Charles Philibert-Thiboutot affiche ses couleurs

Charles Philibert-Thiboutot a battu la marque québécoise qui... (Photo Yan Doublet, archives Le Soleil)

Agrandir

Charles Philibert-Thiboutot a battu la marque québécoise qui appartenait à Paul Morrison depuis plus de 10 ans.

Photo Yan Doublet, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La dernière fois que Charles Philibert-Thiboutot avait réussi son meilleur temps au 3000 mètres en salle, il y a un an à New York, il peinait à tenir debout après avoir traversé la ligne d'arrivée.

Tout un contraste avec ce qu'il a vécu le 31 janvier au Terrier Invitational de l'université de Boston. Après avoir réalisé un record québécois de 7 min 53,99 sec, soit précisément huit grosses secondes de mieux que sa référence personnelle précédente, le vainqueur s'est senti «frais comme une rose». Avec le sentiment d'en avoir encore dans le réservoir.

«J'ai fini la course et c'est comme si je n'avais pratiquement pas couru», s'étonnait Philibert-Thiboutot à son retour au Québec la semaine dernière. Il croit qu'il aurait pu retrancher «deux ou trois secondes» de plus s'il ne s'était pas retrouvé fin seul pour le dernier kilomètre.

«Ça reste des "si" plus qu'autre chose, mais quand on analyse les circonstances de course, on peut dire que je n'ai pas atteint mon maximum sur 3000 mètres, précise-t-il. J'ai tellement eu de bons feelings que je suis vraiment content de cette course-là.»

Le représentant du Rouge et Or de l'Université Laval a battu la marque québécoise qui appartenait à Paul Morrison depuis plus de 10 ans (7 min 56,61 s). Il avait annoncé ses couleurs la semaine précédente en améliorant deux autres records provinciaux sur 1000 et 1500 m au McGill Team Challenge.

Philibert-Thiboutot n'est pas surpris. Pour la première fois depuis quelques années, le coureur de demi-fond a terminé sa saison de cross en pleine santé. Un stage d'entraînement de 25 jours en Floride, en décembre et en janvier, lui a fourni la conviction qu'il tenait «l'une des meilleures formes de [sa] vie».

«J'ai vraiment poussé le volume à fond durant mon séjour là-bas», note le protégé de l'entraîneur Félix-Antoine Lapointe. «J'ai gardé une moyenne d'à peu près 145-150 kilomètres par semaine. Avec ça, je faisais des entraînements par intervalles sur piste de très bonne qualité.»

Objectif Pékin

Ce début de saison intérieure est un excellent présage pour le spécialiste du 1500 m. Le vice-champion canadien vise une participation aux Mondiaux de Pékin en août. Il s'attend à ce que le bagage acquis en endurance et en vitesse cet hiver lui permette de franchir un palier à l'extérieur au printemps.

Philibert-Thiboutot avait prévu retourner dès samedi sur la piste de l'Université de Boston avec l'intention de faire tomber une autre marque, celle des quatre minutes sur le mille en salle. Mais terrassé par une grippe la semaine dernière, il a dû réviser ses plans pour reprendre l'entraînement perdu.

L'athlète de 24 ans prévoit néanmoins participer aux Championnats canadiens en salle Hershey, qui se dérouleront du 20 au 22 février au complexe sportif Claude-Robillard. Pour l'occasion, il s'alignera sur un 600 m tout spécial, où un record mondial sera tenté. Il y côtoiera notamment un ancien champion mondial du 400 m haies, le Britannique Dai Greene, et le médaillé d'argent olympique du 400 m, le Dominicain Luguelin Santos.

«Pour moi, c'est un sprint, mais je vais l'utiliser comme un entraînement», précise Philibert-Thiboutot, finissant au diplôme d'études supérieures en relations publiques. Beaucoup plus importants seront pour lui ses derniers championnats universitaires provinciaux (Sherbrooke, 28 février-1er mars) et nationaux (Windsor, 12-14 mars), où il est tenant du titre sur 1500 m.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer