Warriors et Cavaliers sont conscients que rien n'est joué

«Tout repose sur le prochain match, a dit... (Photo Ben Margot, AP)

Agrandir

«Tout repose sur le prochain match, a dit LeBron James. Nous ne pouvons pas nous retrouver en déficit 0-3 contre qui que ce soit, encore moins un club qui a montré une fiche de 73-9 en saison régulière, et pour qui tout va si bien en ce moment.»

Photo Ben Margot, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Tim Reynolds
Associated Press
Cleveland

Golden State a remporté les deux premiers matchs de la finale de la NBA par 15 et 33 points, mais les Warriors ne sont pas certains d'être apaisés par de tels résultats.

Les champions en titre savent que l'allure d'une série peut changer très vite, ayant comblé un déficit de 1-3 avant de battre le Thunder en finale de l'Ouest.

Et à l'approche des matchs à Cleveland, les Warriors veulent éviter de pécher par excès de confiance.

«Nous avons subi deux corrections contre Oklahoma City, nous étions à un gain d'être éliminés, mais nous avons résisté, a dit l'entraîneur des Warriors, Steve Kerr. Nous savons que les Cavaliers sont une excellente équipe, et là ils seront à la maison. Ils peuvent se donner un élan avec une seule victoire.»

Cleveland pourrait devoir jouer sans Kevin Love, qui a subi une commotion cérébrale dans le deuxième match.

Le club est invaincu en sept matchs des séries au Quicken Loans Arena, avec une marge de victoire de 20,9 points.

«Tout repose sur le prochain match, a dit LeBron James. Nous ne pouvons pas nous retrouver en déficit 0-3 contre qui que ce soit, encore moins un club qui a montré une fiche de 73-9 en saison régulière, et pour qui tout va si bien en ce moment.»

Moins d'un club sur 10 ayant eu un retard de 0-2 en finale a fini par l'emporter (9,7%). C'est arrivé trois fois en 31 occasions. Le Heat l'a réussi le plus récemment, en 2006.

Les Cavaliers semblaient néanmoins relaxes à l'entraînement, mardi.

De bonne humeur, James tentait à l'occasion de lancer par en-dessous des deux tiers du terrain, mimant une vive déception quand le tir ratait la cible.

Kyrie Irving faisait du un contre un avec l'adjoint James Posey, qui jouait pour Miami en 2005-06, et qui a réussi un tir crucial dans le match décisif.

«À l'intérieur d'un match, il faut freiner les séquences des Warriors avant qu'ils mettent trop de points au tableau, a mentionné Irving, dont l'équipe n'a jamais eu plus de six points d'avance, depuis le début de la série. Nous l'avons fait un peu, mais pas suffisamment.»

La mentalité des Cavaliers est simple: défendre leur honneur à domicile mercredi et vendredi, pour ainsi ramener tout le monde à la case départ.

«Nous savons qu'ils vont s'ajuster, a dit Stephen Curry. Ils vont avoir un sentiment d'urgence, mais nous devons nous aussi penser de la même façon. Si nous prenons trois matches d'avance, nous serons en excellente position. C'est l'occasion qui se présente à nous.»

«Ce n'est pas le temps de relaxer», a résumé Klay Thompson.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer