Le printemps arrive, peut-on éteindre son chauffage?

«Les thermostats électroniques sont très précis. Le chauffage... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

«Les thermostats électroniques sont très précis. Le chauffage va se déclencher ou s'arrêter selon la température réglée», affirme Marc-Antoine Pouliot, porte-parole chez Hydro-Québec.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le printemps s'est officiellement installé le 20 mars. À mesure que le mercure s'éloignera du point de congélation et que la neige cédera sa place au gazon, doit-on commencer à baisser le chauffage à l'intérieur de la maison ou tout simplement le fermer ?

À cette question, le thermostat répond un peu pour vous. « Les thermostats électroniques sont très précis, affirme Marc-Antoine Pouliot, porte-parole chez Hydro-Québec. Le chauffage va se déclencher ou s'arrêter selon la température réglée. » Pour qu'on soit à l'aise, le thermomètre à l'intérieur devrait indiquer environ 20 °C.

Jacques Gobeil, directeur du service-conseil en habitation de CAA-Québec, croit que la question qu'il faut se poser au printemps concerne davantage l'aération que le chauffage. Selon lui, l'arrivée des beaux jours peut annoncer le moment où l'on enlève la pellicule de plastique autour des fenêtres dans le but de les ouvrir et d'aérer la maison, même s'il ne fait que 5 °C à l'extérieur.

«On a envie de vivre l'été avant l'été. Faire entrer l'air extérieur permet d'enlever l'humidité de la maison. Et celle-ci est plus facile à chauffer après.»

Jacques Gobeil
Directeur du service-conseil en habitation de CAA-Québec

Denis Boyer, ingénieur et coordonnateur en efficacité énergétique pour l'organisme Écohabitation, est également un partisan de l'ouverture des fenêtres au printemps. « S'il fait soleil et qu'il y a de la chaleur, allez-y », dit-il, ajoutant que le fait de créer un courant d'air sera bénéfique notamment pour faire sortir les odeurs. M. Boyer tient toutefois à préciser que l'ouverture des fenêtres en cette période a un prix : une fois qu'elles seront fermées, le chauffage devra redoubler d'ardeur pour demeurer à 20 °C.

Pas de thermostat

Il arrive que des locataires habitant dans un édifice à logements n'aient pas le contrôle de leur chauffage. Certains immeubles sont en effet munis d'un système central que seul le propriétaire peut régler. À Montréal, sachez toutefois que ce dernier a l'obligation, en vertu du Règlement municipal sur la salubrité, l'entretien et la salubrité des logements, de « maintenir, dans les espaces habitables, une température minimale de 21 °C ».

Pour sa part, la Régie du logement indique sur son site internet qu'« une clause du bail stipulant une date précise à laquelle le chauffage débutera (ou s'arrêtera) est invalide ».

Si jamais la chaleur arrive tôt cette année, les locataires ne devraient pas craindre de vivre dans un logement surchauffé pendant plusieurs semaines sous prétexte que le bail indique que le chauffage cessera à compter du 1er mai. Le contraire, en cas de froid persistant, est aussi vrai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer