Montebello: destination tranquillité

De la cour, on voit très bien les... (PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER)

Agrandir

De la cour, on voit très bien les corps du bâtiment : l'original à droite et la rallonge à gauche. Pour respecter l'architecture, on a fait un parement en demi-billot de bois pour les parties ajoutées.

PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Ronald Giroux et Patricia Valentine, alors fonctionnaires fédéraux, cherchaient un chalet dans un endroit tranquille. Le hasard leur a fait trouver ce qui est devenu, avec le temps, leur résidence principale.

Le salon a une filiation certaine avec le... (PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER) - image 1.0

Agrandir

Le salon a une filiation certaine avec le style que l'on trouve au Château Montebello.

PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

À lui seul, le salon comprend deux foyers... (PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER) - image 1.1

Agrandir

À lui seul, le salon comprend deux foyers au bois ; il y en a quelques autres dans la maison !

PHOTO MÉLANIE VALLIÈRES, FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER

Le couple avait déjà séjourné au Château Montebello et Patricia souhaitait dénicher un endroit qui leur rappellerait ce bon souvenir. En 1998, ils prennent la voiture pour arpenter le secteur. Une fois dans les hauteurs de Montebello, ils se perdent dans un chemin en lacis.

Mais Patricia remarque une maison à vendre dont l'architecture en bois rond rappelle celle du fameux château. Elle note les coordonnées et le lendemain, après des recherches, elle fait observer à son conjoint que l'endroit a du potentiel. Tellement qu'ils l'achètent.

TRAVAUX NÉCESSAIRES

Ils ne lésinent pas et dressent des plans pour apporter les modifications nécessaires à cette maison construite par un homme d'affaires fortuné du nom de Fred Porter, au début des années 30. La chambre de la bonne va disparaître, un solarium trois saisons va être transformé en salle à manger. La cuisine est complètement refaite et agrandie.

Dès l'été suivant, le couple peut profiter de sa nouvelle acquisition. Au fil du temps, d'autres améliorations sont apportées : fenêtres changées, plomberie et électricité aussi, ajout d'une rallonge...

UN ENDROIT CHIC MÉCONNU

Tout cela semble presque banal, mais nous sommes ici dans un lieu chic assez méconnu. La maison trône au sommet de ce qu'on appelle le mont Wescott, dans l'arrière-pays de Montebello. Elle fait partie de ce qui fut le Seigniory Club, club privé de riches Américains pendant plus d'un demi-siècle. Les terrains voisins (sans bâtiments) de nos hôtes sont détenus par le Château.

Et depuis 2014, l'hôtel et tous ses alentours sont la propriété d'un multimilliardaire chinois qui a des projets pharaoniques. Ronald, qui est conseiller municipal à Montebello, a justement voulu s'assurer que le complexe hôtelier allait conserver son caractère patrimonial. Nul ne sait exactement ce dont aura l'air le tout, mais des adjoints du promoteur sont à pied d'oeuvre depuis un an.

EN TOUTE TRANQUILLITÉ

Le fait que le coin soit méconnu renforce sa tranquillité. Les rares voitures (« Sept autos, c'est une grosse journée », calcule Ronald) rebroussent parfois chemin, leur conducteur croyant s'être perdu ! Pour s'y rendre, on suit de petites pancartes où est inscrit le nom donné à la résidence : Tranquillité. À partir du salon, on peut admirer le village et la rivière des Outaouais qui coule à côté.

Par temps clair, Ronald dit que l'on peut même voir les Adirondacks dans l'État de New York. La vue et la maison sont tellement exceptionnelles que le conseiller municipal organise des rencontres de presse chez lui pour que l'on puisse bien apprécier le spectacle des environs. Le mont Wescott, qui culmine à plus de 700 pi d'altitude, compte peu d'habitants : environ 45 maisons parsèment ce secteur qui n'est pourtant qu'à un jet de pierre de l'autoroute 50 qui relie Gatineau à Mirabel.

Après 20 ans à améliorer et à habiter la maison, le couple de retraités pense avoir un peu fait le tour du jardin. Il a l'oeil sur un projet en construction près du pont Champlain, celui qui relie Gatineau à Ottawa. Un coin moins reculé, mais qui leur offrira encore la tranquillité.

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

Prix demandé : 1 250 000 $

Année de construction : 1933

Pièces : 13, dont 2 chambres et 3 salles de bains/d'eau

Comprend : Poêle, frigo, lave-vaisselle, plaque de cuisson, laveuse, sécheuse, spa, télécommande du garage, alarme, meubles de la maison des invités, meubles de la chambre des invités, meubles du sous-sol.

Évaluation municipale : 409 900 $

Impôt foncier : 6868 $

Taxe scolaire : 1227 $

Superficie du terrain : 61 262 pi2

Courtiers : Richard Beaumier, 514 434-5594 et Pierre Larin, 438 889-3056, Profusion Immobilier R.B.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer