Déneiger par chauffage: un luxe?

Cette entrée est dotée de câbles chauffants Ouellet... (PHOTO FOURNIE PAR OUELLET CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE)

Agrandir

Cette entrée est dotée de câbles chauffants Ouellet sous l'asphalte. Adieu corvée de déneigement !

PHOTO FOURNIE PAR OUELLET CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Fondre la neige au lieu de la pelleter : un petit ou un gros luxe ? « Ça dépend de la surface à déneiger ! », répondent, en substance, les connaisseurs. Ça dépend également du besoin de sécurité et du plaisir qu'on trouve à pelleter ou à passer la souffleuse.

Le déneigement par chauffage présente un bilan écologique légèrement positif, indique Guy Charest, de CAA-Québec, secteur habitation : « Finis les sels de déglaçage (assez polluants) et le chasse-neige (consommateur de pétrole). » 

« Ce n'est pas l'utilisation qui est coûteuse, observe pour sa part Sylvie Gagnon, agent manufacturier chez Flexco, mais bien l'installation. On s'équipe pour la sécurité ou pour se payer un petit luxe. Sur le marché résidentiel, on voit surtout nos modules de béton-fibre chauffants dans les maisons haut de gamme et les tours de condos. »

Toutefois, certains propriétaires de maisons plus simples se laissent tenter lorsque vient le temps de refaire l'entrée de garage ou l'allée menant à la porte.

On diminue les coûts en réduisant la surface à chauffer à deux lisières parallèles sous le passage des roues. Ajoutons une bande de trois pieds devant la porte de garage « pour éviter de l'endommager avec la gratte », explique Guy Charest.

SÉCURITÉ ET PROPRETÉ 

Francis Deschamps, qui réside à Saint-Ferréol-les-Neiges, ne reviendrait jamais en arrière. Sa maison neuve est dotée de systèmes chauffants dans les marches de béton avant, ainsi qu'à la terrasse du spa, à l'arrière.

« Les marches ne sont jamais enneigées ni glacées, ce qui est sécuritaire et propre, se réjouit-il. On n'entre pas de sel ou de sable dans la maison, pas plus que de neige. » M. Deschamps envisage de poser un système chauffant dans l'entrée de garage, encore à faire. « C'est un peu plus cher à la construction, indique-t-il, mais on économise en temps de pelletage. »

Quant à la terrasse, elle est couverte et ne s'enneige jamais. Le chauffage du sol sert à empêcher la formation de glace lorsque les utilisateurs sortent du spa. « Nous revenons du ski, je fais démarrer le chauffage et le plancher est chaud une heure plus tard », rapporte M. Deschamps.

MODULES, CÂBLES

Les dispositifs chauffants sont déposés sur une surface aplanie de façon standard, par compaction du sol et ajout de gravier. On les recouvre ensuite du revêtement désiré : béton, pavé uni, asphalte, pour les nommer du plus au moins durable. Ils sont reliés à une sonde et à un système de contrôle. Lorsque la sonde détecte de l'humidité, le système déclenche le chauffage et le maintient jusqu'à ce que la surface soit asséchée.

Chez Ouellet Chauffage électrique, on propose un système de câbles chauffants « qui entrent en action lorsqu'il y a précipitation à 3 °C ou moins », indique Philippe Beaulieu, copropriétaire avec ses frères Louis et Martin.

Une autre entreprise, Flexco, offre des modules chauffants en béton-fibre. « Chaque panneau chauffant a un fil électrique indépendant des panneaux voisins, dit Sylvie Chagnon. Si jamais un bris survient, on ne remplace qu'un module, pas tout l'ensemble. » 

COMBIEN ?

« On peut compter entre 30 $ et 40 $ du pied carré, indique Sylvie Gagnon (Flexco), ce qui inclut les panneaux de béton-fibre, les sondes, le système de contrôle et l'installation, mais pas le revêtement final. » 

Guy Charest, de CAA-Québec, donne cet ordre de grandeur pour les systèmes en général : 15 000 $, installation incluse, pour une entrée de garage de 350 pi2. Cette somme s'ajoute à celles des autres travaux : compactage du sol, ajout de gravier, finition en pavés, en béton ou en asphalte. 

Philippe Beaulieu fait observer : « Si on veut couvrir toute la surface d'une grande entrée pour deux voitures, ça demande une entrée électrique de 400 ampères et non de 200, comme les entrées conventionnelles. » 

« Les drains doivent également être chauffants, souligne M. Charest, si on ne veut pas bloquer le drainage de l'eau. »

Quant aux frais de fonctionnement de l'entrée de 350 pi2, M. Charest les évalue à 2500 $ pour l'hiver, en comptant 60 à 80 jours de précipitations.

« Il faut avoir le budget, convient-il. Mais le coût diminue avec la surface à chauffer. »

La version minimaliste : une dalle chauffante électrique en fibrociment de trois pieds sur trois pieds, à placer devant la porte et brancher dans une prise extérieure (par Copal Canada, 185 $).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer