Michael Sohn, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Eddie Pells
Associated Press

Ryan Lochte ne pourra pas nager avant juin 2017 et il devra remettre les 100 000 $ US qu'il a reçus à titre de bonis associés à la conquête de sa médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro.

Ces sanctions lui ont été imposées à la suite des incidents dans lesquels il a été impliqué lors des derniers Jeux olympiques.

Le Comité olympique américain (USOC) et la fédération nationale de natation, USA Swimming, ont annoncé les sanctions jeudi. Lochte a accepté la suspension, qui le privera des Mondiaux 2017.

Il ne pourra pas non plus toucher quelque financement que ce soit de l'un ou l'autre des deux organismes, ne pourra s'entraîner dans l'un des centres de l'USOC, devra effectuer 20 heures de travaux communautaires et n'accompagnera pas l'équipe olympique américaine à la Maison-Blanche.

Ses coéquipiers Gunnar Bentz, Jack Conger et Jimmy Feigen, impliqués avec Lochte dans les incidents qui se sont produits dans une station-service, ont quant à eux été suspendus pour quatre mois. Ils sont également privés de tous leurs privilèges.

Bentz, qui est âgé de 20 ans, devra de plus effectuer 10 heures de travaux communautaires pour ne pas avoir respecté le couvre-feu imposé aux athlètes de moins de 21 ans.

«Comme nous l'avons précédemment dit, le comportement de ces athlètes était inacceptable. Il s'agissait de calomnies injustes à l'endroit de notre hôte et ces gestes ont détourné l'attention qui aurait dû être portée aux accomplissements historiques de l'équipe américaine, a déclaré le chef de la direction de l'USOC, Scott Blackmun. Chacun de ces athlètes a accepté la responsabilité de ses gestes et les sanctions appropriées.»

La Fédération internationale de natation (FINA) a qualifié les sanctions «d'appropriées et suffisantes», ajoutant qu'elle n'avait pas l'intention d'en ajouter de son côté.

L'USOC accorde des bonis de 25 000 $ pour chaque médaille d'or olympique, tandis que USA Swimming  a donné 75 000 $ pour le même exploit lors des Jeux précédents.

Cette somme n'est rien en comparaison avec ce que Lochte a perdu en commandite le mois dernier seulement. Plusieurs de ses partenaires, dont Speedo USA et Ralph Lauren, l'ont largué à la suite des incidents qui se sont produits au Brésil, mais surtout en raison de sa version changeante des faits. Ses pertes ont été évaluées à 1 million $.

Bien que sa suspension de 10 mois soit de quatre mois plus longue que celle imposée à Michael Phelps en 2014, qui avait été arrêté pour une deuxième fois pour conduite en état d'ébriété, son exclusion des prochains Championnats du monde n'est pas considérée comme une sanction sévère, puisque les Mondiaux présentés dans la première année d'un cycle olympique attirent généralement un plateau moins relevé.

Malgré l'embarras dans lequel il s'est lui-même plongé, Lochte ne s'est pas caché pour autant: il continue d'alimenter ses comptes sur les réseaux sociaux et a accepté une place dans la prochaine saison de Dancing with the Stars.

Le mois dernier, la police brésilienne a accusé Lochte d'avoir déposé une fausse plainte pour vol. Lochte n'a pas indiqué s'il allait retourner au Brésil pour se défendre.

La médaille d'or de Lochte au relais 4 x 200 m style libre a été l'une des 121 médailles gagnées par les États-Unis aux Jeux de Rio. Les gestes qu'il a posés dans cette station-service ont toutefois jeté ombrage à la deuxième semaine des Olympiques.

La commission d'éthique du Comité international olympique étudie également ces incidents.

«Quand des infractions au Code de conduite sont commises, il est de notre devoir de poser des gestes à la mesure de ces infractions, a indiqué le directeur général de la fédération nationale, Chuck Wielgus. Malheureusement, cet incident a détourné l'attention des athlètes qui la méritaient vraiment.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer