Notre-Dame-de-l'Île-Perrot: l'art de trouver un bord de l'eau rêvé

  • Amateur de pêche dans le Grand Nord, le propriétaire a construit un inukshuk avec les restes de la pierre ayant servi à construire des murets sur le terrain. Une terrasse ceinture toute la maison du côté du lac, et elle est couverte par endroits pour permettre de rester dehors même lorsqu’il pleut. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Amateur de pêche dans le Grand Nord, le propriétaire a construit un inukshuk avec les restes de la pierre ayant servi à construire des murets sur le terrain. Une terrasse ceinture toute la maison du côté du lac, et elle est couverte par endroits pour permettre de rester dehors même lorsqu’il pleut.

    Photo David Boily, La Presse

  • 1 / 5
  • Dans un vaste espace ouvert dont les fenêtres donnent sur le lac, le salon complète l’enfilade avec la salle à manger et la cuisine. Le foyer et le téléviseur reposent sur un mur en pierre; avec les poutres apparentes en pruche, l’ensemble fait néo-rustique chic. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Dans un vaste espace ouvert dont les fenêtres donnent sur le lac, le salon complète l’enfilade avec la salle à manger et la cuisine. Le foyer et le téléviseur reposent sur un mur en pierre; avec les poutres apparentes en pruche, l’ensemble fait néo-rustique chic.

    Photo David Boily, La Presse

  • 2 / 5
  • La cuisine est équipée d’un îlot aux proportions gargantuesques, recouvert en bonne partie d’un bois mordoré. Une cuisinière fonctionnant au gaz est surmontée d’une hotte où le bois réussit encore à s’immiscer pour accompagner parquet, fenêtres et plafond. Les armoires sont du même matériau, mais peint. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    La cuisine est équipée d’un îlot aux proportions gargantuesques, recouvert en bonne partie d’un bois mordoré. Une cuisinière fonctionnant au gaz est surmontée d’une hotte où le bois réussit encore à s’immiscer pour accompagner parquet, fenêtres et plafond. Les armoires sont du même matériau, mais peint.

    Photo David Boily, La Presse

  • 3 / 5
  • On a une drôle d’impression dans cette pièce où la baignoire a l’air petite à côté d’une cabine dans laquelle toute la famille peut se laver en même temps, puisqu’il y a trois robinets différents et autant de douchettes! (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    On a une drôle d’impression dans cette pièce où la baignoire a l’air petite à côté d’une cabine dans laquelle toute la famille peut se laver en même temps, puisqu’il y a trois robinets différents et autant de douchettes!

    Photo David Boily, La Presse

  • 4 / 5
  • Un sauna construit selon les règles de l’art s’ajoute au bain à remous installé sur la partie inférieure de la terrasse pour donner un côté très relax à cette maison qu’on croirait isolée dans la campagne, et pourtant si près de la ville. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Un sauna construit selon les règles de l’art s’ajoute au bain à remous installé sur la partie inférieure de la terrasse pour donner un côté très relax à cette maison qu’on croirait isolée dans la campagne, et pourtant si près de la ville.

    Photo David Boily, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Deschênes

Collaboration spéciale

La Presse

Lors de son congé de maternité, il y a cinq ans, Karine avait pour mission de dénicher un bord de l'eau de rêve pour y construire une maison neuve. Accompagnée de Kara, assoupie dans son siège d'auto, elle a écumé toute la région de Montréal. Elle s'est rendue aussi loin que le lac Archambault et le lac Ouareau, dans les Laurentides, pour finir par trouver un terrain constructible à Notre-Dame-de-l'Île-Perrot, à une trentaine de minutes de Montréal, sa ville natale.

Elle et son mari devaient quitter Laval, d'où elle mettait une cinquantaine de minutes uniquement pour traverser le pont de l'autoroute 13 afin d'aller travailler à Saint-Laurent, où elle est vice-présidente aux ventes d'une entreprise de maillots de bain.

Patrice, lui, était moins touché par les problèmes de circulation: bien qu'ayant ses bureaux à Laval, il avait des chantiers un peu partout sur le territoire, parce qu'il est entrepreneur en construction. Le choix de l'île Perrot s'avérait donc un bon compromis (la vraie campagne presque en ville) et rapprochait Patrice de Côteau-du-Lac, où il avait déjà habité et où il a encore des attaches.

Le lot, acheté d'un promoteur, a une position envieuse. Il est situé dans un cul-de-sac et donne directement sur le lac Saint-Louis. Mieux, la vue y est imprenable et les propriétaires bénéficient de 325 pieds de façade sur l'eau. Ils ont entrepris de le défricher, avec l'accord de la municipalité, ce qui a duré tout un été, et ils ont procédé à l'adoucissement de la pente vers le lac pour éviter des glissements de terrain.

Aujourd'hui, le bord de l'eau est en sable et on peut marcher une centaine de pieds dans l'eau avant d'en avoir à la taille: Karine a décidément fait du bon travail de repérage! Il faut dire que le couple est adepte de sports pratiqués à partir de leur bateau: ski nautique ou planche de sillage. Même la petite Kara s'initie aux joies de cette activité.

Patrice est un homme habile de ses mains, débrouillard et grand amateur de moteurs en tous genres: motoneige, moto, camion... Aussi, le garage est sa caverne d'Ali Baba sur deux niveaux! Particularités étonnantes: les armoires sont en bois de grange du Saguenay et les planchers sont chauffés. Comme il a installé un système de géothermie, tous les sols en céramique, en ardoise ou en béton de la maison profitent de ce chauffage agréable et efficace.

Karine et Patrice ont mis sur la table leurs idées de maison et un architecte les a concrétisées sur 5600 pi2 répartis sur trois niveaux. Le bois est à l'honneur partout: parquets, poutres, murs, portes, cadres, plafonds, mobilier. Un ébéniste du lac Simon a remporté le lucratif contrat de tous les meubles faits sur mesure et des éléments architecturaux en bois. Le style de l'ensemble rappelle les maisons modernes de l'Ouest canadien et américain: celles du lac Tahoe, donne Karine à titre d'exemple.

Le couple devait rester là environ cinq ans, mais Patrice a trouvé un autre endroit bien placé à Côteau-du-Lac, un lieu qui agit sur lui comme un aimant. Il y aura une maison à démolir et une autre à construire à des dimensions plus réduites. Pas trop difficile pour quelqu'un dont c'est le métier. Et vogue vers un autre bord de l'eau...

 La propriété en bref

> Prix demandé: 2 680 000$

> Année de construction: 2012

> Pièces: une quinzaine, dont 4 chambres, 3 salles de bains et 1 salle d'eau + garage double

> Comprend:électroménagers et luminaires (des meubles pourraient être achetés si désiré)

> Évaluation municipale: 1 649 600$

> Impôtfoncier: 10 946$

> Taxe scolaire: 1121$

> Courtier: Peter Alovisi, Re/Max Royal (Jordan), 514 694-6900




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer