Des marathoniens envisagent de poursuivre le maire de New York

Le marathon de New York attire chaque année... (Photo : archives AP)

Agrandir

Le marathon de New York attire chaque année près de 50 000 coureurs. L'événement se tient depuis 1970.

Photo : archives AP

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Paris

Une centaine de Français, frustrés par l'annulation du marathon de New York en raison de la tempête Sandy, envisagent de demander réparation devant la justice américaine au maire de la ville Michael Bloomberg et à l'organisateur de l'épreuve, ING.

«On ne peut pas nous opposer le cas de force majeure», explique à l'AFP leur avocate Me Christine Carpentier, qui devait elle-même participer à l'épreuve.

Confirmant une information du Parisien, elle ne remet pas en cause l'annulation en soi, mais les délais dans lesquels elle a été décidée par les Américains.

«On a été pris au piège», explique-t-elle. Au préjudice financier, entre 2000 et 3000 euros payés aux agences plus les frais sur place, s'ajoute un préjudice moral: «Cela fait des mois qu'on s'entraîne.»

Après s'être obstiné, le maire de New York Michael Bloomberg s'était résolu à annuler l'épreuve mythique moins de deux jours avant sa tenue et alors que les 47 000 concurrents, dont quelque 2000 Français, étaient arrivés dans la ville ou en route. La tempête Sandy était passée cinq jours plus tôt, le 29 octobre.

C'est ce délai de réaction que remettent en cause les concurrents français. Ils envisagent de se joindre à une «class action» qui serait intentée aux États-Unis.

Me Carpentier explique qu'elle se renseignait «depuis le mardi sur une éventuelle annulation. Mais on me disait que le marathon se tiendrait». «Dans les jours précédents, l'organisateur disait que de toute façon, il disposait de plusieurs parcours, qu'il avait des solutions de repli.»

Quant à Michael Bloomberg, il «a dit le mercredi que le marathon se tiendrait. Le vendredi matin, il l'a répété et ce n'est qu'en fin d'après-midi qu'il l'a annulé», s'offusque-t-elle.

Mais il est trop tard. «Ils ont fait venir tout le monde alors que la plupart ne seraient pas venus s'ils avaient été prévenus. Il y a des gens qui ont mis 39 heures pour arriver à New York.»

Dès lundi, les marathoniens mécontents enverront une assignation à leur agence de voyage pour obtenir les engagements de l'organisateur ING dans le contrat passé avec elle. Ils envisagent par ailleurs d'attaquer en France leur voyagiste pour défaut d'information.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer