L'agence russe antidopage suspendue, la France rappelée à l'ordre

Le président de l'AMA, Craig Reedie... (Photo Brennan Linsley, AP)

Agrandir

Le président de l'AMA, Craig Reedie

Photo Brennan Linsley, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Rob Woollard
Agence France-Presse
COLORADO SPRINGS

L'Agence russe antidopage (Rusada), en pleine tourmente, a été sans surprise déclarée non conforme et suspendue par l'Agence mondiale antidopage (AMA) mercredi, tandis que la France, qui a tardé à mettre sa législation en conformité avec le Code mondial antidopage, a reçu un rappel à l'ordre.

Le conseil de fondation de l'AMA, réuni mercredi à Colorado Springs (Colorado), a adopté à l'unanimité la recommandation de non-conformité de la Rusada.

La décision de l'AMA était largement anticipée depuis que le rapport indépendant sur le dopage dans l'athlétisme russe rédigé par l'ancien président de l'AMA, Dick Pound, avait mis en lumière que la Rusada avait aidé à dissimuler des cas positifs impliquant des athlètes russes.

La semaine dernière, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) avait suspendu la Russie, ouvrant ainsi la voie à une éventuelle absence de la Russie des épreuves d'athlétisme des JO-2016 de Rio.

La décision mercredi de l'AMA signifie que la Russie ne peut plus organiser d'événements sportifs internationaux et met un peu plus encore, à neuf mois du rendez-vous de Rio, les autorités sportives russes sous pression.

Avant même l'annonce de l'AMA, le Comité olympique russe avait envoyé un message fort avec la création d'un comité ad hoc chargé de «nettoyer» la Fédération russe d'athlétisme.

L'AMA a également indiqué que «la Rusada (avait) fait part de sa volonté entière de travailler avec l'AMA pour résoudre les manquements à la législation antidopage qu'elle a reconnus».

«Il ne faut pas se méprendre, nous ne nous précipiterons pas dans ce processus de conformité, il faut que cela soit bien fait, il en va de l'intégrité du sport», a toutefois prévenu le président de l'AMA, Craig Reedie.

Plus tôt, le double champion olympique du 400 m haies Edwin Moses, membre du conseil de fondation de l'AMA, avait espéré que l'athlétisme russe soit purement et simplement privé des JO-2016.

«Moment charnière»

«La seule sanction possible est de dire de façon forte et sans équivoque à l'athlétisme russe qu'il ne peut pas aller à Rio», a déclaré la légende américaine de l'athlétisme.

«Il doit y avoir une enquête dans tous les sports en Russie», a-t-il martelé, rejoint dans cet espoir par la représentante des athlètes au sein de l'AMA, la Canadienne Beckie Scott.

«Il y a beaucoup d'athlètes qui nous regardent et qui attendent, qui espèrent que la lutte antidopage va fonctionner à plein et gagner leur combat», a-t-elle expliqué.

Un message bien reçu par Dick Pound qui a toutefois estimé qu'il fallait attendre d'abord la réponse de la Russie.

«L'objectif est de faire changer les comportements en profondeur et non pas de se venger. Il doit bien sûr y avoir des répercussions, je comprends quand des athlètes disent +Ce n'est pas assez+, mais ce n'est pas la solution», a-t-il prévenu.

Outre la Russie, Andorre, Israël, l'Argentine, la Bolivie et l'Ukraine ont été également déclarées «non conformes».

Six pays dont la France ont été placés sous surveillance et ils ont maintenant jusqu'au 18 mars 2016 pour se conformer à la législation antidopage mondiale.

La France qui va organiser l'Euro-2016 de football et qui est candidate à l'organisation des JO-2024 avec Paris, a tardé à mettre sa législation en conformité avec le Code mondial antidopage entré en vigueur le 1er janvier.

Le processus législatif pour conformer la loi française à la réglementation mondiale est en cours et va prévoir, comme stipulé dans le Code mondial antidopage, la possibilité d'effectuer des contrôles antidopage la nuit entre 23 h 00 et  6 h 00 du matin.

Une ordonnance de transcription dans la loi française a été présentée et signée au Conseil des ministres le 30 septembre. Il ne manque plus les décrets d'application pour qu'elle soit effective.

L'AMA pourrait organiser elle-même les contrôles antidopage

L'Agence mondiale antidopage (AMA) va étudier la possibilité de prendre la responsabilité des contrôles antidopage dans le monde entier et dans tous les sports, comme le lui avait demandé le Comité internationale olympique (CIO) le mois dernier, a-t-elle indiqué mercredi

«Une groupe de travail, incluant le CIO et les fédérations internationales, va être formé pour étudier cette idée», a indiqué l'AMA à l'issue de son conseil de fondation mercredi à Colorado Springs.

Ce groupe rendra ses conclusions lors du prochain conseil de fondation de l'AMA en mai 2016, a-t-elle précisé.

L'annonce de l'AMA a été saluée par le président du CIO, Thomas Bach.

«Nous espérons que ce groupe de travail se réunira au plus vite pour trouver une solution afin que les contrôles antidopage soient indépendants des fédérations sportives», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le groupe de travail va étudier la possibilité de transformer l'AMA, pour le moment simple autorité de régulation internationale, en organisme qui serait en charge de l'organisation des contrôles, aujourd'hui apanage des fédérations internationales.

Le principal obstacle à ce changement radical de stratégie risque d'être la question du financement alors que l'AMA peine déjà à trouver des fonds pour son fonctionnement actuel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer