Premier cohabitat au Québec

Les logements d'Habitat Québec sont un peu plus... (Photo Caroline Grégoire, Le Soleil)

Agrandir

Les logements d'Habitat Québec sont un peu plus petits que la norme, mais tous les copropriétaires peuvent profiter de la maison communie, avec ses deux chambres d'amis, son atelier outillé, sa grande cuisine, son centre de la petite enfance, sa buanderie, son immense salle multifonctionelle, etc.

Photo Caroline Grégoire, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) À l'origine, il y a un homme et son rêve. En 2003, Michel Desgagnés effectue, avec sa compagne, une tournée des projets de cohousing, au Canada et aux États-Unis. Revenu à Québec, il est plus que jamais motivé par sa propre vision: inventer une communauté intergénérationnelle, écologique, propice au partage et à l'entraide.

Dans les années qui suivent, beaucoup de candidats se montrent intéressés, font trois petits tours et puis s'en vont. Fin 2009, toutefois, l'aventure prend un tournant décisif: 13 ménages sont prêts à investir, désireux de vivre en ville et de pratiquer les valeurs du modèle coopératif.

Le terrain est acheté à l'été 2010, dans le quartier Saint-Sacrement, arrondissement de La Cité-Limoilou. «Nous avons eu une chance inouïe, relate Guillaume Pinson, qui s'est joint au groupe en 2009. C'était un des derniers espaces encore à développer dans la Haute-Ville; 10 854 m2 de tranquillité, avec vue dégagée sur les Laurentides, à 10 minutes de marche du chemin Sainte-Foy, à proximité du cégep Garneau.»

Une trentaine de ménages signent une promesse d'achat, versant 20% de la valeur de leur unité à la Coopérative de solidarité Cohabitat Québec, constituée pour mener à bien le projet. Deux institutions financières, Desjardins, caisse d'économie solidaire, et Filaction, fonds de développement, acceptent de financer la somme qui reste.

À l'intérieur d'une maison de ville.... (Photo Caroline Grégoire, Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

À l'intérieur d'une maison de ville.

Photo Caroline Grégoire, Le Soleil

Marguerite, 14 ans, et son amie Pénéloppe, 12... (Photo Caroline Grégoire, Le Soleil) - image 2.1

Agrandir

Marguerite, 14 ans, et son amie Pénéloppe, 12 ans, dans la grande salle multifonctionnelle.

Photo Caroline Grégoire, Le Soleil

Début de conception

Les architectes Pierre Thibault et May Kraus effectuent un travail de conception initial. Mme Kraus, une référence en cohousing aux États-Unis, maîtrise l'art d'établir la distribution du travail et d'élaborer des règles de vie commune.

Les deux professionnels déterminent l'orientation des cinq bâtiments, leur densité et leur interaction, avec, toujours en tête, l'intention de favoriser les liens humains. Des exemples concrets? De la cuisine commune, on voit arriver les convives par une passerelle; tous les résidants ont vue sur la grande cour intérieure; les boîtes aux lettres sont groupées dans le vestiaire de la maison commune, etc.

Avec en main ces plans d'architecte, le conseil d'arrondissement établit un nouveau zonage, adapté au projet.

Cohabitat Québec charge le bureau d'architecte Tergos de dessiner les plans détaillés et de surveiller le chantier.

Décisions rapides

«La philosophie des copropriétaires, très semblable à la nôtre, a rendu la communication très facile, rapporte l'architecte Geneviève Mainguy, co-chargée du projet. Organisés en petits comités, ils savaient prendre des décisions étonnamment rapides. Mieux encore: ils ne changeaient pas d'idée, contrairement à tant de promoteurs privés! On sentait une grande mobilisation de tous les partenaires, chacun ayant à coeur de livrer un travail de qualité.»

Parmi les acteurs importants: Lys Construction, entrepreneur général, et Les constructions Pierre Blouin, principal sous-traitant.

Cinq bâtiments occupent maintenant 25% de la superficie du terrain, comprenant 42 logements plus une maison commune, et 22 places de stationnement.

«Nous avons joué le rôle du promoteur, fait observer le copropriétaire Guillaume Pinson. Sauf que le profit qu'un promoteur aurait fait (1 million de dollars), nous l'avons investi dans une maison commune.»

Dix ans après avoir été rêvé, Cohabitat Québec est devenu lauréat 2013 des Mérites d'architecture de la Ville de Québec, en plus d'avoir décroché la haute certification écologique Leed, niveau platine.

Des frais atténués

Évalué à 11 millions, le projet, livré en juin 2013, compte 32 appartements et 10 maisons de ville.

Les logements ont coûté entre 230 000$ et 420 000$, et leurs occupants doivent payer des charges de propriété de 100$ à 200$ par mois, incluant, le cas échéant, 50$ pour le stationnement. Ces frais comprennent toutes les dépenses: assurance des biens communs, contribution à un fonds de prévoyance, amélioration du terrain, achats futurs, connexion internet, etc. La somme relativement faible s'explique par l'importante participation bénévole des membres dans l'entretien et la gestion des immeubles.

Chauffage: petite facture

Les maisons, orientées franc sud, sont performantes sur le plan énergétique et chauffées avec des plinthes électriques.

La facture d'électricité s'élevait à 70$ pour deux mois, cet hiver, pour les Pinson, famille de quatre logée dans une maison de ville, sur deux niveaux.

Dotés de planchers de béton, les logements sont bien insonorisés et finis de matériaux locaux et sains. Des courants d'air s'établissent facilement en été, éliminant le besoin de climatiseur. L'eau ruisselant des toitures est acheminée dans un bassin enfoui, avant de rejoindre le collecteur municipal, ce qui ménage les infrastructures de la Ville.

Les logements sont un peu plus petits que la norme, mais tous peuvent profiter de la maison commune, avec ses deux chambres d'amis dotées de salles de bains, son atelier somptueusement outillé, sa grande cuisine, son centre de la petite enfance, sa buanderie, son immense salle multifonctionnelle (appareil d'exercice, coin cinéma maison, hockey sur table, ping-pong), son rangement à vélos, etc.

Le fondateur de Cohabitat Québec, Michel Desgagné, est mort prématurément d'une méningite, en janvier 2013, six mois avant l'aboutissement de son rêve. Mais son héritage semble faire des petits. Plusieurs projets de la même eau mijotent au Québec, notamment: Cohabitat Montréal (cohabitatmontreal.com) et Projet d'accession à la propriété de type cohabitat, dans le quartier Saint-Michel (pretpouracheter@gmail.com, 514 419-6503).

www.cohabitat.ca

www.cohousingco.com




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer