Première maison: cinq étapes pour éviter les mauvaises surprises

Pour savoir combien on dispose pour acheter une... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Pour savoir combien on dispose pour acheter une maison ou un condo, une analyse de sa situation financière est la première étape.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julie Roy

Collaboration spéciale

La Presse

Devenir propriétaire pour la première fois est pour bien des gens la réalisation d'un rêve. Toutefois, pour atteindre cet objectif, il importe de bien réfléchir et d'avoir un plan. Le respect de quelques règles de base peut éviter à nombre de futurs acheteurs des déceptions et du stress inutile.

Le budget

Ce n'est un secret pour personne : pour accéder à la propriété, il faut de l'argent. Pour savoir de combien on dispose, on doit calculer ses revenus par rapport à ses dépenses, c'est-à-dire déterminer son taux d'endettement.

Autre détail important, de quelle somme disposez-vous pour votre mise de fonds et d'où proviendra-t-elle ? Allez-vous avoir recours à l'aide de votre famille, à vos REER ou à vos économies ?

Au bout du compte, combien pouvez-vous emprunter ? Avant même de partir à la chasse de votre future demeure, cette réponse doit être connue. D'où l'importance d'une visite chez un courtier hypothécaire ou une institution financière afin d'obtenir un prêt préapprouvé. « Cela donne une fourchette de prix des propriétés accessibles et permet d'encadrer la recherche de maison. Prudence, une maison est beaucoup moins belle quand on est égorgé par l'hypothèque », souligne Steve Léveillé, courtier immobilier à Via Capitale.

Où voulez-vous vivre ?

Ville, banlieue, campagne... Où souhaitez-vous vivre et que souhaitez-vous comme mode de vie ? « La situation géographique est le critère le plus important. Il faut penser à la distance pour se rendre au travail, mais aussi prendre en considération les écoles, les garderies, les épiceries, les centres commerciaux... Aussi, il ne faut pas négliger les besoins de proximité des amis, de la famille, etc. », indique Juliana Lulelaru, courtière immobilière pour Expansion Immo.

Des sites internet comme Walkscore ou Google Earth sont de bons outils pour avoir un aperçu de ce qui se trouve dans les environs de la demeure que vous convoitez.

L'empressement est mauvais conseiller, car si vous décidez de vendre avant l'échéance de votre prêt hypothécaire, il vous en coûtera cher en pénalités. « Il vaut mieux prendre son temps que de revendre rapidement parce qu'on a mal choisi le quartier ou parce qu'on souhaitait une chambre de plus », témoigne M. Léveillé.

Qui êtes-vous ?

Surchargé de travail, vous avez une hantise des marteaux, vous n'avez pas de réseau ; il se peut alors qu'une maison ne soit pas le type de propriété qui vous convienne.

Steve Léveillé admet que ses clients ne s'arrêtent pas toujours à ces questions ; pourtant, ils s'éviteraient bien des soucis s'ils avaient choisi une demeure en fonction de leur personnalité.

« Une maison demande du temps, de l'énergie, de l'entretien. Si ce n'est pas cela que vous souhaitez, un condo est peut-être mieux adapté à votre situation. »

Fondamental, réellement ?

Piscine, foyer, grand terrain, sous-sol fini, grands garde-robes, planchers de bois franc et tout cela à prix raisonnable : les exigences des futurs acheteurs peuvent être nombreuses et parfois irréalistes. Il importe de faire la part des choses et de déterminer ce qui est fondamental et ce qui ne l'est pas, selon Steve Léveillé.

« Si votre désir est d'agrandir la famille, oui, il est primordial de prévoir l'espace en ce sens. Il est impossible qu'une maison possède tout ce que l'on souhaite. Il faut être ouvert aux compromis. »

Savoir bien s'entourer

Quand vient le temps d'acheter une première propriété, il importe de bien vous entourer de gens compétents qui vous donneront l'heure juste quant à l'état de la maison. Un inspecteur en bâtiment, un entrepreneur général et un courtier immobilier seront de précieux alliés.

Bien sûr, il y a aussi votre beau-frère, vos amis, vos connaissances, mais leurs conseils sont-ils sans risque ? « Je ne recommande pas de faire faire l'inspection d'une maison par une connaissance. Il vaut mieux avoir une personne qui n'a pas de parti pris et qui détient une assurance. Ainsi, si un problème survient, on peut avoir des recours et on sauvegarde les liens avec notre entourage », dit Juliana Lulelaru.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer