Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie

  • Un rez-de-jardin, trois autres étages, une terrasse, un garage et... aucun terrain à entretenir! Le tout avec une facture très contemporaine. La haie de jeunes cèdres et un spécimen plus mature ajoutent au cachet intime de l'entrée, également dotée d'une clôture. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    Plein écran

    Un rez-de-jardin, trois autres étages, une terrasse, un garage et... aucun terrain à entretenir! Le tout avec une facture très contemporaine. La haie de jeunes cèdres et un spécimen plus mature ajoutent au cachet intime de l'entrée, également dotée d'une clôture.

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

  • 1 / 5
  • La terrasse est accessible en empruntant l'escalier intérieur. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    Plein écran

    La terrasse est accessible en empruntant l'escalier intérieur.

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

  • 2 / 5
  • La chambre à coucher du couple brille par sa simplicité. À gauche, un vestiaire, à droite, la salle de bains; à noter que ces portes, comme toutes celles de la maison, ont été ajoutées, car il n'y en avait aucune avant les rénovations! Au pied du lit, le muret cache l'escalier, mais permet de voir la terrasse. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    Plein écran

    La chambre à coucher du couple brille par sa simplicité. À gauche, un vestiaire, à droite, la salle de bains; à noter que ces portes, comme toutes celles de la maison, ont été ajoutées, car il n'y en avait aucune avant les rénovations! Au pied du lit, le muret cache l'escalier, mais permet de voir la terrasse.

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

  • 3 / 5
  • Ici, comme partout ailleurs dans la maison, la blancheur prédomine et le décor se fait minimaliste. Le miroir au pied de l'escalier reprend la forme du rectangle allongé des fenêtres du côté opposé et ajoute encore à la luminosité de la pièce. L'absence de contremarches va dans le même sens. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    Plein écran

    Ici, comme partout ailleurs dans la maison, la blancheur prédomine et le décor se fait minimaliste. Le miroir au pied de l'escalier reprend la forme du rectangle allongé des fenêtres du côté opposé et ajoute encore à la luminosité de la pièce. L'absence de contremarches va dans le même sens.

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

  • 4 / 5
  • À partir d'une contrainte (un ressaut du mur contenant entre autres des tuyaux), le propriétaire a construit un meuble très géométrique qui fait ainsi disparaître ce qui était visuellement irritant. De plus, il obtient des espaces de rangement additionnels très discrets. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    Plein écran

    À partir d'une contrainte (un ressaut du mur contenant entre autres des tuyaux), le propriétaire a construit un meuble très géométrique qui fait ainsi disparaître ce qui était visuellement irritant. De plus, il obtient des espaces de rangement additionnels très discrets.

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

À 6 pi 4 po et 275 lb, Sidney Edelbroek est un homme à la stature impressionnante. Dans l'environnement tout blanc de sa maison, son côté charismatique peut s'exprimer: ce décor dépouillé lui va comme un gant.

Né aux Pays-Bas, il habite ici depuis longtemps et a épousé, il y a de nombreuses années, une Québécoise, Élise. C'est d'ailleurs elle qui a trouvé cette maison, située à un jet de pierre du marché Atwater.

Ils résidaient alors à Hudson, une banlieue à l'ouest de Montréal, et commençaient à en avoir assez de la circulation. C'était une sorte de retour aux sources, car ils avaient occupé plusieurs condos dans le Vieux-Montréal et fait certains déménagements à pied! Mais le quartier historique avait laissé son tributfêtards bruyants, touristes omniprésents, entre autres. Ils aspiraient à plus de calme et de verdure. Paradoxalement, la nouvelle maison, sise à l'intersection de deux rues et posée presque sur le trottoir, offre des panoramas verdoyants en été et du ciel bleu en hiver.

Le propriétaire aime l'énergie qui émane du quartier, où l'on voit des gens pique-niquer, faire de l'exercice ou s'adonner à diverses activités.

Sidney est un artiste, un créateur: il est producteur de télé et élabore des concepts d'émissions qu'il réalise; ses collaborateurs sont dans la Cité du multimédia, qui n'est pas trop loin de chez lui. Il adore faire des transformations immobilières, ce qui est un prolongement de son esprit créatif - comme quand il a réaménagé un théâtre de marionnettes dans la rue Saint-Paul. Il n'a cependant pas été totalement gâté sur ce plan avec leur nouvelle acquisition, car la maison n'avait pas besoin de rénovations majeures.

Construite en 1992 par un architecte spécialisé dans le secteur commercial, elle est de facture très contemporaine - ce qui est fortement encouragé par l'arrondissement du Sud-Ouest, explique Sidney - avec des matériaux particuliers et une approche singulière, comme les fenêtres horizontales de fabrication allemande, le plancher en treillis métallique, les interrupteurs posés à mi-hauteur, les rails encastrés au plafond pour les rideaux, l'escalier sans garde-corps et l'absence totale de... portes. Néanmoins, il a procédé à divers changements, dont certains sont imperceptibles pour qui n'a pas vu l'avant.

Un style résolument contemporain

Ce qui frappe dans cette maison, c'est la présence de la ville et du canal de Lachine, que l'on entrevoit au loin, en même temps qu'une très grande sérénité: merci aux fenêtres haut de gamme, aux nombreux arbres dans les environs, à la blancheur du lieu.

Les ouvertures vitrées à l'horizontale donnent un effet de télé HD, à travers lesquelles on observe le spectacle urbain. Un foyer au bois, avec ses bûches disposées graphiquement sur le mur, ajoute une touche chaleureuse et raffinée.

Ici, Sidney a déplacé un mur; là, il a construit un meuble sur mesure; il a fait un travail de précision qui ne saute pas aux yeux, mais qui aide plutôt à exacerber la fluidité de l'ensemble.

Trois fois, les propriétaires ont voulu vendre, puis se sont ravisés tellement ils apprécient l'endroit. Mais l'artiste sent un certain appel au changement: il souhaite déménager pour réaménager un nouveau théâtre ou une caserne de pompier.

Il ne sait pas où, ni quoi exactement, mais un édifice qui lui posera un défi créatif.

La propriété en bref

> Prix demandé: 998 000 $

> Année de construction: 1992

> Pièces: 11, dont 2 chambres, 2 salles de bains et une salle d'eau + garage

> Comprend: réfrigérateur, plaque de cuisson, four, lave-vaisselle, tous les luminaires sauf exclusions, climatiseurs muraux, stores

> Évaluation municipale: 616 500 $

> Impôt foncier: 6104 $

> Taxe scolaire: 938 $

> Courtière: Marie Sicotte, Groupe Sutton Centre-Ouest, 514 953-9808

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie
    Un rez-de-jardin, trois autres étages, une terrasse, un garage et... aucun terrain à entretenir! Le tout avec une facture très contemporaine. La haie de jeunes cèdres et un spécimen plus mature ajoutent au cachet intime de l'entrée, également dotée d'une clôture. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

    Un rez-de-jardin, trois autres étages, une terrasse, un garage et... aucun terrain à entretenir! Le tout avec une facture très contemporaine. La haie de jeunes cèdres et un spécimen plus mature ajoutent au cachet intime de l'entrée, également dotée d'une clôture.

  • Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie
    La terrasse est accessible en empruntant l'escalier intérieur. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

    La terrasse est accessible en empruntant l'escalier intérieur.

  • Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie
    La chambre à coucher du couple brille par sa simplicité. À gauche, un vestiaire, à droite, la salle de bains; à noter que ces portes, comme toutes celles de la maison, ont été ajoutées, car il n'y en avait aucune avant les rénovations! Au pied du lit, le muret cache l'escalier, mais permet de voir la terrasse. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

    La chambre à coucher du couple brille par sa simplicité. À gauche, un vestiaire, à droite, la salle de bains; à noter que ces portes, comme toutes celles de la maison, ont été ajoutées, car il n'y en avait aucune avant les rénovations! Au pied du lit, le muret cache l'escalier, mais permet de voir la terrasse.

  • Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie
    Ici, comme partout ailleurs dans la maison, la blancheur prédomine et le décor se fait minimaliste. Le miroir au pied de l'escalier reprend la forme du rectangle allongé des fenêtres du côté opposé et ajoute encore à la luminosité de la pièce. L'absence de contremarches va dans le même sens. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

    Ici, comme partout ailleurs dans la maison, la blancheur prédomine et le décor se fait minimaliste. Le miroir au pied de l'escalier reprend la forme du rectangle allongé des fenêtres du côté opposé et ajoute encore à la luminosité de la pièce. L'absence de contremarches va dans le même sens.

  • Sud Ouest: mettre en scène sa propre vie
    À partir d'une contrainte (un ressaut du mur contenant entre autres des tuyaux), le propriétaire a construit un meuble très géométrique qui fait ainsi disparaître ce qui était visuellement irritant. De plus, il obtient des espaces de rangement additionnels très discrets. (PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK)

    PHOTO FOURNIE PAR SIDNEY EDELBROEK

    À partir d'une contrainte (un ressaut du mur contenant entre autres des tuyaux), le propriétaire a construit un meuble très géométrique qui fait ainsi disparaître ce qui était visuellement irritant. De plus, il obtient des espaces de rangement additionnels très discrets.