Le marché s'active à Westmount

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie d'acheteurs plus inquiets de la fin du monde que de la fin du mois, qu'ils viennent du Québec, de l'Europe ou de l'Asie.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le marché de l'immobilier de luxe se porte bien au Québec, et à Montréal en particulier. Dans la province, le nombre de propriétés qui ont été vendues plus de 1 million de dollars a connu une hausse de 20 % en 2016 par rapport à l'année 2015. Et beaucoup de ces ventes ont été réalisées dans l'île de Montréal, dans les arrondissements de Ville-Marie et d'Outremont, à Mont-Royal et, bien entendu, à Westmount.

Bien sûr, toutes les propriétés de la municipalité sise sur les flancs du mont Royal ne se vendent pas dans les sept chiffres. Mais Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie d'acheteurs plus inquiets de la fin du monde que de la fin du mois, qu'ils viennent du Québec, de l'Europe ou de l'Asie. Et aussi chez les professionnels plus aisés à la recherche du compromis idéal entre le côté paisible de la banlieue et la proximité du centre-ville de Montréal.

Le mot du courtier

«L'énergie est excellente. J'ai connu le meilleur mois de décembre de ma carrière. Il y a beaucoup d'acheteurs et nous avons un "inventaire" limité», dit Martin Rouleau, courtier immobilier chez Engel & Völkers.

«Westmount est un marché d'abord et avant tout local. Ce sont majoritairement des acheteurs locaux qui veulent "grimper les échelons", analyse M. Rouleau. La clientèle de l'Ouest-de-l'Île qui se rapproche de la ville, c'est aussi très fort. Le discours pessimiste est derrière nous et l'optimisme est de retour. Je pense que les gens qui sont de Montréal, et au Canada en général, veulent rester. On est bien ici et ils veulent rester», poursuit-il.

Beaucoup d'acheteurs étrangers se tournent aussi vers Westmount comme point d'ancrage au Québec. En revanche, tous n'ont pas les mêmes objectifs, note Martin Rouleau.

«Les acheteurs étrangers cherchent souvent la même chose, soit une demeure entre 1 et 2 millions. Beaucoup viennent de l'Europe, surtout de la France. Ils recherchent ici la qualité de vie. Ils viennent s'installer. De plus en plus de Chinois achètent aussi. Mais le côté investisseur est plus fort. C'est comme un compte de banque. C'est un placement.»

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie d'acheteurs plus inquiets de la fin du monde que de la fin du mois, qu'ils viennent du Québec, de l'Europe ou de l'Asie.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Le choix de To Nhu Nguyen

S'installer à Westmount, c'est le choix que To Nhu Nguyen a fait avec sa famille. Elle nous explique pourquoi.

Pourquoi avez-vous choisi Westmount?

«Nous avons quitté Montréal en 1996. Lorsque nous sommes revenus, nous voulions être près du mont Royal. Nous avons aussi regardé du côté de Ville-Marie, d'Outremont et du Plateau. À Ottawa, nous habitions près du canal Rideau. À Montréal, nous cherchions aussi un endroit où nous pouvions faire des activités sportives, comme le mont Royal. Aussi, c'est pratique d'être près du centre-ville et du métro.»

Quels sont les avantages de Westmount?

«C'est plus résidentiel que le Plateau, par exemple. Et c'est plus près du centre-ville qu'Outremont. Dans nos recherches, nous aimions bien l'aspect proximité du Plateau, mais en même temps, c'était un peu trop.»

Quels sont les désavantages?

«Ce sont de vieilles maisons. Nous avons fait des rénovations et le processus d'obtention des permis est un peu long. Il y a beaucoup de règles auxquelles nous ne nous attendions pas. Ça préserve l'intégrité de l'architecture, mais quand on veut faire vite, ça peut changer les plans.»

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Westmount exerce un attrait continu chez une catégorie d'acheteurs plus inquiets de la fin du monde que de la fin du mois, qu'ils viennent du Québec, de l'Europe ou de l'Asie.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

En chiffres

Ventes résidentielles au 4e trimestre de 2016*

> Westmount: 76 (+ 58 %)

> Île de Montréal: 3601 (+ 8 %) 

Prix médian au 4e trimestre de 2016*

Maisons unifamiliales

> Westmount: 1 435 000 $ (+ 11 %)

> Île de Montréal: 430 000 $ (+ 8 %) 

Copropriétés

> Westmount**: 462 500 $ (-6 %)

> Île de Montréal: 290 000 $ (+ 4 %) 

___________________________________________________________________________

Source: Fédération des chambres immobilières du Québec, par l'entremise du système Centris

* Données par rapport à la même période l'année dernière.

** Données pour les secteurs de Westmount, Outremont, Mont-Royal, Hampstead et Montréal-Ouest.




publicité

publicité

Les plus populaires : Maison

Tous les plus populaires de la section Maison
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer