L'utile rapport d'inspection

L'inspecteur doit décrire chaque problème et bien expliquer... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'inspecteur doit décrire chaque problème et bien expliquer en quoi il peut nuire au bâtiment ou à ses occupants. Chaque constat doit être accompagné d'une recommandation.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dumont
La Presse

Plus qu'une simple formalité, le rapport d'inspection représente une protection pour l'acheteur et peut lui donne un pouvoir de négociation lors de l'achat, en plus de mieux lui permettre de mieux planifier ses dépenses.

Le rapport d'inspection est loin d'être une simple formalité pour consigner par écrit ce qui a été découvert en inspection préachat.

Les rapports d'inspection ont beaucoup plus d'utilité qu'on le pense. Ils servent entre autres à départager les bons inspecteurs des mauvais, renégocier le prix de vente, choisir les travaux à exécuter en priorité, et ils servent de référence en cas de poursuite judiciaire.

Trop d'inspecteurs estiment que l'essentiel de leur travail a été réalisé pendant l'inspection. Ils cherchent ensuite à mettre le moins de temps possible à rédiger leur rapport.

Les clients des inspections préachat sous-estiment aussi l'importance du rapport. Dans le feu de la transaction, ils le parcourent rapidement, puis ne le relisent jamais.

Voici cinq choses qu'un rapport peut faire pour vous. 

1. Choisir un inspecteur

Avant de retenir les services d'un inspecteur préachat, demandez-lui de vous montrer un exemple de rapport pour une propriété semblable. Posez-vous les questions suivantes et si vous n'êtes pas satisfait des réponses, ne l'embauchez pas.

- Est-ce que plus de la moitié du rapport est composée de mises en garde, conseils généraux et autres copiés-collés pouvant s'appliquer à n'importe quelle propriété ?

- Pour chaque problème soulevé, l'inspecteur précise-t-il l'endroit où il a été observé, son ampleur et les conséquences réelles ou possibles ?

- Le rapport est-il facile à comprendre, même pour une personne qui n'a pas assisté à l'inspection ?

2. Connaître l'état du bâtiment

Le rapport d'inspection contient toutes les observations faites pendant l'inspection. Il donne l'heure juste sur l'état des matériaux et des systèmes.

L'inspecteur doit décrire chaque problème et bien expliquer en quoi il peut nuire au bâtiment ou à ses occupants. Chaque constat doit être accompagné d'une recommandation.

Par exemple : « Il y a absence d'extracteur d'air dans la salle de bains du rez-de-chaussée. Cela peut donner lieu à des surplus d'humidité qui peuvent provoquer la prolifération de moisissures. Faites installer un extracteur d'air. »

3. Décider et négocier

Rapport en main, dressez la liste des problèmes qui représentent pour vous des éléments irritants. Si les travaux requis entraînent des dépenses inattendues, prenez contact avec quelques entrepreneurs pour obtenir des prix.

Cette liste de travaux et sa colonne de prix vous font changer votre perception de la valeur de la propriété ? Servez-vous du rapport pour appuyer votre décision de négocier ou de vous retirer de la transaction.

Vous pouvez présenter une nouvelle offre d'achat, qui reflétera le coût des travaux que vous estimez importants. Ou encore, demander au vendeur d'effectuer certains travaux correctifs avant de vous remettre les clés.

4. Planifier l'entretien

Le rapport d'inspection vous servira à établir les travaux que vous souhaitez effectuer dès la prise de possession. Vous pourrez ajuster le montant du prêt hypothécaire en conséquence.

Vous pourrez aussi planifier les travaux des années suivantes et établir un budget.

Ressortez le rapport une fois par année, pour réviser vos priorités et constater le progrès accompli et l'ampleur de ce qu'il reste à faire.

5. Prévenir les poursuites

Les inspecteurs ont peur des poursuites et le rapport d'inspection est leur principal outil pour s'en protéger. Certains se croient à l'abri en multipliant les paragraphes sur les limites de leur inspection et en recommandant au client de faire appel à une batterie d'experts plutôt que de se prononcer sur les problèmes relevés.

Pour se « blinder », d'autres inspecteurs se donnent la peine de produire des rapports très complets. Ils décrivent avec précision l'ampleur des vices découverts et expliquent leurs impacts sur les matériaux et sur la sécurité des occupants. Tout est clair et le client est bien servi.

Les rapports « cochés », qui ressemblent à de longs formulaires avec peu de texte explicatif, ne tiennent pas la route en cour. Les juges estiment qu'ils sont insuffisants pour faire comprendre aux acheteurs l'importance des problèmes découverts en inspection.

En inspection comme dans la vie, « les paroles s'envolent et les écrits restent ». Sans un bon rapport, donc, une inspection a bien peu de valeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer