Kim Boutin n'a pas connu l'été qu'elle espérait

Kim Boutin souhaite poursuivre sa progression après avoir... (Photo Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Kim Boutin souhaite poursuivre sa progression après avoir été la meilleure Canadienne aux Mondiaux de patinage de vitesse courte piste avec une septième place au classement général.

Photo Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

Kim Boutin croyait bien pouvoir prendre quelques semaines cet été pour savourer sa première saison de rêve dans les rangs seniors en patinage de vitesse courte piste, mais une simple malchance a complètement changé ses plans.

«Elle s'est barrée le dos en soulevant une poubelle chez elle, quelques semaines après les Championnats du monde de l'ISU à Montréal», a évoqué l'entraîneur-chef de l'équipe féminine, Frédéric Blackburn.

Après avoir été examinée, les médecins lui ont diagnostiqué une hernie discale, et en conséquence elle a dû prendre deux mois de repos forcé.

«J'ai toujours poussé la machine à fond de train, tant à l'entraînement qu'en compétition, donc c'est certain qu'il y a eu un moment où j'ai touché le fond, a admis Boutin, dont c'était la première blessure sérieuse en carrière. Ç'a été difficile en avril et en mai. Présentement, ça fait environ deux mois que j'ai repris l'entraînement, et j'ai l'impression que ça va beaucoup mieux.»

Ce retard de deux mois n'est pas exactement l'idéal pour une patineuse qui souhaite poursuivre sa progression après avoir été la meilleure Canadienne aux Mondiaux avec une septième place au classement général - dont une quatrième au 1000 m. La Sherbrookoise, qui est âgée de seulement 20 ans, a d'ailleurs indiqué qu'elle visait rien de moins qu'un podium lors des prochains Mondiaux. Pour remédier à la situation et éviter qu'une telle blessure ne se reproduise, Boutin a modifié légèrement son entraînement.

«J'ai beaucoup travaillé pour renforcer mes muscles fessiers, en mettant l'emphase sur le soutien, a expliqué celle qui a été nommée Étoile montante de l'année sur courte piste par Patinage de vitesse Canada en 2014. Je vais m'arranger pour faire plus attention à mon corps, parce que c'est lui qui me traîne. Vous savez, je ne ressens pas tellement de pression (par rapport à mes résultats de l'an dernier), car je considère que je suis encore en apprentissage.»

Ce point de vue est partagé par Blackburn, qui considère que cette malheureuse expérience contribuera à son développement en la rendant plus solide mentalement.

«C'est sûr qu'en ne s'entraînant pas pendant deux mois, sa progression a été plus lente que les autres filles, a-t-il admis. Pour moi, ce qu'elle a vécu cette année, c'est un outil qu'elle aura pour le reste de sa carrière. C'est arrivé à plusieurs athlètes, dont Olivier Jean - une chute lui a causé une sévère coupure à un talon lors d'un entraînement, le forçant à prendre six mois de repos -, et t'apprends à négocier avec ça. C'est difficile de revenir après une blessure de la sorte, mais je sais que Kim va apprendre de cette expérience. Si ça se reproduit, elle ne sera pas aussi stressée.»

Avant de songer au circuit de la Coupe du monde, Boutin et le reste de l'équipe canadienne devront cependant se soumettre aux sélections nationales, qui auront lieu du 18 au 20 septembre à l'aréna Maurice-Richard de Montréal.

Au total, 16 hommes et 16 femmes y prendront part, dont les médaillés olympiques Charles Hamelin, François Hamelin, Charle Cournoyer, Olivier Jean, Marianne St-Gelais et Valérie Maltais. Boutin, Kasandra Bradette, Samuel Girard, Patrick Duffy et Genève Bélanger tenteront également d'obtenir une place au sein de l'équipe de six hommes et six femmes qui participeront aux quatre premières Coupes du monde de la saison 2015-16.

«Chez les gars, l'écart s'est beaucoup rétréci entre les participants, donc il risque d'y avoir quelques surprises lors des sélections, a admis Blackburn. Chez les filles, ce sera encore plus serré. Je pense que présentement Marianne dispose d'une bonne longueur d'avance sur ses coéquipières. Je crois que ça risque plutôt de se jouer entre les autres derrière, surtout qu'on peut compter cette année sur la présence des filles de Calgary - Jamie MacDonald, Keri Morrison et Courtney Shmyr. Elles ont un nouvel entraîneur et semblent mieux préparées. Alors on verra.»

Les deux premières Coupes du monde sur courte piste seront présentées à Montréal, du 30 octobre au 1er novembre, et à Toronto, du 6 au 8 novembre.

Il est à souligner que Guillaume Bastille pourrait devoir s'absenter pendant trois semaines en raison d'une dislocation d'une épaule subie à l'entraînement la semaine dernière. Ce sera également le cas de Joanie Gervais, qui a récemment été victime d'une commotion cérébrale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer