Renouvellement hypothécaire: une occasion de revoir sa stratégie

Sylvain de Champlain, planificateur financier... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Sylvain de Champlain, planificateur financier

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvon Laprade

Collaboration spéciale

La Presse

Vous êtes sur le point de transférer votre hypothèque parce qu'on vous a offert un meilleur taux à la banque ou à la caisse pop de l'autre côté de la rue ? Vous devriez en profiter pour revoir votre stratégie financière, suggère le planificateur financier Sylvain de Champlain.

QUELLE EST LA MEILLEURE STRATÉGIE À ADOPTER ?

Une maison, c'est un actif qui a pris beaucoup de valeur au cours des dernières années, et on peut se servir de la plus-value comme d'un levier, au moment de renégocier son prêt ou de transférer son hypothèque, pour trouver mieux dans une autre institution financière.

DE QUELLE FAÇON PEUT-ON S'EN SERVIR COMME LEVIER ?

Ça peut être l'occasion de régler certains détails qui nous préoccupent afin d'améliorer notre situation financière. Il faut s'arrêter et prendre le temps de faire son bilan. On peut liquider des dettes qui pèsent lourd, sur sa carte de crédit, par exemple. On peut aussi maximiser son régime enregistré d'épargne-retraite.

EST-CE SI DIFFICILE DE TRANSFÉRER SON HYPOTHÈQUE ?

Personnellement, je ne crois plus au concept de fidélité envers son institution financière sur le plan strictement hypothécaire. On ne reste pas attaché à sa banque parce qu'on y a un prêt hypothécaire. Si l'on peut trouver mieux, on change de banque ! Ce n'est pas si sorcier de transférer son hypothèque, après tout.

PEUT-ON ESPÉRER FAIRE DE VÉRITABLES ÉCONOMIES ?

Faites le calcul ! Si vous négociez votre taux à la baisse, disons 0,3 % de moins, vous allez économiser 900 $ par année sur un prêt de 300 000 $. Personne ne peut refuser des économies de 4500 $ sur un terme de cinq ans. Ça vaut le coup de faire la démarche, même s'il vous en coûte 700 $ pour les frais de notaire.

ET POURQUOI, ULTIMEMENT, DEVRAIT-ON FAIRE CET EXERCICE ?

Tant qu'à changer d'institution financière et à repasser chez le notaire, vous devriez vous remettre en question sur tous les aspects touchant à la fois vos actifs et vos dettes. Ça peut passer par un emprunt pour un REER, qui vous apportera un remboursement d'impôt, et dont vous allez vous servir pour éponger ou, mieux encore, liquider le solde de votre carte de crédit à 19 % d'intérêt. Mais attention ! Ça ne doit pas être vu comme une stratégie de consolidation, et il faut bien sûr éviter de voir ça comme du « patchage » à courte vue. Je dis à mes clients qu'ils doivent avoir une vision à 360 degrés. L'hypothèque résidentielle, c'est une chose, la vision globale de ses finances personnelles en est une autre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer