Mile End: une question d'emplacement

La maison à étage fait parie d'un bel... (Photo fournie par Engel & Völkers)

Agrandir

La maison à étage fait parie d'un bel alignement sur la rue Waverly. La porte d'entrée a été remplacée par une nouvelle, plus performante énergétiquement. Deux voisins ont profité de l'occasion pour faire de même.

Photo fournie par Engel & Völkers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Le leitmotiv de l'immobilier, c'est l'emplacement. Le mot qui fait foi de tout. Nos hôtes l'ont bien compris, mais ont pleinement intégré ce concept dans leur propre vie.

Quel est l'endroit le plus hip de Montréal en ce moment? Le Mile End. Et où habitent ceux qui nous reçoivent cette semaine? En plein coeur de ce quartier recherché, cité par les magazines à la mode s'intéressant à l'art de vivre. Pourtant, ceux que nous visitons ont adopté le secteur bien avant qu'il ne soit l'objet d'autant de convoitise. Retour en arrière.

Un urbain et un banlieusard

Jean-Claude Lussier est né sur la Rive-Sud. Guy Bélanger, lui, est un Montréalais pur jus. Ils ont d'abord habité à Outremont. Dans un appartement où ils avaient carte blanche de la part du propriétaire. Au point de percer des murs... même porteurs ! Cet épisode a duré une vingtaine d'années. Puis, ils ont découvert une maison à vendre dans le Mile End et tout est allé très vite : ils devenaient propriétaires pour la première fois.

La maison a appartenu à un médecin juif et a servi de lieu de rassemblement et d'information pour les nouveaux arrivants de cette confession religieuse, en plus d'être sa résidence principale. Le bâtiment était en bon état, mais avait quand même besoin d'une mise à jour.

Les travaux se sont étalés sur la vingtaine d'années pendant lesquelles Jean-Claude et Guy ont occupé les lieux. Porte d'entrée un peu trop passoire, cuisine en manque d'amour et fenêtres fatiguées ont fait l'objet de correctifs. La salle de bains a aussi été rénovée au goût du jour. Quant aux parquets, ils ont subi trois traitements, nos hommes ayant eu du mal à trouver la bonne couleur...

L'escalier n'a pas eu besoin d'être modifié: des artisans... (Photo fournie par Engel & Völkers) - image 2.0

Agrandir

L'escalier n'a pas eu besoin d'être modifié: des artisans ébénistes et forgerons avaient déjà fait du beau travail.

Photo fournie par Engel & Völkers

Arpenter le quartier

Le samedi, Jean-Claude part à la chasse au déjeuner avec Ela, une magnifique chienne des Pyrénées. Il passe à la boulangerie Guillaume sur Saint-Laurent, monte sur Saint-Viateur pour ses achats à l'épicerie Latina et fait un détour pour des gâteries chez la chocolatière Grandbois.

Nos hôtes sont des gens qui sortent tous les jours pour faire leurs courses; pour Jean-Claude, une habitude prise en Europe, où il a séjourné en raison de son travail, car il est photographe de mode. Il possède depuis longtemps un studio angle Rachel et Saint-Laurent, où il se rend à pied, comme Guy, directeur dudit studio et artiste multidisciplinaire.

Le quartier procure donc le logement et le travail, le beurre et l'argent du beurre. Voilà ce qu'on veut dire lorsqu'on parle du concept d'emplacement en immobilier!

Maintenir le cap

Après 20 ans, nos hommes ont le sentiment d'avoir fait le tour de leur résidence et souhaitent s'accorder plus de temps et de moyens pour leur maison de campagne dans les Laurentides. Ils se débarrassent donc d'une propriété qui a besoin d'entretien, contrairement à un condo, où il est facile de simplement verrouiller la porte pour aller plus longtemps dans le Nord ou carrément en voyage.

Ils ont déjà acheté un appartement dans une ancienne école face au parc Laurier. Ils ont déjà découvert leur future pâtisserie-boulangerie, rêvent déjà du parc à chiens à proximité et de la piscine publique. Comme quoi, ils ont toujours choisi avec soin l'emplacement où ils allaient vivre.

Le salon a eu une nouvelle acquisition : un foyer... (Photo fournie par Engel & Völkers) - image 3.0

Agrandir

Le salon a eu une nouvelle acquisition : un foyer au manteau en pierre. Il remplace un poêle à bois qui trônait jadis au centre de la pièce.

Photo fournie par Engel & Völkers

La propriété en bref

Prix demandé: 1 275 000 $

Année de construction: 1900

Pièces: 7, dont 3 chambres et 2 salles de bains/d'eau

Comprend: réfrigérateur Kitchen Aid, plaque de cuisson au gaz Bosch, four électrique Fagor, lave-vaisselle Bosch, laveuse et sécheuse Samsung, tous les revêtements de fenêtres (sauf exclusions), tous les luminaires (sauf exclusions), deux ventilateurs, auvent électrique

Évaluation municipale: 1 099 900 $

Impôt foncier: 8574 $

Taxe scolaire: 1801 $

Dimension du bâtiment: 22,7 sur 88,1 pi (irrégulier)

Courtier: Martin Rouleau, Engel & Völkers Montréal, 514 933-9998

Fiche de la propriété: https://www.centris.ca/fr/maison~a-vendre~le-plateau-mont-royal-montreal/20966808




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer