Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie

  • Le designer propriétaire aime le style contemporain: il s’est donc amusé à créer une nouvelle partie recouverte d’aluminium et de peuplier torréfié; l’autre a conservé son allure originale et son parement en cèdre. Il a confié à un paysagiste le soin de planter 350 végétaux, des graminées à 80%. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le designer propriétaire aime le style contemporain: il s’est donc amusé à créer une nouvelle partie recouverte d’aluminium et de peuplier torréfié; l’autre a conservé son allure originale et son parement en cèdre. Il a confié à un paysagiste le soin de planter 350 végétaux, des graminées à 80%.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • Même si le propriétaire a procédé à l’achat de nombreuses fenêtres, il a eu du mal à trouver une compagnie qui s’intéresse à son projet. Il a quand même persévéré car cet aspect était capital pour son concept: plusieurs pièces manquant cruellement de lumière. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Même si le propriétaire a procédé à l’achat de nombreuses fenêtres, il a eu du mal à trouver une compagnie qui s’intéresse à son projet. Il a quand même persévéré car cet aspect était capital pour son concept: plusieurs pièces manquant cruellement de lumière.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • De son bureau situé sur une mezzanine, le proprio embrasse du regard les pièces à vivre qui ont été totalement repensées. Les nouvelles hauteurs de plafond atteignent jusqu’à 17 pieds. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    De son bureau situé sur une mezzanine, le proprio embrasse du regard les pièces à vivre qui ont été totalement repensées. Les nouvelles hauteurs de plafond atteignent jusqu’à 17 pieds.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • La salle de bains est la seule pièce entièrement refaite dans l’ancienne partie de la maison, et on l’a aménagée dans un style japonisant en utilisant du noyer et de la pâte de verre d’une manière anguleuse, sauf pour les sanitaires. Ici encore, le rangement est abondant. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    La salle de bains est la seule pièce entièrement refaite dans l’ancienne partie de la maison, et on l’a aménagée dans un style japonisant en utilisant du noyer et de la pâte de verre d’une manière anguleuse, sauf pour les sanitaires. Ici encore, le rangement est abondant.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Comme le terrain a constitué l’un des coups de cœur lors de l’achat, on s’est empressé d’y creuser une piscine dont l’entretien est minimal grâce à une filtration au sel. La nouvelle partie a un toit plat parce que l’ancien, en pente et très avancé, coupait trop la lumière dans les pièces à vivre. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Comme le terrain a constitué l’un des coups de cœur lors de l’achat, on s’est empressé d’y creuser une piscine dont l’entretien est minimal grâce à une filtration au sel. La nouvelle partie a un toit plat parce que l’ancien, en pente et très avancé, coupait trop la lumière dans les pièces à vivre.

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

  • 5 / 5
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Quand Denis Fontaine a acheté sa maison en 2004, le marché n'était pas ce qu'il est en ce moment: on signait quasiment l'acte de vente sur le capot de l'auto tellement les ventes se faisaient vite, relate-t-il.

Il avait eu le coup de foudre pour le terrain, assez vaste avec près de 15 000 pi2, parsemé d'arbres matures, et pour la cheminée en travertin du salon. Plus tard, il se rendra compte que de l'intérieur, il ne voyait presque rien du dehors tellement les fenêtres étaient déficientes. Qu'à cela ne tienne, il mettra la maison à sa main, car il avait en la matière plusieurs compétences. Son père était entrepreneur-rénovateur et possédait un commerce spécialisé dans le domaine. «À 11 ans, je vendais de la peinture.» Plus tard, il décidera de faire des études pour devenir designer. Il rénovera donc lui-même, avec l'aide de deux autres personnes sa propriété qui avait «besoin d'amour».

À l'automne 2010, il se met à dessiner des plans et à les soumettre à la Ville. Le processus est long, car à chaque modification, il faut retourner au conseil municipal pour faire approuver les changements. De mai à septembre l'année suivante, Denis Fontaine vit avec sa famille dans les travaux.

Le projet consiste à défaire la moitié de la maison pour la reconstruire plus haute, plus ouverte, plus contemporaine que l'autre section qui restera plus près de ses origines, avec son toit en pente et son mur extérieur en cèdre. Néanmoins, il rénove de fond en comble la salle de bains attenante aux chambres et réaménage le sous-sol. Dans la nouvelle portion, on retrouve les pièces à vivre dotées de plafonds de 17 pi de haut et des fenêtres en abondance, dont certaines très hautes. Le proprio explique qu'en été, elles sont toujours ouvertes, procurant une agréable circulation d'air.

Dans le salon, le foyer occupe toujours une place prépondérante, mais il ne vole plus la vedette. La lumière trône maintenant en reine: le jour grâce aux multiples ouvertures vitrées, le soir, à cause d'un système élaboré d'éclairage qui donne une atmosphère complètement différente. La nouvelle aire fait la part belle aux invités, car monsieur aime cuisiner et recevoir. La salle à manger, qui loge plusieurs convives, donne sur la terrasse juste à côté. En été, les invités peuvent facilement accéder au jardin et à la piscine creusée filtrée au sel.

Le chef, lui, s'active au barbecue ou à sa gazinière, selon la saison. En bon planificateur, il a pensé à s'aménager de généreux et pratiques espaces de rangement.

Depuis quelque temps, Denis Fontaine travaille chez le fabricant de mobilier de bureau Artopex à titre de chargé de projet. Cette entreprise vient d'ouvrir une salle d'exposition dans le Vieux-Montréal où le représentant devra se rendre régulièrement en plus du travail sur la route. Les deux ponts à franchir commencent à lui peser. Il lorgne la Rive-Sud, zieute une propriété clé en main et aspire à un mode de vie différent qui lui permettra de voyager. Une autre façon d'avoir une fenêtre ouverte et de voir ce qui se passe autour.

LA PROPRIÉTÉ EN BREF

> Prix demandé: 699 000$

> Année de construction: 1958

> Pièces: 10 dont 4 chambres et une salle de bains + une salle d'eau

> Comprend: habillages de fenêtre, luminaires, aspirateur central

> Évaluation municipale: 427 400$

> Impôt foncier: 2832$

> Taxe scolaire: 1040$

> Courtier: Jean Poirier, Groupe Sutton Humania, 514 862-3133

Il y aura une visite libre demain de 14h à 16h.




Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer
  • Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie
    Le designer propriétaire aime le style contemporain: il s’est donc amusé à créer une nouvelle partie recouverte d’aluminium et de peuplier torréfié; l’autre a conservé son allure originale et son parement en cèdre. Il a confié à un paysagiste le soin de planter 350 végétaux, des graminées à 80%. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Le designer propriétaire aime le style contemporain: il s’est donc amusé à créer une nouvelle partie recouverte d’aluminium et de peuplier torréfié; l’autre a conservé son allure originale et son parement en cèdre. Il a confié à un paysagiste le soin de planter 350 végétaux, des graminées à 80%.

  • Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie
    Même si le propriétaire a procédé à l’achat de nombreuses fenêtres, il a eu du mal à trouver une compagnie qui s’intéresse à son projet. Il a quand même persévéré car cet aspect était capital pour son concept: plusieurs pièces manquant cruellement de lumière. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Même si le propriétaire a procédé à l’achat de nombreuses fenêtres, il a eu du mal à trouver une compagnie qui s’intéresse à son projet. Il a quand même persévéré car cet aspect était capital pour son concept: plusieurs pièces manquant cruellement de lumière.

  • Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie
    De son bureau situé sur une mezzanine, le proprio embrasse du regard les pièces à vivre qui ont été totalement repensées. Les nouvelles hauteurs de plafond atteignent jusqu’à 17 pieds. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    De son bureau situé sur une mezzanine, le proprio embrasse du regard les pièces à vivre qui ont été totalement repensées. Les nouvelles hauteurs de plafond atteignent jusqu’à 17 pieds.

  • Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie
    La salle de bains est la seule pièce entièrement refaite dans l’ancienne partie de la maison, et on l’a aménagée dans un style japonisant en utilisant du noyer et de la pâte de verre d’une manière anguleuse, sauf pour les sanitaires. Ici encore, le rangement est abondant. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    La salle de bains est la seule pièce entièrement refaite dans l’ancienne partie de la maison, et on l’a aménagée dans un style japonisant en utilisant du noyer et de la pâte de verre d’une manière anguleuse, sauf pour les sanitaires. Ici encore, le rangement est abondant.

  • Rosemère: fenêtre ouverte sur la vie
    Comme le terrain a constitué l’un des coups de cœur lors de l’achat, on s’est empressé d’y creuser une piscine dont l’entretien est minimal grâce à une filtration au sel. La nouvelle partie a un toit plat parce que l’ancien, en pente et très avancé, coupait trop la lumière dans les pièces à vivre. (PHOTO  DAVID BOILY, LA PRESSE)

    PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

    Comme le terrain a constitué l’un des coups de cœur lors de l’achat, on s’est empressé d’y creuser une piscine dont l’entretien est minimal grâce à une filtration au sel. La nouvelle partie a un toit plat parce que l’ancien, en pente et très avancé, coupait trop la lumière dans les pièces à vivre.