Paradis terrestre à Lachine

Quand on entre dans la maison, c'est le... (Photo fournie par Re/Max)

Agrandir

Quand on entre dans la maison, c'est le foyer au bois qui s'impose. Pour ce faire, il aura fallu démolir l'ancien et en installer un tout nouveau, bien centré dans la pièce et mis en valeur par un travail des murs et du plafond.

Photo fournie par Re/Max

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

«En un mot? Paradisterrestre! Ce chalet est à 15 minutes du centre-ville... sur le bord de la mer!» Pierre, notre vendeur, exagère peut-être un peu. Mais ce n'est pas un menteur.

Nous sommes à Lachine, sur le bord du fleuve Saint-Laurent, qui n'est pas la mer, mais qui prend ici le nom de «lac Saint-Louis» tellement il est large... C'est de sa faute, au lac, si Pierre et Lise ont acheté la maison ici il y a 20 ans. Un coup de coeur pour l'emplacement, et parce que la bâtisse, elle, avait besoin d'amour. Cela tombait bien, car Lise avait travaillé longtemps dans des cabinets d'architectes, et que Pierre était lui-même architecte.

Tout y est passé

Ils ont quitté L'Île-des-Soeurs, où ils avaient eu un condo de type loft avant tout le monde. Puis, une envie de maison les a pris et ils se sont retrouvés ici. 

Avant le déménagement, d'importants travaux ont eu lieu et le couple a littéralement mis la main à la pâte, avec leur fils Olivier qui s'en est donné à coeur joie avec la masse. Pierre, lui, s'est fait plaisir dans tous les recoins de la maison: la cuisine est devenue une salle de lavage, le bureau, une cuisine, la salle à manger et le salon se sont échangé leur place, les murs sont tombés, des ouvertures se sont créées. Tout y a passé. 

Le sous-sol est devenu un vaste bureau à une époque, avec salon adjacent, cuisinette et toilette, le rez-de-chaussée et l'étage servant principalement aux parents et, tout en haut, ce que Pierre appelle «P-1», sorte de studio qui a servi de refuge exclusif à Olivier. Le P-2, toujours selon la terminologie de notre hôte, est un réduit sous les combles auquel on accède par une échelle de meunier, sorte de petite maison dans un arbre avec vue sur l'eau.

Le salon donne aujourd’hui sur la cour et... (Photo fournie par Re/Max) - image 2.0

Agrandir

Le salon donne aujourd’hui sur la cour et la piscine. Si toutes les fenêtres sont neuves, le parquet est d’origine. Le ventilateur n’est qu’un des 13 disséminés dans la maison, et tous resteront en place.

Photo fournie par Re/Max

Jardin d'Eden

Parlons-en, de la vue! De la cuisine, de la chambre, de la baignoire, le fleuve est toujours présent. Et pour rendre le tout encore plus charmant, la maison a une merveilleuse exposition qui permet de suivre le cours de l'astre de feu. Avec une telle vue, pas étonnant que Pierre évoque la mer (le regard doit porter à plus de 10 km au moins) et qu'il qualifie sa demeure de «paradisiaque». Une visite à l'extérieur confondra même les sceptiques. Sur la façade, un vaste balcon couvert permet d'installer plusieurs fauteuils, tables et chaises longues: un vrai lounge

À l'arrière, une piscine a été creusée; banal, direz-vous. Pas vraiment. Une forme irrégulière, une cascade qui bruisse, des colonnes en ciment (importées du Mexique, source d'inspiration de l'aménagement), des tonnelles recouvertes de Plexi transparent et enjolivées de drapés, des coins d'ombre (et de calme et de fraîcheur), un pavillon avec porte de garage équipé d'une véritable cuisine d'été. Et du soleil à profusion, malgré la canopée imposante, de même qu'une intimité accentuée par cette impression d'être ailleurs.

Mais qu'est-ce qui va chasser notre duo du paradis? Les genoux de Lise lui font des misères: elle peine à gravir les nombreux escaliers. Alors, on cherche à se reloger dans un plain-pied où il y aurait des travaux à faire, car Pierre est encore très actif et succombe facilement à ce genre d'appel.

Le rez-de-chaussée, qui comprend environ 1200 pi2, comme le... (Photo fournie par Re/Max) - image 3.0

Agrandir

Le rez-de-chaussée, qui comprend environ 1200 pi2, comme le sous-sol et l’étage supérieur, comprend la salle à manger, le salon, la cuisine, un grand hall et la salle de lavage. Parmi les détails de finition, l’architecte s’est amusé à faire un plafond qui accroche la lumière.

Photo fournie par Re/Max

La propriété en bref

Prix demandé: 1 249 000 $

Année de construction: 1902

Pièces: 20, dont 6 chambres à coucher et 5 salles de bains/d'eau

Inclusion: luminaires, 13 ventilateurs plafonniers, stores, lave-vaisselle Thermador, réfrigérateur Fisher and Paykel, cuisinière Thermador, compacteur à déchets, laveuse, sécheuse, aspirateur central et accessoires, système d'alarme, thermopompe de la piscine.

Évaluation municipale: 611 900 $

Impôt foncier: 5048 $

Taxe scolaire: 1081 $

Coût d'énergie: 6260 $

Courtier: Céline Fournier et Robert Théoret, Re/Max Action, 514 953-2359 et 514 953-2354, ou 514 364-3222

http://www.centris.ca/fr/maison~a-vendre~lachine-montreal/28006893

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer