JO de Rio: l'OMS en faveur des contrôles de dépistage des virus dans les eaux

La question des tests plus rigoureux pour contrôler... (Photo archives Reuters)

Agrandir

La question des tests plus rigoureux pour contrôler les eaux de Rio a retenu l'attention à la suite d'une analyse indépendante de cinq mois de l'Associated Press, publiée le 30 juillet, sur des échantillons prélevés à chacun des sites où les athlètes seront en contact avec l'eau.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brad Brooks
Associated Press
RIO DE JANEIRO

Un expert de l'eau à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l'institution n'a «jamais déconseillé les contrôles de dépistage de virus» dans les cours d'eau de Rio de Janeiro, où environ 1400 athlètes seront en compétition pour les épreuves olympiques l'année prochaine.

Bruce Gordon, le coordinateur de l'eau, de l'assainissement, de l'hygiène et de la santé à l'OMS, a déclaré à l'Associated Press lors d'un entretien téléphonique depuis Genève que les tests de dépistage de virus «seraient souhaitables» étant donné qu'il est connu que la pollution des eaux pose problème à Rio.

«L'OMS appuierait des contrôles de dépistage supplémentaires afin d'évaluer davantage les risques, de vérifier et de répondre aux préoccupations soulevées par les tests indépendants, a déclaré Gordon, indiquant que c'était la position officielle de l'OMS. Dans ce cas, la mesure de coliphages et des virus entériques serait souhaitable.»

Ces commentaires ont été émis après que le directeur général des Jeux olympiques Christophe Dubi ait prétendu plus tôt cette semaine que le Comité international olympique avait exclu des contrôles viraux parce que l'OMS avait «très clairement établi que des contrôles bactériens étaient ce qu'il fallait faire.»

La question des tests plus rigoureux pour contrôler les eaux de Rio a retenu l'attention à la suite d'une analyse indépendante de cinq mois de l'Associated Press, publiée le 30 juillet, sur des échantillons prélevés à chacun des sites où les athlètes seront en contact avec l'eau.

Les résultats ont démontré des niveaux dangereusement élevés de virus pathogènes provenant des eaux usées sur tous les sites de compétitions nautiques. Un expert a évalué les risques en disant qu'il était presque certain que les athlètes seraient infectées par des virus, indépendamment de leur sport, que ce soit l'aviron, la natation ou la voile. Cela ne signifie pas qu'un athlète tomberait automatiquement malade - tout dépendant de nombreux facteurs, notamment leur système immunitaire.

L'Associated Press a testé les eaux du Rio pour trois types d'adénovirus humain, ainsi que le rotavirus, entérovirus et les coliformes fécaux bactériens. Les virus peuvent causer des maux d'estomac et des affections respiratoires qui pourraient facilement incommoder un athlète. Les virus peuvent provoquer des maladies plus graves, bien que plus rares, y compris une inflammation du coeur et du cerveau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer