Chanvre: une maison réconfort

Du salon, on remarque l'extrémité travaillée des poutres... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Du salon, on remarque l'extrémité travaillée des poutres (Ébénisterie Coupland). Les briques du foyer (à combustion lente), ainsi que sa tablette, ont été récupérées de l'ancienne maison.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Brome) Le béton de chanvre, vous connaissez? Un couple de Lac-Brome a choisi ce matériau organique pour les murs de sa nouvelle résidence, l'ancienne ayant été détruite par le feu. Adieu, balcon victorien, bonjour, lignes contemporaines, vastes pièces lumineuses et qualité de construction à l'avant-garde.

Martine Grenier et Stéphane Tanguay occupent depuis l'an 2000 une propriété de 86 acres sur les terres vallonneuses de l'ancien hameau d'Iron Hill.

Coup du sort, leur maison patrimoniale a été détruite par un incendie le 13 janvier 2011. Elle aurait eu 163 ans cette année.

«Après l'incendie, on s'est dit qu'on transformerait l'événement malheureux en expérience positive, relate Stéphane. Le chanvre m'avait toujours attiré comme matériau de construction.»

Le couple visait de hauts standards esthétiques et de qualité, désireux d'écarter le préjugé «grano» souvent accolé aux matériaux naturels.

Mission accomplie, dirait-on: la nouvelle maison a obtenu la convoitée certification LEED, niveau argent.

«Nous avons manqué le niveau or de peu, relate Stéphane. Des fenêtres "trop" performantes - faut le faire! - nous ont fait perdre des points: elles empêchent les gains solaires, en hiver.»

Quoi qu'il en soit, l'élégante résidence procure un plaisir chaque jour renouvelé à Martine, Stéphane et leur fils Matis, 13 ans.

La salle à manger, avec vue sur les... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

La salle à manger, avec vue sur les collines d'Iron Hill.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Lumière et chaleur

Le vaste espace salle à manger et salon, ennobli par une mezzanine en arc de cercle, baigne dans une lumière particulière, sorte de réverbération délicate et enveloppante, typique des enduits de chanvre.

La grande cuisine adjacente, ouverte sur une seconde mezzanine, est dotée d'un comptoir en quartz blanc, parsemé de petits éclats miroitants. Les armoires, de style shaker, sont en noyer noir et en cerisier foncé, ce qui apporte caractère et chaleur à un décor par ailleurs très clair.

Où qu'on tourne le regard, les grandes fenêtres sans rideaux présentent autant de tableaux vivants. Bonjour, cerfs, renards, dindons sauvages et oiseaux nombreux!

Des arrondis ont été réalisés ici et là, sous l'influence de Martine: l'embrasure ouatée des fenêtres, le haut des portes, en arc de cercle, le plateau de l'îlot, en forme de D, le balcon en demi-lune, etc.

Le plancher des deux premiers niveaux est en béton poli. «Tellement facile d'entretien!», se réjouit Martine. De couleur naturelle au rez-de-chaussée, il est «aubergine» au rez-de-jardin, aménagé en grande salle multifonctionnelle.

Une maison qui apaise

Influences déterminantes: le père de Stéphane Tanguay est mort dans un incendie, Stéphane lui-même est pompier de profession, et un jour, sa propre résidence a été détruite par les flammes... «Il avait besoin d'une maison qui le réconforte dans son destin de personne éprouvée par le feu», explique l'architecte Jean Maltais, engagé par le couple.

Fort heureusement, le béton de chanvre est ininflammable. Sa masse thermique, couplée à celle du plancher de béton poli, à chauffage radiant (pas de feu là non plus), procure une chaleur stable, sécurisante.

Et le foyer au bois? «La décision d'en avoir un n'a pas été automatique, mais bien réfléchie», relate Stéphane Tanguay.

Aidés de nombreux parents et amis, les Grenier-Tanguay ont récupéré ce qu'ils pouvaient de la vieille maison: briques, bois, lavabos, antique toilette à chaîne. «Ça nous a fait des week-ends collectifs absolument magiques, rapporte Martine. Notre maison a été tissée par beaucoup de monde!»

Compromis

La coquille de l'habitation est en chanvre coffré (ou béton de chanvre), sauf pour la serre, l'entrée principale, le mur extérieur de la cuisine (qui fait deux étages) et le garage. «Budget oblige, il a fallu faire des compromis», explique l'artisan Gabriel Gauthier, d'Artcan construction chanvre.

Le cartable technique - toute maison LEED a le sien - indique une cote Énerguide de 81, reflet de la performance énergétique. En comparaison: une maison Novoclimat doit avoir une cote de 78 ou plus.

De la mezzanine en arc de cercle, on... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

De la mezzanine en arc de cercle, on voit le salon et la salle à manger. On observe l'embrasure arrondie des fenêtres, l'extrémité sculptée des poutres, le plancher de béton poli ainsi que le garde-corps en cerisier doté de barreaux de fer.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Le béton de chanvre

Le béton de chanvre est fait d'un mélange de chènevotte, partie ligneuse de l'arbuste, et de liants naturels à base de chaux.

Avantages

Isolant efficace, il répond bien aux normes d'étanchéité à l'air, tout en laissant diffuser l'humidité. Bon régulateur de chaleur et d'humidité, il est ininflammable, insonorisant et antistatique. Il décourage la moisissure et la vermine. Le chanvre se cultive sans pesticide et il stocke le carbone. Le chanvre coffré permet de réduire de 30% le bois nécessaire à la charpente. Il est très durable, des murs en chanvre ayant près de 1000 ans, affirme Gabriel Gauthier.

Enfin, à la fin de sa vie utile, le chanvre se dégrade dans la nature, sans la polluer.

Inconvénients

Le coût de la main-d'oeuvre et le temps de séchage, de trois mois, en été.

«En général, le coût des maisons de chanvre se situe entre 160 et 200$ le pi2 habitable », affirme Gabriel Gauthier.

www.maisonenchanvre.com




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer