• Accueil > 
  • Sports 
  • > Commotions cérébrales: en route vers un remède? 

Commotions cérébrales: en route vers un remède?

Le Centre de recherche de l'hôpital du Sacré-Coeur... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Le Centre de recherche de l'hôpital du Sacré-Coeur aurait trouvé un remède pour freiner la dégénérescence du cerveau occasionnée par les commotions cérébrales. Marianne Jodoin, étudiante en neuropsychologie à l'Université de Montréal, s'est prêtée au test.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Sidney Crosby, la Ligue nationale de hockey et toutes les victimes de commotions cérébrales du monde entier devraient porter une oreille attentive à la découverte majeure effectuée au Centre de recherche de l'hôpital du Sacré-Coeur.

Après cinq ans de recherches, le neuropsychologue Louis De Beaumont et son équipe ont finalement identifié la clé qui pourrait mener à un remède pour freiner la dégénérescence du cerveau occasionnée par les commotions cérébrales.

Sa découverte a été dévoilée, hier, dans le prestigieux journal britannique Brain, reconnu pour le contenu de ses articles scientifiques.

Son étude établit clairement un lien entre la destruction de la matière blanche du cerveau, celle qui permet la propagation des influx nerveux, et le déclin de la mémoire, des capacités d'apprentissage, de l'attention et de la vitesse d'exécution chez les sexagénaires qui ont subi une commotion cérébrale dans la pratique du hockey et du football lorsqu'ils étaient dans la vingtaine.

Dans une précédente étude, M. De Beaumont avait prouvé les effets des commotions cérébrales sur la mémoire et l'attention des sportifs. «Mais on ne savait pas exactement ce qui causait ces pertes de mémoire. C'est ce qu'on vient établir aujourd'hui», dit le chercheur.

Pour établir cette découverte, les cerveaux d'une quarantaine d'ex-athlètes québécois universitaires ayant subi des commotions il y a plus de 30 ans ont été étudiés. Les sujets étaient tous en bonne santé et l'état de leur cerveau ne pouvait pas être influencé par d'autres maladies ou désordres cognitifs.

«Chez les jeunes athlètes ayant subi des commotions, des études avaient prouvé les dommages subtils à la matière blanche. Mais 40 ans plus tard, les dommages s'étendent à tout le cerveau et suivent un pattern qui ressemble au vieillissement normal. C'est un vieillissement accéléré», note M. De Beaumont, qui ajoute que la situation «enlève plusieurs années de qualité de vie aux gens.»

Impact sur le milieu

Selon M. De Beaumont, cette découverte mènera éventuellement à «des pistes pour les traitements». Des méthodes pour «freiner les effets de la dégénérescence de la matière blanche» chez les personnes ayant subi des commotions cérébrales pourront être trouvées.

Déjà, M. De Beaumont teste des programmes de stimulation du cerveau. Des médicaments pourraient également être développés. «On sait aussi que l'exercice physique excite le cerveau et pourrait aussi aider à ralentir le processus», note M. De Beaumont.

Président du Groupe de travail sur les commotions cérébrales, Dave Ellemberg mentionne que les conclusions de l'étude ne sont «pas nécessairement nouvelles». «Il y a eu deux études dernièrement qui arrivent sensiblement aux mêmes conclusions. Mais l'article reste important et ajoute de l'eau au moulin pour mieux comprendre les conséquences des commotions à long terme», dit-il.

____________________________________________

Commotions chez les pros et les amateurs

> Taux de commotions cérébrales dans la Ligue nationale de hockey: 5,8 commotions par 100 joueurs

> Nombre de jeunes d'âge scolaire victimes de commotions cérébrales chaque semaine au Québec: environ 100

Source: Journal de l'Association médicale canadienne, Groupe de travail sur les commotions cérébrales




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer