Aux premières loges dans le Quartier des spectacles

Après avoir passé une entrée où l'on trouve... (Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers)

Agrandir

Après avoir passé une entrée où l'on trouve du rangement, la salle mécanique et l'espace laveuse-sécheuse, on accède au condo proprement dit dans un hall où l'art est à l'honneur. Sur la gauche, une chambre d'ami transformée en salle de lecture.

Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

C'est un cas typique de cordonnier bien chaussé : Christine Duby est urbaniste de formation et elle a décidé de vivre son amour de la ville en s'installant dans son coeur qui bat.

Vue d'ensemble... (Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers) - image 1.0

Agrandir

Vue d'ensemble

Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers

Salle à manger... (Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers) - image 1.1

Agrandir

Salle à manger

Photo Michel Bonomo fournie par Engel & Völkers

Plus jeune, Christine avait l'habitude d'arpenter à pied les quartiers qu'elle habitait : le Plateau Mont-Royal et Rosemont - La Petite-Patrie. Elle a donc renoué avec ce plaisir en choisissant de s'installer dans le Quartier des spectacles il y a six ans. Son mari et elle avaient regardé du côté de la rue Sherbrooke Est, près de la montagne et dans le Vieux-Montréal, entre autres.

Mais le choix s'est porté sur un immeuble industriel, l'Ontario Building, construit il y a une centaine d'années et ayant servi d'entrepôt de spiritueux à l'époque. De style quelque peu Art déco et situé au point de rencontre du boulevard De Maisonneuve et de la rue Ontario, son look a séduit Christine. Le condo appartenait au promoteur, qui a procédé au recyclage du bâtiment alors rebaptisé Sleb et qui s'appelle aujourd'hui Lofts Les Arts.

Deux logements jumelés en un seul, au huitième étage, avec une vue vers le sud et l'ouest. Deux ans plus tard, le couple a procédé à des travaux de rénovation pour la cuisine et les salles de bains, de même qu'à des mises à niveau de nature techno qui en ont fait un appartement intelligent, pourrait-on dire, tout en conservant son esprit new-yorkais.

LE CONFORT TOUS AZIMUTS

Les propriétaires n'ont pas lésiné sur les caractéristiques qui allaient dans le sens de leurs intérêts. Monsieur a fait appel à un spécialiste de l'audio pour passer dans les murs le câblage nécessaire à l'obtention d'un système de qualité. Madame, qui adore faire à manger, a obtenu pour la cuisine un aménagement où le savoir-faire italien joue à plein.

Côté fenêtres, on s'est simplifié la vie avec des stores motorisés et on a appliqué un film invisible sur les vitres afin de bloquer des rayons UV néfastes pour les couleurs des meubles ou des toiles. On a même retenu les services d'un spécialiste en éclairage afin de créer des ambiances lumineuses : lumière particulière pour le matin, tamisée pour le soir.

AU COEUR DE LA VILLE

Notre urbaniste ne tarit pas d'éloges sur la ville. Elle énumère tous les déplacements qu'elle fait à pied pour ses achats ou ses besoins personnels : cinéma Quartier Latin en 7 minutes, Musée des beaux-arts en 20 minutes, Quartier chinois en 5 minutes, Complexe Desjardins à côté pour l'épicerie... Sans compter la proximité de deux stations de métro. Et ses deux espaces de stationnement.

Christine adore, de sa loge, voir le va-et-vient des gens et les lumières de la ville. Et, contrairement à ce que l'on pourrait penser, le tout se fait dans un calme relatif : le bruit n'est pas un élément irritant dans ce condo.

Pour sentir l'effervescence urbaine encore un peu plus, on n'a qu'à se rendre sur le toit où on peut fraterniser avec la centaine d'occupants de l'immeuble autour des chaises longues, de la piscine et des barbecues. Christine souligne aussi l'aspect sécuritaire du lieu et de la ville dans son ensemble. Ce qui ne manque pas d'interpeler les acheteurs étrangers, qui comprennent toute la chance que nous avons d'habiter dans un coin aussi tranquille. L'urbaniste en elle n'est jamais bien loin...

Christine trouve néanmoins que sa demeure ne convient pas pour sa nouvelle condition... de grand-mère. Elle voudrait pouvoir offrir à l'une de ses filles, installée aux Pays-Bas, un logement mieux adapté lorsque la petite famille viendra la visiter.

La propriété en bref

Prix demandé : 1 279 000 $

Année de construction : 1914

Pièces : 6, dont 2 chambres à coucher et 2 salles de bains

Inclusions : réfrigérateur et congélateur Liebherr, four encastré à vapeur Miele, plaque de cuisson à induction Miele, lave-vaisselle Miele, cellier, appareils d'éclairage Elica sauf exclusion, stores motorisés Hunter-Douglas, lit escamotable dans la chambre d'ami, meuble encastré dans la deuxième entrée

Évaluation municipale : 941 000 $

Impôt foncier : 7644 $

Taxe scolaire : 1700 $

Coût d'énergie : 2582 $

Frais de copropriété : 12 828 $ annuellement

Courtier : Martin Rouleau, Engel & Völkers, 514 933-9998

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer