Premier appart: enfin chez soi!

  • Louis-Philip Joly-Giguère, Maryse Goyette et Marie-Philippe Banville viennent d'emménager dans leur tout premier appartement, situé à l'étage d'un duplex d'Hochelaga-Maisonneuve. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Louis-Philip Joly-Giguère, Maryse Goyette et Marie-Philippe Banville viennent d'emménager dans leur tout premier appartement, situé à l'étage d'un duplex d'Hochelaga-Maisonneuve.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 1 / 4
  • Marie-Philippe Banville dans une chambre de l'appartement qu'elle partage avec deux amis. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Marie-Philippe Banville dans une chambre de l'appartement qu'elle partage avec deux amis.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 2 / 4
  • Maryse Goyette s'est installée à Montréal pour poursuivre des études en sociologie. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Maryse Goyette s'est installée à Montréal pour poursuivre des études en sociologie.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 3 / 4
  • Louis-Philip Joly-Giguère dans sa chambre. Le jeune homme a entrepris cet automne des études en communication. (Photo Alain Roberge, La Presse)

    Plein écran

    Louis-Philip Joly-Giguère dans sa chambre. Le jeune homme a entrepris cet automne des études en communication.

    Photo Alain Roberge, La Presse

  • 4 / 4

Nouvelles libertés, grande autonomie... emménager dans un premier appartement se fait néanmoins souvent sous le regard à la fois fier et inquiet des parents. Trois amis de Lanaudière racontent leur déménagement dans la grande ville...

C'est un matin de la fin du mois d'août et à l'étage d'un duplex d'Hochelaga-Maisonneuve, des jeunes de Joliette attendent que le «gars de Vidéotron» ait fini d'installer l'accès internet dans leur nouvel appartement.

Sur le plancher de la cuisine sans poêle ni frigo, des cadavres de fourmis sont étendus, victimes ciblées du passage récent d'un exterminateur.

Les nouveaux universitaires n'avaient presque aucune appréhension en quittant la maison familiale. «On n'avait pas de craintes, mais elles se sont toutes réalisées pareil», dit à la rigolade Louis-Philip Joly-Giguère qui, à 21 ans, est le doyen des colocataires.

Visité l'hiver, l'appartement s'est révélé infesté par les fourmis à la fin de l'été. C'était peu après qu'une infiltration d'eau ne survienne. «La propriétaire n'était pas au courant», dit avec scepticisme Marie-Philippe Banville, qui entreprend des études universitaires en communication.

Ces quelques imprévus marquent toutefois un nouveau départ. Fini les visites à Montréal «en touriste», les repas prêts quand on entre à la maison familiale, les règles édictées par les parents.

«On avait hâte de quitter la maison», dit Louis-Philip. «Ne plus être avec nos parents, renchérit Marie-Philippe. C'est certain que je vais devoir me faire de la bouffe, mais je vais faire mes propres règles.»

Malgré tout, les parents ne sont pas bien loin. En ce samedi matin, la mère de Louis-Philip les accompagne. «J'ai aidé pas mal. J'ai lavé la salle de bains, la cuisine. Les filles ne sont pas plus vaillantes que ça», dit-elle en jetant un regard qui en dit long à l'amie de son fils.

Système D

Les trois amis de Lanaudière ont beau pouvoir compter sur leurs parents pour installer des tablettes et fixer des luminaires, reste qu'ils avaient bien préparé leur déménagement dans la métropole.

Au cours de l'été, Louis-Philip a entrepris de redonner du lustre à une vieille chaise. Bien des meubles ont été obtenus usagés de connaissances ou de la Société Saint-Vincent-de-Paul. Presque seul meuble neuf, une base de lit achetée chez IKEA par Marie-Philippe côtoie une table en bois fabriquée par son copain, ébéniste en devenir.

Les parents ont beau aider tant financièrement que moralement, reste qu'il y avait un budget à respecter. «On voulait mettre entre 300$ et 400$ chacun par mois», dit Marie-Philippe.

Il n'y a pas de petites économies. «Même notre chat va être usagé», disent les colocs à la blague en parlant de leur ami à moustaches qui viendra vivre bientôt dans l'appartement.

Trois semaines plus tard, les fourmis ont déserté le petit logement d'Hochelaga-Maisonneuve et la nouvelle vie universitaire des jeunes est bien entamée. «Il manque juste la laveuse et la sécheuse, mais le chat va rentrer cette semaine», dit en riant Louis-Philip.

Bien préparer sa nouvelle vie

Chaque nouvelle année, le coordonnateur du service aux étudiants du Cégep du Vieux Montréal voit arriver dans son bureau des jeunes de 17 ou 18 ans qui viennent de «partir en appartement».

Ceux qui se tournent vers son service sont souvent des élèves qui arrivent des régions ou de la banlieue. «Pour ces jeunes, ce n'est parfois pas évident. C'est leur premier logement, ils quittent leur famille, leurs amis», dit Carlos Alberto Castaño.

Son service estime que les élèves du Cégep du Vieux Montréal qui sont en appartement ont un budget moyen d'environ 700$ par mois pour tout payer. «Le logement prend plus ou moins 60% de ce budget, sinon plus. Avec ça, il faut payer le cellulaire, l'internet, l'épicerie, le transport et les fournitures scolaires», dit le coordonnateur aux services étudiants.

Devant un budget aussi serré, la colocation s'impose la plupart du temps.

Marche à suivre

L'inexpérience est sans doute la plus grosse «menace» qui plane sur un jeune adulte sur le point d'emménager dans son premier appartement. Il existe de nombreux guides et ressources pour l'aider à bien se préparer, et la plupart s'entendent sur les grandes lignes de cette préparation. Les voici:

Établir un budget

C'est la première question à régler: quels sont les moyens financiers dont on dispose et comment faire un budget réaliste et le respecter? Le succès de l'aventure en dépend. Il est facile de trouver des modèles de budget sur l'internet ou dans les guides.

Trouver le bon appartement

On loue un appartement meublé ou pas? En colocation avec des amis ou des inconnus? Mieux vaut établir ses besoins et ses envies bien avant de se lancer à la chasse au premier appartement. Et, quand on signe enfin un bail, quels sont ses droits et ses obligations? Il faut aussi penser à organiser son déménagement, trouver le bon véhicule et des amis pour tout transporter.

Organiser son quotidien

Quand on vit chez ses parents, beaucoup de choses semblent se régler d'elles-mêmes. Et quand les parents ne sont plus là... il faut bien que quelqu'un s'en occupe! Où se trouve l'épicerie? Quels électroménagers acheter? Neufs ou usagés? Que faire si on trouve un joli fauteuil dans la ruelle mais qu'il s'avère infesté de punaises de lit? Une fois l'appartement choisi, une visite du quartier pour y dénicher les adresses utiles est peut-être le meilleur moyen de commencer à organiser son futur quotidien.

S'entraider

Des soucis, des pépins, des mauvaises surprises: il y en aura. Mieux vaut donc profiter de l'expérience des autres et demander de l'aide à ses proches, ses amis ou ses voisins. Et de faire profiter de la sienne. La vie n'en devient que plus agréable. Qui sait, de nouvelles amitiés se cachent peut-être derrière la porte d'à côté...

Quelques ressources en ligne

tesaffaires.com

Un site de l'Autorité des marchés financiers, qui offre notamment un calculateur pour faire un budget en ligne.

Educaloi

Le site internet d'Educaloi dispose d'une section spéciale s'adressant aux jeunes, dans laquelle on trouve des informations sur la signature d'un bail, la vie en colocation, l'entretien d'un logement, etc.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Souvenirs d'apparts

    Conseils

    Souvenirs d'apparts

    On peut difficilement oublier le premier appartement que l'on habite après avoir quitté le nid familial. Tantôt exigu, parfois bondé, théâtre de bien... »

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer