Kyle Lowry sera-t-il de retour avec les Raptors?

Kyle Lowry ne se prévaudra pas de sa clause... (Photo David Richard, USA Today Sports)

Agrandir

Kyle Lowry ne se prévaudra pas de sa clause d'option pour la dernière année de son contrat et il deviendra joueur autonome.

Photo David Richard, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Peu importe de quelle façon la question lui a été posée, Kyle Lowry n'a pas voulu dire s'il allait quitter ou non les Raptors de Toronto.

Une chose est certaine par contre: le garde étoile ne se prévaudra pas de sa clause d'option pour la dernière année de son contrat et il deviendra joueur autonome.

«Honnêtement, je ne sais pas. Je veux m'améliorer, je veux avoir du plaisir, je veux une bague de championnat. Mais je veux surtout que ma famille ait du plaisir, a dit le père de deux jeunes garçons. C'est tout ce à quoi j'ai pensé jusqu'ici. Je ne vous raconterais pas de mensonge. En fait, je le ferais, mais pas cette fois-ci. Pas cette fois-ci.»

Que la vedette des Raptors décide de demeurer avec l'équipe ou de la quitter, DeMar DeRozan a de son côté indiqué qu'il allait appuyer son coéquipier et ami.

Au lendemain de l'élimination en quatre matchs des Raptors par les Cavaliers de Cleveland, DeRozan a admis qu'il n'avait pas beaucoup réfléchi à l'avenir de Lowry avec l'équipe par contre.

«Je n'y ai pas pensé ou tenté de mettre cela en perspective, ce que ce serait de jouer sans lui, a-t-il déclaré. C'est lui qui devra prendre cette décision et je l'appuie à 100%.

«Nous avons développé quelque chose qui va au-delà du basketball. C'est pourquoi que lorsque survient une situation comme celle-là, je ne lui mettrai pas de pression. Je n'ira pas lui dire: "Fais ceci ou fais cela". Il a une décision à prendre. À titre d'ami, je me dois d'être là pour l'appuyer.»

L'équipe devra répondre à plusieurs interrogations au cours de l'été, dont l'avenir de l'entraîneur-chef, Dwane Casey.

DeRozan a indiqué que Casey, qui dirige les Raptos depuis six ans, peut compter sur l'appui des joueurs.

«Même lors de nos mauvaises journées, comme au cours de nos bonnes, nous l'avons toujours appuyé. "Case" est toute une personne en plus d'un bon entraîneur. Quand vous jouez pour un entraîneur qui est un homme comme "Case", les mauvaises journées peuvent rapidement en devenir de bonnes. Il est toujours le même, avec ces drôles de déclarations. (...) Parfois, il en sort une dans le vestiaire et tout le monde se met à rire.»

Quand il on lui a demandé d'évaluer son travail, Casey a déclaré que cela «aurait pu être mieux», ajoutant que c'est toujours ce qu'il ressent à la fin d'une saison.

«Il y a toujours des aspects de notre jeu où je trouve que j'aurais pu faire un meilleur boulot, où notre personnel aurait pu faire un meilleur boulot, a admis l'entraîneur. Il n'y a rien pour nous satisfaire, surtout de la façon dont nous avons été éliminés.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer