Écho dans la nature à Sutton

L'architecte a conçu une demeure qui tiendrait compte... (Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest)

Agrandir

L'architecte a conçu une demeure qui tiendrait compte de la nature avoisinante. En installant le volume de droite en porte-à-faux et sur pilotis, le couple a préservé une façade rocailleuse particulièrement jolie. Notez l'absence de pollution visuelle.

Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On nous avait vanté la vue. «Vous verrez, la montagne est magnifique.» Sauf que quand nous sommes arrivés, ladite montagne s'était dérobée sous la brume.

Qu'importe. Il neigeait doucement, les chats étaient heureux de nous voir et le mont Écho se laissait deviner au loin. Et la maison... On a immédiatement craqué pour cet audacieux duo de cubes rectangulaires signé par l'architecte Pierre Thibault. Bienvenue à la maison Écho, nous ont dit les propriétaires qui nous attendaient.

Claude et Manon, jeunes quinquagénaires, en avaient beaucoup à raconter. Mais, il a fallu d'abord retourner en arrière pour comprendre les événements qui les ont menés à cette aventure.

Fondateurs d'une entreprise qui les occupait nuit et jour, Claude et Manon ont eu le bonheur de la voir achetée par un conglomérat en 2000. «On menait une vie de fous. On voulait un changement radical.» Leur but: s'évader à la campagne et construire une grande maison. Ils achètent alors un terrain de 13 acres près de Sutton où ils font bâtir un cottage de 3800 pi2. «On a tout eu ce qu'on voulait. Des poules, un potager, un grand garage détaché, un gym, même une douche pour le chien.»

Mais, après quelques années, le couple trouve que tout ce bataclan exige beaucoup de temps et d'entretien. «En plus, on n'utilisait que le tiers de la maison. C'est surtout ça qui nous a allumés.»

Ils vendent donc la maison et s'embarquent dans une nouvelle épopée: le tour de l'Amérique dans un campeur lilliputien, une reproduction de la légendaire Westfalia. «C'était pour nous un défi de voir si on pouvait vivre dans un aussi petit univers.»

Après 10 mois d'aventures et assez d'anecdotes pour meubler une vie, ils reviennent au point de départ avec la certitude que la petitesse l'emportera dorénavant sur la vastitude.

«Avant de partir, nous avions acheté un autre terrain à une quinzaine de kilomètres du village de Sutton; il nous restait à construire une propriété selon nos nouvelles règles de vie.»

Entre donc l'architecte Pierre Thibault dont les oeuvres commençaient à être connues. «Nous avons tout de suite connecté.»

On voit ici la juxtaposition des deux éléments.... (Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest) - image 2.0

Agrandir

On voit ici la juxtaposition des deux éléments. Les ouvertures du haut donnent sur les pièces communes. Celles du bas, sur les chambres.

Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest

L'enchantement du paysage

L'architecte tombe sous le charme du terrain en pente dont les stries vertes et grises du cap rocheux l'inspirent. C'est sans parler du panorama et de la tranquillité. Surtout que la ville de Sutton interdit toute construction autour pour protéger la montagne. «En fait, le terrain, qui inclut un ruisseau, est bordé par le plus vaste territoire protégé en terres privées du Québec.» M. Thibault propose des plans pour mettre en valeur ces qualités. La maison aurait deux cubes rectangulaires, l'un installé en porte-à-faux, l'autre en rez-de-jardin. «Pierre est un spécialiste de l'intégration de l'architecture avec le paysage. En déposant sur pilotis un des volumes de la future maison, il valorisait ce roc [qui s'étend sur plusieurs mètres] alors que d'autres l'auraient tout simplement fait sauter».

Plus important pour le couple, l'architecte lui propose une demeure trois fois plus petite que la précédente (1250 pi2), sur leur terrain rocailleux de 5 acres exigeant peu d'entretien.

«Après notre périple, nous nous sommes aperçus qu'un espace restreint nous suffisait amplement, même en travaillant tous les deux de la maison.» Ils avaient déjà élagué leurs biens et réduit leur consommation au maximum.

«Et, ça marche?

- Tout à fait!»

Tout ça est bien, mais l'appel de l'aventure s'est fait sentir il y a quelque temps. Où ira ce couple à l'imagination débordante? Aucune idée. Mais on a hâte de le découvrir.

Le réveil est matinal pour les occupants de... (Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest) - image 3.0

Agrandir

Le réveil est matinal pour les occupants de la chambre principale: les fenêtres sont complètement ouvertes sur l'horizon.

Photo fournie par Claude Dagenais et Alain Laforest

La propriété en bref

Prix demandé: 989 000 $

Année de construction: 2010. 10 pièces comprenant 2 chambres, 1 salle de bains, 1 foyer au bois Stuv. Meubles fabriqués sur mesure et électros (Fisher and Paykel, Wolf, frigo Marvel...) compris.

Superficie du terrain: 216 266 pi2 ou 4,96 acres

Évaluation municipale: 422 100 $

Impôt foncier: 2891,05 $

Taxes scolaires: 1106,01 $

Courtière: Marie Champagne, Engl & Volkers. 514 507-7888

> Consultez la fiche de la propriété




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer