Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic

  • Une des deux églises du minuscule village de Mystic est devenue une résidence individuelle après avoir été un triplex ! À cause du mauvais état des fondations, on a dû déplacer l'immeuble pour creuser un sous-sol et refaire des assises solides. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Une des deux églises du minuscule village de Mystic est devenue une résidence individuelle après avoir été un triplex ! À cause du mauvais état des fondations, on a dû déplacer l'immeuble pour creuser un sous-sol et refaire des assises solides.

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 1 / 5
  • Tout le rez-de-chaussée est décloisonné, ce qui donne une immense aire ouverte de 48 pi de longueur sur 24 de largeur. Dans la poutre et les colonnes, le rénovateur a dissimulé les fils électriques afin d’installer des prises de courant au centre de la maison. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Tout le rez-de-chaussée est décloisonné, ce qui donne une immense aire ouverte de 48 pi de longueur sur 24 de largeur. Dans la poutre et les colonnes, le rénovateur a dissimulé les fils électriques afin d’installer des prises de courant au centre de la maison.

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 2 / 5
  • En créant un portique à l'avant de la maison, on a pu réaliser un romantique bord de fenêtre avec une banquette. Le confort moderne s'incarne ici par un vestiaire auquel on accède par la porte du... confessionnal ! Les pécheurs ont fait place à des espaces supplémentaires de rangement. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    En créant un portique à l'avant de la maison, on a pu réaliser un romantique bord de fenêtre avec une banquette. Le confort moderne s'incarne ici par un vestiaire auquel on accède par la porte du... confessionnal ! Les pécheurs ont fait place à des espaces supplémentaires de rangement.

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 3 / 5
  • Le meuble en bois a été trouvé chez un antiquaire du Vermont : il servait de comptoir dans un magasin. Les bouts de bancs d'église ont été recyclés pour la base de l'îlot, alors que les portes en ogive proviennent d'une amie de Julie ; comme il en manquait, Sylvain en a fait d'autres à l'identique. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Le meuble en bois a été trouvé chez un antiquaire du Vermont : il servait de comptoir dans un magasin. Les bouts de bancs d'église ont été recyclés pour la base de l'îlot, alors que les portes en ogive proviennent d'une amie de Julie ; comme il en manquait, Sylvain en a fait d'autres à l'identique.

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 4 / 5
  • La spacieuse salle de bains oscille entre ancien et nouveau : le parquet en larges lattes de pin originales a été poncé, la baignoire sur pieds fait un clin d'œil au passé et la douche est résolument de son temps. La porte à âme pleine, enjolivée d'un vitrail, fait partie d'un lot acheté par le proprio. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    La spacieuse salle de bains oscille entre ancien et nouveau : le parquet en larges lattes de pin originales a été poncé, la baignoire sur pieds fait un clin d'œil au passé et la douche est résolument de son temps. La porte à âme pleine, enjolivée d'un vitrail, fait partie d'un lot acheté par le proprio.

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Quand Sylvain Bédard a trouvé, en compagnie de sa conjointe Julie Desranleau, une maison à rénover, il n'avait pas prévu qu'une mission l'attendait: redonner vie à l'église anglicane du petit village de Mystic, aux confins de la Montérégie et de l'Estrie, près de la frontière américaine!

Le projet l'emballait plus, semble-t-il, que le fonctionnaire de la municipalité fusionnée qui lui délivra le permis. Le chantier a attiré aussi des curieux, car dans ce «village de 22 maisons et 65 habitants», on ne voit pas tous les jours une église sortir sur patins de ses assises et attendre quelques mètres plus loin qu'on lui refasse des fondations plus saines. Sylvain savait-il qu'il venait de s'engager dans une aventure qui allait l'occuper trois jours par semaine pendant deux années complètes? Lui qui travaillait déjà quatre jours de 12 heures chez Seray Hyundai à Chambly, et Julie au CRDI à Saint-Jean-sur-Richelieu. Ils font donc équipe: elle à la conception et lui à l'exécution. Et le couple va survivre à cet exigeant chantier.

«La maison avait besoin d'amour», affirme Sylvain qui entreprend ce travail comme s'il devait sauver cet endroit qui ne bénéficie d'aucune protection patrimoniale. De toute façon, le propriétaire précédent avait déjà transformé le lieu de culte, situé juste à côté d'une autre église datant de 1882, en un immeuble de trois logements.

Restaurée et modernisée

Sylvain s'est autorisé quelques libertés en cours de rénovation, mais il a tenu à conserver et restaurer parquets, vitraux, clins et autres détails. Il a récupéré des bancs de l'église qu'il a recyclés à d'autres fins, de même que des confessionnaux. Il a ajouté un portique à l'avant, surmonté d'un clocher et d'une horloge. Il a visité des antiquaires de Montréal, de Saint-Jean-sur-Richelieu et du Vermont. Il a trouvé plusieurs objets par l'entremise du site internet des Petites annonces du Québec; comme la cloche, achetée à Trois-Rivières. La maison occupe maintenant deux étages avec un escalier intérieur et des mezzanines auxquelles on accède par des échelles de meunier. L'escalier extérieur a disparu et laissé sa place à une grande terrasse dont la vue donne sur le cimetière voisin. Quant au sous-sol, flambant neuf, il dispose de plafonds de neuf pieds et de murs bien isolés.

Adeptes de la série télé Passion maisons avec Alain Choquette, Sylvain et Julie y ont trouvé inspiration... et réconfort. «Nous n'avons jamais été découragés en même temps», précise notre bricoleur, qui avoue avoir découvert la vertu de la patience lors de ces longs mois de labeur. Aujourd'hui, on vend la maison pour que Julie se rapproche de son travail, pourtant moins loin que celui de son conjoint! On aura compris qu'elle veut vendre plus que lui. Sylvain se contenterait d'une année sabbatique de rénovations et confirme qu'il serait prêt à recommencer ensuite. Avec un projet moins exigeant. Quoique...

La propriété en bref

> Prix demandé: 625 000 $

> Année de construction: 1881

> Pièces: 16 dont 4 chambres et 2 salles de bains et une salle d'eau

> Comprend: électroménagers de cuisine, habillages de fenêtre, luminaires, aspirateur central, système de traitement et de purification d'eau

> Évaluation municipale: 284 000 $

> Impôt foncier: 2472 $

> Taxe scolaire: 712 $

Courtier: Marie-Piers Barsalou, 450 577-0272 et Lisa Rozon, 450 525-5472, Sotheby's International Realty-Québec




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer
  • Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic
    Une des deux églises du minuscule village de Mystic est devenue une résidence individuelle après avoir été un triplex ! À cause du mauvais état des fondations, on a dû déplacer l'immeuble pour creuser un sous-sol et refaire des assises solides. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

    Une des deux églises du minuscule village de Mystic est devenue une résidence individuelle après avoir été un triplex ! À cause du mauvais état des fondations, on a dû déplacer l'immeuble pour creuser un sous-sol et refaire des assises solides.

  • Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic
    Tout le rez-de-chaussée est décloisonné, ce qui donne une immense aire ouverte de 48 pi de longueur sur 24 de largeur. Dans la poutre et les colonnes, le rénovateur a dissimulé les fils électriques afin d’installer des prises de courant au centre de la maison. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

    Tout le rez-de-chaussée est décloisonné, ce qui donne une immense aire ouverte de 48 pi de longueur sur 24 de largeur. Dans la poutre et les colonnes, le rénovateur a dissimulé les fils électriques afin d’installer des prises de courant au centre de la maison.

  • Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic
    En créant un portique à l'avant de la maison, on a pu réaliser un romantique bord de fenêtre avec une banquette. Le confort moderne s'incarne ici par un vestiaire auquel on accède par la porte du... confessionnal ! Les pécheurs ont fait place à des espaces supplémentaires de rangement. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

    En créant un portique à l'avant de la maison, on a pu réaliser un romantique bord de fenêtre avec une banquette. Le confort moderne s'incarne ici par un vestiaire auquel on accède par la porte du... confessionnal ! Les pécheurs ont fait place à des espaces supplémentaires de rangement.

  • Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic
    Le meuble en bois a été trouvé chez un antiquaire du Vermont : il servait de comptoir dans un magasin. Les bouts de bancs d'église ont été recyclés pour la base de l'îlot, alors que les portes en ogive proviennent d'une amie de Julie ; comme il en manquait, Sylvain en a fait d'autres à l'identique. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

    Le meuble en bois a été trouvé chez un antiquaire du Vermont : il servait de comptoir dans un magasin. Les bouts de bancs d'église ont été recyclés pour la base de l'îlot, alors que les portes en ogive proviennent d'une amie de Julie ; comme il en manquait, Sylvain en a fait d'autres à l'identique.

  • Saint-Ignace-de-Stanbridge: en mission à Mystic
    La spacieuse salle de bains oscille entre ancien et nouveau : le parquet en larges lattes de pin originales a été poncé, la baignoire sur pieds fait un clin d'œil au passé et la douche est résolument de son temps. La porte à âme pleine, enjolivée d'un vitrail, fait partie d'un lot acheté par le proprio. (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

    PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

    La spacieuse salle de bains oscille entre ancien et nouveau : le parquet en larges lattes de pin originales a été poncé, la baignoire sur pieds fait un clin d'œil au passé et la douche est résolument de son temps. La porte à âme pleine, enjolivée d'un vitrail, fait partie d'un lot acheté par le proprio.