Vivre dans une tourelle à Rosemère

La forme en U du manoir était tout... (Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec)

Agrandir

La forme en U du manoir était tout indiquée pour créer des propriétés individuelles autour d'un jardin central. Chacune, toutefois, a son espace privé en deçà du jardin commun. La propriété qui nous intéresse occupe les quatre niveaux de la tourelle, au centre.

Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On pensait tout savoir (ou presque) sur Rosemère, mais on ne connaissait pas (vraiment) le manoir Bleury le Bouthillier. Vous non plus ? Attendez qu'on vous raconte.

Il y a deux chambres dans la tourelle.... (Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec) - image 1.0

Agrandir

Il y a deux chambres dans la tourelle. Celle-ci est la chambre principale située au sommet de la tourelle.

Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec

La cuisine a été soigneusement planifiée par la... (Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec) - image 1.1

Agrandir

La cuisine a été soigneusement planifiée par la propriétaire. Installée au rez-de-chaussée, entre la salle à manger et le salon, elle sert de point d'ancrage pour les invités. Les alcôves d'origine ont été habillées pour servir de rangement.

Photo Marie-André Rhéaume, fournie par Re/Max Québec

À quelques centaines de mètres du très passant boulevard Labelle se cache cet ancien manoir en pierres sous les arbres centenaires, au bout d'un cul-de-sac. Converti en condos et maisons de ville ces dernières années, le complexe ne se laisse même pas deviner de la grand-route. Le terrain qui l'accompagne longe une passerelle en bois qui côtoie la rivière des Mille Îles et un sentier pédestre. Le calme absolu.

COUR INTÉRIEURE

Une partie du manoir a été construite en 1850, mais la partie principale date de 1883 à 1887, selon les archives de la Ville. C'est l'architecte Charles-Frontenac de Bouthillier qui a dessiné les plans de sa future demeure. Il voulait reproduire des bâtiments d'un domaine seigneurial que sa famille possédait en Normandie.

Son plan en « U » ainsi que ses divers bâtiments aux niveaux différents rendaient propice sa nouvelle vocation, soit d'héberger différentes résidences. Le promoteur a donc imaginé des unités individuelles dont les cours s'ouvriraient sur un vaste jardin intérieur et des bassins d'eau fourmillant de poissons.

Sa refonte a exigé des sommes considérables, plus de 10 millions. Tout a été refait, repensé, reconfiguré. On a conservé les murs de pierres de deux pieds d'épaisseur en dedans comme en dehors, mais on a refait leur maçonnerie en moellons. Les éléments architecturaux qui le définissaient, comme les ouvertures et le toit à deux versants avec ses lucarnes à pignon et les tourelles circulaires, sont restés et ont été restaurés.

Le résultat est impressionnant.

QUATRE NIVEAUX DANS LA TOUR

La propriété de Patrizia est entièrement installée dans l'une des tourelles polygonales du projet. Elle s'étend sur quatre niveaux dont chacun est accessible par des escaliers de 15 marches.

Sa maison est l'une de trois qui n'avaient pas été achevées par le promoteur. « Je vivais déjà au manoir, dans une unité que je louais, raconte la quadragénaire. J'aimais tellement les gens et l'entourage que j'ai sauté sur l'occasion quand un de mes voisins m'a contactée pour terminer le projet. »

« L'avantage, c'est qu'on a pu choisir les éléments qui nous convenaient sans passer par ceux suggérés par le promoteur qui ne faisait plus partie du projet », raconte Patrizia qui travaille dans le domaine de la mode et qui affirme être une fille de détails !

Le condo de Patrizia est parmi les trois installés dans la partie ouest du manoir. Elle l'a conçu à sa manière et « de A à Z » !

Au départ, la tourelle comptait cinq niveaux. « Je n'avais pas besoin d'autant d'espace. Mon voisin, celui qui avait été à l'origine de la seconde partie de la restauration, a offert d'acheter un niveau pour aménager une cave à vins accessible aux copropriétaires qui souhaitaient conserver leurs bonnes bouteilles. »

Il lui restait donc quatre niveaux et une grande, grande terrasse ensoleillée qui serait divisée entre les trois copropriétaires de la nouvelle aile.

CANEVAS VIERGE

Patrizia a engagé une voisine designer d'intérieur. « Je lui ai expliqué ce que je voulais créer avec l'espace que j'avais acheté, j'ai dessiné sur un bout de papier ce que je voulais et on a procédé à partir de ces idées. »

L'espace complètement vide se prêtait à tout. Nous avons vu les photos de la tourelle avant les rénovations. Il fallait pas mal de fantaisie et de créativité pour saisir l'essence de cet espace vierge.

Patrizia a tout imaginé jusque dans les plus minutieux détails. « En général, on ajoute des plinthes, mais nos murs, en raison des pierres saillantes, sont inégaux. J'ai fait tailler les lattes de bois de manière à épouser les formes des pierres. »

Toujours au sol, elle a fait encastrer des lumières qui donnent aux pièces un éclairage soyeux et rassurant.

La salle d'eau du rez-de-chaussée est cachée par une porte sur rail qui reprend la couleur des poutres d'origine du plafond.

Mais le clou de la propriété, c'est la chambre au sommet de la tourelle. « La nuit, on se sent dans les étoiles. »

Des étoiles qu'elle ne voit pas très souvent, puisqu'elle est appelée à beaucoup voyager pour le travail. Elle quitte donc son nid vertical pour un aménagement plus modeste.

La propriété en bref

Prix demandé : 849 000 $

Année de construction : 1883, 2008

10 pièces comprenant 2 chambres, 2 salles de bains et 1 salle d'eau, 2 foyers au gaz, 2 aires de stationnement extérieures. Chauffage géothermique.

Superficie habitable : 2891 pi2

Évaluation municipale : 876 000 $

Impôt foncier : 5226 $

Taxes scolaires : 2360 $

Courtière : Hélène Bergevin, Re/Max Québec, 450 430-4207




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer