Toronto 2024: Élise Marcotte est déçue, mais reste optimiste pour l'avenir

Elise Marcotte... (PHOTO ALAIN DION, ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

Elise Marcotte

PHOTO ALAIN DION, ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

L'ex-nageuse synchronisée Élise Marcotte, qui a agi à titre de chef de mission adjointe pour les Jeux panaméricains de Toronto l'été dernier, s'est dite déçue de la décision du maire John Tory, la semaine dernière, de ne pas déposer la candidature de la Ville Reine pour l'obtention des Jeux olympiques d'été de 2024.

Elle demeure toutefois optimiste pour l'avenir, surtout que Tory a laissé entendre qu'il était ouvert à l'idée d'accueillir d'autres grands événements dans sa ville.

«Ce serait fantastique d'avoir les Jeux d'été au Canada encore une fois, parce que la dernière fois c'était en 1976 à Montréal, a-t-elle expliqué. Je comprends que les investissements que la ville de Toronto devaient faire pouvaient faire peur - la décision est beaucoup plus importante que de dire si oui on non on organise les JO -, mais j'espère qu'on va se reprendre pour 2028 et qu'on verra des Jeux d'été au Canada de notre vivant.»

Marcotte a souligné lors d'un entretien avec La Presse Canadienne mercredi que la qualité de la candidature de Toronto résidait dans sa différence par rapport au modèle traditionnel, où tout est centralisé.

«Toronto avait un modèle un peu différent, dans le sens que les organisateurs ont essayé d'exploiter le fait que l'agglomération est très vaste, a-t-elle expliqué. Ils ont investi dans 16 municipalités pour que tout le monde puisse goûter un peu à l'expérience panaméricaine, et je pense que c'est un peu ça l'avenir des Jeux olympiques. Il faut que la communauté au complet puisse en bénéficier, et non un seul secteur centralisé comme c'était le cas avant.»

Tory avait jusqu'au 15 septembre pour soumettre une lettre d'intention au Comité international olympique pour démontrer l'intérêt de la ville à accueillir les Jeux. Il a précisé qu'il ne dit pas non aux Jeux olympiques, mais plutôt «pas en ce moment».

Toronto a tenté sans succès en deux occasions d'accueillir les Jeux - en 1996 et en 2008 - et Tory a mentionné qu'il ne voulait pas initier une troisième tentative infructueuse.

Les villes de Los Angeles, Paris, Rome, Budapest, en Hongrie, et Hambourg, en Allemagne, ont déjà manifesté leur intention pour 2024. La ville gagnante sera choisie en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer