Quand le classique a rendez-vous avec le rustique

La partie de gauche est d'origine et date... (Photo fournie par Royal LePage Héritage)

Agrandir

La partie de gauche est d'origine et date de 1860. Celle de droite, du portique aux garages, est nouvelle, mais la frontière entre les deux est ténue. Les gouttières et d'autres éléments du toit sont en cuivre.

Photo fournie par Royal LePage Héritage

Les deux petits caniches de la famille trépignaient de joie derrière les grandes fenêtres. À notre arrivée, nous avons eu droit à un accueil pour le moins enthousiaste. Au point que, un instant, nous en avons oublié de regarder la maison. Un instant seulement.

Vue de l'arrière de la maison en hiver.... (Photo fournie par Royal LePage Héritage) - image 1.0

Agrandir

Vue de l'arrière de la maison en hiver. La propriété est en bordure du lac des Deux Montagnes.

Photo fournie par Royal LePage Héritage

On voit ici la tourelle qui était présente... (Photo fournie par Royal LePage Héritage) - image 1.1

Agrandir

On voit ici la tourelle qui était présente à l'origine. Les pièces communes occupent la partie centrale.

Photo fournie par Royal LePage Héritage

Cette propriété, en raison de ses volumes, de son architecture et de ses matériaux, nous a soufflée. Nous avions mille questions à poser.

Cela tombait bien parce que Marie-Claude, la propriétaire, avait invité le couple Ann et Remi de la firme Remi Fortier Architecture, qui a assisté les propriétaires dans la réalisation de leur maison. Une opération qui a pris deux ans.

Projet de couple

Résidants de Senneville, Brian et Marie-Claude Boucher lorgnaient du côté du lac des Deux Montagnes. « On aimait beaucoup le quartier et les enfants fréquentaient l'école tout près. On voulait rester ici. » Un terrain s'est finalement libéré et le couple s'est empressé de l'acheter. La maison qui s'y trouvait depuis les années 1860 avait été négligée. « Elle avait été abandonnée et avait subi des avaries importantes. Il y avait même des écureuils qui vivaient dans la tourelle. » La structure d'origine, en pierre, avait connu des modifications et des rallonges, pas toutes très heureuses.

Le couple avait choisi les Fortier après avoir examiné leurs réalisations à Tremblant, inspirées de propriétés montagnardes européennes. « On cherchait des artistes, se souvient Marie-Claude, elle-même peintre. Leurs créations me parlaient. » Brian et Marie-Claude ont envoyé un très long courriel aux Fortier décrivant leurs intentions. Entre les deux couples, la mayonnaise a pris.

Dès sa première visite à Senneville, Remi Fortier savait ce qu'il réserverait à la propriété à la vue formidable. La maison d'origine serait préservée et les ajouts seraient démolis. Il en conserverait les murs de pierre, dévoilerait ceux qui avaient été cachés et en ajouterait d'autres dans la nouvelle rallonge sur deux étages qui serait attenante.

Les propriétaires voulaient créer une oeuvre d'art. Il y aurait une cohésion entre les pièces. La maison serait bâtie avec des matières nobles qui vieilliraient harmonieusement. Surtout, on n'y trouverait pas de tape-à-l'oeil, rien pour « péter de la broue. Nous ne sommes pas des gens prétentieux », nous a confié la propriétaire.

« Les pierres ont été notre point de départ, explique M. Fortier. Le reste a suivi. » Les propriétaires ont choisi d'habiller les sols et le plafond en bois rustique de différentes essences. Les surfaces ont subi un traitement pour un fini satiné. D'immenses poutres en bois équarri soutiennent le plafond. Tous les sols sont chauffants grâce aux cinq puits géothermiques.

Les murs ont été blanchis à la chaux, un ouvrage délicat qui exige précision et rapidité. « Les spécialistes se font rares maintenant », note Ann Fortier. L'enduit naturel produit un effet enveloppant et doux. « On dirait du velours quand on s'y frotte. »

Plusieurs spécialistes et artisans ont contribué à la construction de la maison. Les problèmes de structures et d'architecture ont été réglés un à un.

« On a fait appel à un ingénieur en bâtiment pour consolider les murs en pierre que l'on voulait conserver. Puis on a travaillé avec un métallurgiste pour les pièces en acier », explique M. Fortier. Par exemple, de grandes pièces en acier brut laqué ont été posées dans l'embrasure menant à la chambre principale. L'effet est double : elles retiennent le mur de pierre et ajoutent une note contemporaine à la maison. D'ailleurs, on retrouve des pièces en acier noir fabriquées sur mesure ici et là dans la maison : garde-corps de l'escalier, foyer, armoires, etc.

Recommandée par les Fortier, la designer d'intérieur Josée Tremblay a conçu les salles de bains et la cuisine, une grande pièce conviviale. De grandes fenêtres en accordéon mènent vers la terrasse et le lac.

Marie-Claude et Brian ont réalisé la maison de leurs rêves. « C'était un projet formidable. Mon mari et moi, on s'est complètement investis dans la construction de notre maison. On a eu beaucoup, beaucoup de plaisir à travailler ensemble. »

C'était il y a presque sept ans. Ils pensaient y rester longtemps, mais une fois leurs enfants partis, la maison, avec ses 10 000 pi2, sera vraiment trop grande. Ils ont donc opté pour une nouvelle vie dont une partie se déroulera à la montagne pour satisfaire les quatre sportifs, et une autre en ville, pour le travail et l'université.

La propriété en bref

  • Prix demandé: 9 995 000 $
  • Année de construction: autour de 1860; nouvelle partie: 2011
  • 16 pièces comprenant 5 chambres, 4 salles de bains, 2 salles d'eau, 1 foyer au bois, 1 foyer au gaz. Stationnement pour 10 voitures, 3 garages. Bord de l'eau, piscine chauffée.
  • Superficie du terrain: 83 026 pi2
  • Évaluation municipale: 3 600 000 $
  • Impôt foncier: 27 550 $
  • Taxes scolaires: 6425 $
  • Coûts d'énergie: 20 900 $
  • Courtier: Marie-Yvonne Paint, Royal LePage Héritage. 514-934-7447
  • Lien




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer