Comment se débarasser d'un graffiti?

Les murales ont tendance à dissuader les graffiteurs... (Photo fournie par Tandem Rosemont-La Petite-Patrie)

Agrandir

Les murales ont tendance à dissuader les graffiteurs de s'afficher.

Photo fournie par Tandem Rosemont-La Petite-Patrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Griffonnage mal embouché ou calligraphie artistique, on ne le veut pas sur notre mur, ce graffiti! Que faire quand des graffiteurs prennent nos maisons pour des panneaux d'affichage?

Primo: il faut s'informer auprès de l'arrondissement ou de la municipalité. Certaines administrations subventionnent un service d'enlèvement de graffiti, par l'entremise ou non d'un organisme à but non lucratif. C'est le cas, par exemple, de Rosemont-La Petite-Patrie, qui donne ce mandat aux organismes Soder et Tandem, ce dernier enlevant gratuitement le dessin indésirable.

D'autres mairies fournissent au citoyen une machine de nettoyage à jet d'eau et du détergent, gratuitement (arrondissement du Sud-Ouest) ou à peu de frais (10$ par jour et 50$ de dépôt, à la Maison de l'amitié du Plateau Mont-Royal).

À Longueuil, les résidants sont dirigés vers Dose Culture, qui enlèvera le graffiti à peu de frais, par exemple 14,75$ du mètre carré sur une brique poreuse.

Entreprise spécialisée

Par ailleurs, service public ou non, certains propriétaires choisissent de faire appel à une entreprise spécialisée. Cette dernière présente souvent les avantages de l'expérience, de la rapidité d'exécution, de l'équipement (jet d'eau chaude) et d'une assurance responsabilité.

«Les particuliers ou les entrepreneurs non spécialisés font souvent l'erreur de travailler avec un jet d'eau trop fort, ce qui peut abîmer le mur, explique Daniel Beaulieu, président de l'Effaceur. Ce sont les produits de nettoyage qui doivent faire le travail. Ensuite, une pression d'eau de 2000 psi suffit pour rincer rapidement et en profondeur.» Un exemple de prix? «À titre indicatif: en été, pour un graffiti de 1 m2, à Montréal, environ 150$, incluant les frais de déplacement», répond M. Beaulieu.

Tous les matériaux - pierre, bois, métal, béton, brique - ne sont pas égaux quand il est question de nettoyage. «Plus une surface est poreuse, plus le graffiti sera difficile à éliminer, explique Daniel Beaulieu. Du béton frais coulé, un agrégat ou un revêtement acrylique sont difficiles à nettoyer. Il faut y aller très délicatement. Par contre, une brique glacée se traite facilement.»

Le nettoyage du graffiti ne devrait pas endommager les joints de maçonnerie, mis à part les anciens joints à la chaux, très friables. «En ce cas, je discute avec le propriétaire, dit M. Beaulieu. Il doit savoir qu'il devra possiblement refaire les joints.»

Enfin, si le mur portait déjà une peinture, on peut décider de rafraîchir la couleur pour couvrir le graffiti.

Porter plainte?

«Il est bon de porter plainte, affirme Timothée Hemmer, directeur de Tandem Rosemont-La Petite-Patrie. La police essaie de retrouver le graffiteur et de lui faire payer une amende.»

Prévenir

Nettoyer le graffiti le plus rapidement possible et garder l'endroit bien tenu ont pour effet de diminuer les actes de vandalisme en général, incluant un retour des graffitis.

D'autres mesures dissuadent les graffiteurs: un grillage à quelques centimètres du mur, une plante grimpante, des arbustes, une surveillance accrue ou encore un dispositif d'éclairage avec détecteur de mouvements.

Murales

Certains arrondissements et villes encouragent la création de murales, véritables oeuvres d'art qui valorisent les pauvres murs bafoués, pour lutter contre les graffitis.

«En général, les murales ne sont pas graffitées, affirme Sébastien Lévesque, directeur des travaux publics de l'arrondissement du Sud-Ouest. Mais cette année, nous avons eu la déception de découvrir un graffiti sur une murale. Nous espérons que ça restera une exception.»

Dans Rosemont-La Petite-Patrie, on compte déjà une cinquantaine de murales, certaines ayant ravivé les murs les plus abîmés de ruelles vertes. «On fait un montage financier, incluant la participation du propriétaire, explique Timothée Hemmer, directeur de Tandem Rosemont-La Petite-Patrie. Nous connaissons beaucoup d'artistes et les mettons en contact avec le citoyen.»

À Longueuil, Dose Culture peut également produire une murale sur le mur d'une résidence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer