Renverser la tendance

Le directeur général de la Fédération québécoise d'athlétisme,... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Le directeur général de la Fédération québécoise d'athlétisme, Laurent Godbout.

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Partager

L'émigration des athlètes de pointe vers les centres d'entraînement nationaux ou aux États-Unis n'est pas exclusive au Québec, plaide le directeur général de la Fédération québécoise d'athlétisme (FQA). Laurent Godbout aimerait néanmoins renverser la tendance.

«C'est frustrant pour nos entraîneurs, nos clubs, aussi comme dirigeant, a dit Godbout. Il faut en être conscients, prendre le miroir et le tourner vers nous, regarder ce qu'on peut faire pour rectifier la situation. Pour que nos athlètes aient confiance dans la possibilité d'accéder à des ressources de haut niveau ici.»

C'est aussi le souhait de Martin Goulet, chef de la direction technique nationale à Athlétisme Canada, qui a invité son homologue à organiser une rencontre informelle avec des entraîneurs québécois.

En poste depuis un an, Godbout aimerait que les athlètes de pointe communiquent davantage avec la FQA plutôt que de la considérer comme une simple pourvoyeuse de chèques ou un centre d'information fiscale. «J'aimerais m'impliquer dans le cheminement de l'athlète», résume-t-il.

Dans le cas de Kimberly Hyacinthe, qu'il a rencontrée pendant quelques heures au début du mois, il a été placé devant le fait accompli. Avant que la sprinteuse ne décide de déménager à Toronto, il aurait aimé pouvoir lui proposer des solutions de rechange, comme les universités Laval ou de Sherbrooke.

Avec ses généreux programmes de financement (gouvernement, Fondation de l'athlète d'excellence, Alliance sport-études, etc.) et les services médicaux et thérapeutiques offerts dans le cadre du nouvel Institut national du sport, le Québec a ses avantages, fait valoir Godbout. Mais Hyacinthe cherchait avant tout un groupe d'entraînement mieux adapté à son niveau, ce qu'elle retrouvera à Toronto, concède le directeur général: «Je peux l'avouer, on est un peu impuissant devant ça.» Le défi sera de conserver une masse critique d'athlètes au Québec au cours des prochaines années.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Quitter le Québec pour avancer

    Athlétisme

    Quitter le Québec pour avancer

    La sprinteuse Kimberly Hyacinthe a récemment pris la direction de Toronto pour tenter de relancer sa carrière. Et elle n'est pas la seule. Les trois... »

  • L'attrait des États-Unis

    Athlétisme

    L'attrait des États-Unis

    Le coureur de haies Gabriel El Hanbli l'avoue franchement: la déliquescence du milieu de l'athlétisme québécois a précipité son départ pour les... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:4273453:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer