Baie-D'Urfé: le paquebot au-dessus de l'eau

À l'arrière de la maison, on voit la... (Photos fournies par Profusion Immobilier)

Agrandir

À l'arrière de la maison, on voit la verrière qui abrite la piscine ainsi que la terrasse qui longe la façade.

Photos fournies par Profusion Immobilier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

On avait déjà un faible pour Baie-d'Urfé. La petite agglomération de l'ouest de l'île compte des centaines de jolies maisons assises sur les bords du lac Saint-Louis. Les autres sont confortablement installées sur de vastes terrains boisés et privés. Même les plus récentes dégagent un air campagnard où le temps (on dirait) passe moins vite.

Du salon comme de la salle à manger,... (Photo fournie par Profusion Immobilier) - image 1.0

Agrandir

Du salon comme de la salle à manger, le lac est toujours présent.

Photo fournie par Profusion Immobilier

Invitante, l'eau de la piscine est toujours chaude,... (Photo fournie par Profusion Immobilier) - image 1.1

Agrandir

Invitante, l'eau de la piscine est toujours chaude, affirme la propriétaire. Au fond, les portes se déplient en accordéon pour s'ouvrir au-dessus du lac.

Photo fournie par Profusion Immobilier

C'est en passant le seuil de la maison de la famille Hallé Quinlan qu'on a vraiment craqué. Et on a compris pourquoi on aimait autant ce coin de l'île.

L'ouverture sur le lac y est spectaculaire. Rien de moins. C'est d'ailleurs ce qui avait convaincu la famille de la choisir il y a 15 ans. «J'ai acheté pour la vue», confirme sa propriétaire, Isabelle Hallé, jeune quadragénaire et présidente de son entreprise.

Cela même si la maison avait besoin d'un sérieux «lifting».

Six ans de rénovations

Construit en 1959, le bungalow inspiré des longues maisons de Frank Lloyd Wright a été complètement rénové. «De A à Z», affirme Mme Hallé. Des rénovations qui ont pris six ans à compléter et qui ont coûté près de 600 000$.

Pour réaliser leurs projets, les propriétaires ont engagé l'architecte Renée d'Amours qui les a conseillés pour tirer le meilleur de ce lieu d'exception. Puis, ils se sont tournés vers un entrepreneur général qui les a accompagnés durant la durée des travaux.

Le résultat est une propriété unique et originale.

La cuisine

Tout a commencé par la cuisine. Pour obtenir plus d'espace, on a empiété sur le garage de quelques mètres. Divisée en trois aires distinctes, elle propose un espace cuisson et grill, un espace préparation des plats et un espace réservé au rangement et au nettoyage. «Les hommes accompagnent le cuistot debout près du comptoir où se trouve le grill pendant que les femmes s'assoient autour de l'autre, explique Mme Hallé qui, visiblement, sait recevoir. La vaisselle qui a servi va dans le coin rangement, à l'abri du regard des visiteurs.

L'espace est assez restreint, mais drôlement pratique. «Notre architecte savait ce qu'elle faisait.»

Mme D'Amours a également tenu compte des demandes spécifiques, comme un plus grand accès au lac et une piscine intérieure qui, l'été, s'ouvre sur l'eau grâce à des portes-fenêtres qui se déplient en accordéon.

Elle a même empiété sur la cour arrière d'un mètre environ en s'avançant vers le lac sur presque toute la largeur.

La maison a ainsi pris les allures d'un paquebot qui surplombe l'eau. De l'intérieur, on a l'impression d'être suspendus au-dessus du lac. Même la terrasse au garde-corps en métal réalisé par un artisan ressemble à ceux des grands navires. «On n'a jamais eu de bateau ni de chalet, on n'en a jamais senti le besoin», confie Mme Hallé.

Chacun son coin

Les chambres sont éloignées les unes des autres. La principale, complètement revampée avec salle de bains intégrée et rangement ouvert, est au rez-de-chaussée. Celles des enfants sont au sous-sol, une à chaque extrémité de la maison.

Parlant sous-sol, il sert de pièce commune à la maisonnée avec son escalier ouvert, son foyer et la piscine. Ah, et le petit salon turc, véranda ensoleillée qui donne sur le lac. Charmant.

Mais, comme la vie change et que les enfants grandissent, il faut maintenant passer à une autre étape. La ville, telle une sirène, appelle maintenant le clan. L'eau sera-t-elle au rendez-vous?

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

 

> Prix demandé: 1 695 000$

> Année de construction: 1959, rénovée entre 2005 et 2011

> Pièces: 8, dont 3 chambres, 3 salles de bains, 1 salle d'eau, deux foyers au bois, une piscine intérieure

> Superficie utile: 4360 pi2

> Évaluation municipale: 1 013 900$

>Impôt foncier: 6058,66$ (2014)

> Taxe scolaire: 1736,07$

> Courtier: Carl-Rémillard Fontaine, Profusion Immobilier. 514 935-3337

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer