Le Canada veut terminer dans le top 16 aux Jeux paralympiques

Chantal Petitclerc... (Photo Adrian Wyld, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Chantal Petitclerc

Photo Adrian Wyld, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lori Ewing
La Presse Canadienne
Rio de Janeiro

Lorsque Chantal Petitclerc a pris part aux Jeux paralympiques de Barcelone en 1992, ses courses en fauteuil roulant n'étaient l'histoire que d'une finale.

Il n'y avait pas assez d'athlètes pour nécessiter la tenue de vagues de qualifications.

Le mouvement paralympique a parcouru beaucoup de chemin au cours des deux dernières décennies, mais il s'agit d'un couteau à double tranchant. Le Canada, autrefois une puissance aux Jeux paralympiques, a glissé au tableau des médailles.

«Nous avons été les meilleurs et nous avons dominé durant longtemps, mais le reste du monde nous a rattrapés», a déclaré Petitclerc, qui occupe le poste de chef de mission aux Jeux paralympiques de Rio.

L'objectif du Canada lors de ces Jeux, qui s'amorceront mercredi au Stade Maracana, est de terminer parmi les 16 premières nations au tableau des médailles. Il s'agirait d'une petite amélioration comparativement à la 20e place et aux 31 médailles d'il y a quatre ans, à Londres. Ce serait quand même bien loin des années glorieuses du pays.

Le Canada a connu des difficultés à Londres, lui qui avait glissé à l'extérieur du top-10 à seulement deux reprises lors des Jeux d'été. Le pays avait conclu au troisième rang en 2000 à Sydney, avec une récolte de 96 médailles, et en 2004 à Athènes avant de terminer septième en 2008 à Pékin.

Petitclerc croit que l'amélioration des autres pays et la reconstruction de l'équipe canadienne peuvent expliquer la situation.

«Si nous terminons quelque part entre le 20e et le 16e rang, ça signifie que nous sommes sur la bonne voie, que nous reprenons lentement notre place parmi les meilleurs pays», a-t-elle commenté.

«Nous sommes dans une phase où nous procédons à la reconstruction de l'équipe. Ma prédiction c'est que nous allons regagner notre poste dans deux Jeux, en 2020 à Tokyo.»

Petitclerc, qui a décroché 21 médailles paralympiques, dont 14 d'or, au cours de sa carrière en athlétisme en fauteuil roulant, ne peut pas nier que les autres délégations ont gagné du terrain sur le Canada.

«C'est très bien parce que ça veut dire qu'il y a plus de profondeur dans le sport et que le niveau de difficulté pour remporter une médaille est beaucoup plus élevé qu'à mes débuts», a-t-elle analysé.

«C'est bien parce que les athlètes qui gagneront des médailles ici dans les sports qui n'ont historiquement pas beaucoup de profondeur pourront avoir la fierté de comparer ces médailles à une médaille olympique.»

Les Jeux olympiques de Rio ont pris fin il y a deux semaines, et le Canada a décroché 22 médailles pour réussir son objectif de terminer dans le top-12. Les jeunes sensations comme le sprinteur Andre De Grasse et la nageuse Penny Oleksiak ont fait vibrer le pays avec leurs performances inspirantes.

«Le niveau d'inspiration que les Canadiens, les enfants et les personnes handicapés peuvent obtenir des athlètes aux Jeux paralympiques est incroyable. C'est inspirant parce qu'ils prouvent qu'ils peuvent accomplir de grandes choses», a déclaré Petitclerc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer