Longueuil: la maison des architectes

La façade postmoderne de cette maison à étage... (Photo fournie par Re/Max)

Agrandir

La façade postmoderne de cette maison à étage comprend de la pierre architecturale et un crépi. En adoucissant la pente vers le garage, on a surélevé le rez-de-chaussée afin de garder une bonne hauteur de plafond dans le salon.

Photo fournie par Re/Max

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

L'immobilier fait rêver.
 Chaque semaine, notre journaliste présente une propriété haut de gamme offerte sur le marché de la revente.

Construite au départ par la firme d'architectes Lapointe Magne en 1991, cette maison à étage a été rachetée en 2008 par Guy Ruest, président de G2R Architecture, qui l'a actualisée. Pas étonnant qu'on nage ici en plein concepts architecturaux.

L'avant de la maison a un style postmoderne et l'arrière évoque beaucoup les réalisations du Bauhaus: formes géométriques, blocs de verre, parement en crépi et configuration qui tient compte de la course du soleil et de la lune. Le bâtiment prend un peu la forme d'un C où l'entrée et le salon sont au nord, alors que la salle à manger et la cuisine logent au sud et le bureau, à l'ouest. Grosso modo.

L'idée est de profiter d'un ensoleillement maximal, quitte à se faire aider par un lanterneau dans l'atrium à l'étage. Comme le mur du salon est presque aveugle, sauf quelques blocs de verre en hauteur, on n'aperçoit pas le voisin. De l'autre côté, on ne voit guère plus son prochain, et personne en vue entre les deux, car la maison est adossée au golf du Parcours du Cerf.

L'odyssée de la peinture

Quand Guy Ruest a pris possession de sa propriété, il ne l'a pas occupée tout de suite, car des travaux étaient nécessaires: une portion du toit plat avait coulé et causé des dommages. Le professionnel fait remarquer à ce propos qu'avec les récents hivers soumis à des écarts de températures extrêmes, les calfeutrages d'ancienne génération résistent mal à ces chocs thermiques. Ce qui s'est produit dans ce cas-ci. Un gros travail de peinture a donc été nécessaire, puisque les volumes sont ici très imposants. En clair: les plafonds sont hauts et difficiles d'accès par endroits.

Tout un mur de la salle manger isole... (Photo fournie par Re/Max) - image 2.0

Agrandir

Tout un mur de la salle manger isole visuellement des voisins, sans sacrifier à la lumière que procurent six ouvertures de blocs de verre. Des structures de bois en peuplier teint ajoutent de la chaleur à l'enveloppe.

Photo fournie par Re/Max

L'architecte a dû faire appel à des pompiers qui s'adonnent à cette activité dans leurs temps libres pour trouver enfin des gens que les échelles et les échafaudages n'intimident pas! Treize hommes durant quatre semaines ont été requis pour faire le boulot! 

Détails architecturaux

Il a fallu refaire certains murs et plafonds recouverts des panneaux de peuplier qui avaient été endommagés. Le nouveau propriétaire a aussi reconstruit complètement la cuisine et changé quelques fenêtres. Guy a également bichonné des détails qui font l'âme de cette maison, comme des arrondis de mur qui rappellent des pianos à queue, un trait distinctif de l'oeuvre de Le Corbusier et de ses pairs. Les plinthes de largeur inhabituelle, des portes coulissantes ou pivotantes et des paliers de différentes hauteurs sont d'autres caractéristiques conservées et restaurées.

Fin de cycle

Guy a choisi d'habiter ce secteur parce qu'il trouvait que c'était l'oasis la plus près de Montréal et la plus facile d'accès. Depuis quelques années, il y demeure seul, mais ses deux enfants ont fréquenté le lieu sporadiquement à une certaine époque. Il ne déménage donc pas parce que c'est trop grand, mais bien parce qu'il a fait le tour de son sujet. Il est de ceux qui croient qu'il y a des cycles de sept ans, ce qui s'avère, semble-t-il, en immobilier. Il est maintenant prêt à se créer de nouveaux défis. Architecturaux, bien sûr.

La cuisine donne la vedette au bambou laqué,... (Photo fournie par Re/Max) - image 3.0

Agrandir

La cuisine donne la vedette au bambou laqué, à du thermoplastique blanc et à de l'inox. On peut prendre l'apéro au coin lunch ou en retrait sur une table ronde haute flanquée de tabourets.

Photo fournie par Re/Max

La propriété en bref

Prix demandé: 899 000 $

Année de construction: 1991

Pièces: 12, dont 3 chambres et 4 salles de bains/d'eau

Inclusions: Luminaires, stores, plaque à induction Thermador, four encastré et réfrigérateur Fisher & Paykel, lave-vaisselle Asko, deux celliers, aspirateur central, alarme, ouvre-portes de garage, unité murale de la chambre principale.

Évaluation municipale: 682 800 $

Impôt foncier: 6498 $

Taxe scolaire: 1613 $

Courtier: Marc-André Bourdon, RE/MAX M.A.B., 450 449-4411

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer